Airbnb devient sponsor du Comité olympique, Hidalgo alerte sur les « risques » de ce partenariat


Cet accord est annoncé quelques jours après la décision d’Airbnb de vérifier l’exactitude des informations indiquées sur les locations proposées par son site, afin de rassurer les clients après plusieurs incidents graves – dont une fusillade ayant fait 5 morts.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 17h07

Temps de Lecture 3 min.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach (à gauche) et le cofondateur d’Airbnb Joe Gebbia, lors de la signature de l’accord de sponsoring à Londres, le 19 novembre 2019.
Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach (à gauche) et le cofondateur d’Airbnb Joe Gebbia, lors de la signature de l’accord de sponsoring à Londres, le 19 novembre 2019. DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Le géant de la location de logements entre particuliers Airbnb a annoncé, lundi 18 novembre, qu’il devenait l’un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu’en 2028, dans le but de redorer son image face à plusieurs controverses. Ce partenariat, dévoilé à Londres par le cofondateur de la plate-forme Joe Gebbia, intervient au moment où la société veut se présenter sous son meilleur jour avant une possible introduction en Bourse en 2020.

Airbnb entre dans le cercle fermé des grandes entreprises membres du programme TOP du CIO, qui accueille déjà treize groupes dont le chinois Alibaba ou l’américain Coca-Cola. En plus de Airbnb, un quinzième groupe, l’assureur allemand Allianz, avait déjà indiqué qu’il deviendrait sponsor mais à partir de 2021.

Cet accord portera notamment sur l’hébergement des visiteurs et des familles d’athlètes lors des prochains JO. « Avec le soutien d’Airbnb, nous offrirons également de nouvelles possibilités aux athlètes du monde entier de générer leurs propres revenus en faisant la promotion de l’activité physique et des valeurs olympiques », selon lui.

L’accord avec Airbnb, dont le montant n’a pas été dévoilé, couvrira au total cinq éditions des JO, à savoir Tokyo en 2020, Paris en 2024 et Los Angeles en 2028 pour l’été, ainsi que Pékin en 2022 et Milan-Cortina en 2026 pour l’hiver, précise, de son côté, le CIO dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Paris, Venise, Munich, Vienne… Les villes confrontées aux difficultés de contrôle des locations Airbnb

Paris 2024

Populaire auprès de millions de touristes pour ses prix jugés attractifs, Airbnb s’est attiré les foudres de nombreux professionnels de l’hôtellerie qui l’accusent de réduire leurs parts de marché et réclament aux autorités un meilleur contrôle des activités de la compagnie américaine.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a ainsi écrit vendredi au président du CIO, Thomas Bach, pour l’« alerter sur les risques et les conséquences » d’un sponsoring des Jeux olympiques par Airbnb. « En soustrayant à Paris un nombre important de logements, Airbnb est un facteur d’augmentation du prix des loyers et d’aggravation de la pénurie de logements sur le marché locatif, pénalisant l’ensemble des Parisiennes et des Parisiens, et, en particulier, les classes moyennes », explique la maire de Paris dans sa lettre. « Les conséquences se mesurent parfois à l’échelle d’immeubles, de rues, lorsque ce ne sont pas des quartiers entiers qui sont touchés, générant des nuisances pour les riverains, déstabilisant le commerce local et concurrençant durement l’hôtellerie traditionnelle », ajoute-t-elle.

Plusieurs contentieux opposent d’ailleurs actuellement le géant américain à la Ville de Paris, à moins de cinq ans des JO dans la capitale française. En février, la Mairie de Paris a ainsi assigné en justice la plate-forme, passible d’une amende de 12,5 millions d’euros pour avoir mis en ligne 1 000 logements non enregistrés. Le montant des amendes visant cette fois les propriétaires de locations touristiques illégales à Paris a, pour sa part, presque doublé en 2018 pour s’établir à 2,1 millions d’euros, contre 1,3 million en 2017.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Multipropriétaires, hébergeurs à l’année : les gagnants du système Airbnb

Incidents graves

L’alliance avec le CIO est annoncée quelques jours après la décision d’Airbnb de vérifier l’exactitude des informations concernant la totalité des 7 millions de locations proposées sur son site d’ici fin 2020, afin de rassurer les clients après plusieurs incidents graves.

Le 2 novembre, une fusillade éclatait dans un Airbnb à Orinda en Californie, faisant cinq morts et plusieurs blessés. La femme à laquelle le propriétaire de la maison d’Orinda avait laissé les clés lui avait dit vouloir faire venir douze membres de sa famille pour la soirée d’Halloween. En réalité, une centaine de personnes étaient présentes. Appelés plusieurs fois pour tapage nocturne, les policiers étaient en route vers la maison quand la fusillade a éclaté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Airbnb, Abritel, Booking… Les propriétaires se rebiffent contre les sites de location de vacances

Fin octobre, Allie Conti, une journaliste, a publié une longue enquête sur le site Vice.com, racontant comment elle avait découvert par hasard une arnaque aux locations sur Airbnb et à quel point il était facile de tromper la plate-forme et difficile de la faire réagir en cas de plainte. Selon la journaliste, l’arnaque dont elle a été victime lors d’une visite à Chicago avant d’enquêter concernait une centaine de logements dans huit villes aux Etats-Unis. Elle consistait à attirer le client avec de fausses annonces de locations, de trouver une excuse pour dire qu’elles n’étaient pas disponibles une fois les clients arrivés sur place et de disparaître sans rembourser la location.

Depuis, la plate-forme s’est également engagée, dès le 15 décembre de cette année, à reloger ou rembourser dans son intégralité un usager d’Airbnb dont la location ne serait pas satisfaisante.



Gagnez minimum 500 € ! Devenez apporteur d’affaires en immobilier

Source

Leave a Reply