À Lyon, l’endettement de la métropole fait tiquer l’opposition

À Lyon, l’endettement de la métropole fait tiquer l’opposition

À Lyon, l’endettement de la métropole fait tiquer l’opposition 1

Bruno Bernard
© Thierry Fournier – Métropole de Lyon

La métropole de Lyon, présidée par l’écologiste Bruno Bernard, a voté lundi un budget 2021 et un plan d’investissement pluriannuel en hausse, nécessitant un recours important à l’emprunt qui a suscité l’ire d’une partie de l’opposition.

Lors du conseil de la métropole, la majorité a voté son budget prévisionnel 2021 de 3,97 Mds€ (+14 %), et une Programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) de 3,6 Mds€ (+8,3 % par rapport à 2015) pour financer « une relance ambitieuse, écologique et solidaire », a vanté Bruno Bernard lors de cette assemblée tenue en visioconférence.

« Nous connaissons les défis, nous savons les urgences économiques, sociales et environnementales qui menacent notre avenir. Face à de tels défis, la prudence serait une erreur », a-t-il assuré, précisant que l’investissement avait été fixé à 650 M€ pour la seule année 2021, après 400 M€ déjà dépensés depuis le début de mandat en juillet 2020.

Pour financer ses ambitions, Bruno Bernard a assuré qu’il « assumait » le choix de recourir à l’emprunt sur les marchés financiers. Au 1er janvier 2020, le montant de la dette de la métropole s’élevait à 1,78 Md€. Elle était de 2,08 Mds€ au 1er janvier 2021.

« Aujourd’hui nous avons une capacité d’endettement à 6 ans et nous assumons de la porter à 8, 9 ou 10 ans, pour la transition écologique et pour des investissements d’avenir », a-t-il expliqué.

« Un endettement de 10 années, c’est une pure folie », a vivement réagi l’ancien président de la métropole Gérard Collomb, devenu chef de file de l’opposition, fustigeant notamment la création de 117 nouveaux postes à la métropole pour accompagner cette PPI.

« L’opposition majoritairement nous reproche de trop dépenser, et quelques-uns pas assez, nous sommes donc dans un juste équilibre », a ensuite répondu Bruno Bernard devant la presse.

La PPI a été déclinée en neuf axes : urbanisme et aménagement, mobilités et voiries, économie et tourisme, environnement, santé-social-éducation, habitat, patrimoine, projets de territoire et participations extérieures.

Une enveloppe inédite de 200 M€ sera notamment consacrée au développement des infrastructures dédiées aux « modes actifs » (vélo et marche) et une autre de 10 M€ pour le « revenu solidarité jeunes », qui prévoit une aide de 400 € par mois pour des jeunes de 18 à 25 ans sans ressources.

La métropole prévoit également d’ici la fin du mandat de doubler les voies cyclables, de créer 6 000 logements sociaux par an et de co-financer les travaux de quatre nouvelles lignes de tramway et d’un téléphérique urbain reliant Lyon à Francheville (Rhône).

Cette PPI doit être réévaluée en 2023. « Si la situation économique s’améliore nettement d’ici deux ou trois ans, il sera temps d’aller un peu plus loin dans nos ambitions en termes d’investissements », a indiqué Bruno Bernard.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…