Optimisation & modularité pour mini-duplex de 52 m2

Optimisation & modularité pour mini-duplex de 52 m2

Optimisation & modularité pour mini-duplex de 52 m2 1

En 2014, ce jeune couple disposait d’une enveloppe de 300 000 euros tout compris pour trouver un logement à Bordeaux. Au fil de leurs recherches, l’équation s’est résumée à ces deux variables : acheter trois/quatre pièces sans travaux en périphérie, ou opter pour un deux-pièces en hypercentre avec rénovation intégrale à la clef. Confortés dans leur choix par un couple de professionnels de leurs connaissances, ils optent pour la seconde solution. À charge pour Elodie Gaschard, architecte de l’Atelier Miel, et Mickaël Martins Afonso, architecte d’intérieur, de réinventer en mini-duplex deux studios de 26 l’un au-dessus de l’autre. Mickaël Martins Afonso revient sur cet aménagement ultra optimisé avec des solutions inventives, modulaires, au design intemporel, qui caractérisent aujourd’hui encore son travail d’architecte d’intérieur.

Martins Afonso atelier de design
Coup d’œil
Qui vit ici : un jeune couple de primo-accédants
Emplacement : en plein cœur du centre historique de Bordeaux
Superficie : 52 m²
Date des travaux : 2014
Architecte d’intérieur : Mickaël Martins Afonso
Architecte : Elodie Gaschard de l’Atelier Miel
Budget : 140 000 euros

Crédit photos : Mickaël Martins Afonso

Avant. Aux deuxième et troisième étages d’un immeuble en pierre locale, en plein cœur du centre historique de Bordeaux, le couple visite un mini-duplex de 52 m² dont les deux paliers de 26 m² ont été réunis par le propriétaire précédant, sans légalité. Les jeunes craquent spécialement pour la situation (Cours Victor Hugo, dans le prolongement du Pont de Pierre) et pour la clarté de la surface, dans laquelle pas moins de dix fenêtres, lui permettent de bénéficier des quatre orientations.

Après. Le premier niveau est occupé par la cuisine ouverte et le séjour. Un escalier en bois mène au second niveau, avec chambre et salle de bains. Dans le détail, les deux paliers présentent la même configuration : une pièce rectangulaire avec trois grandes fenêtres, flanquée de deux cagibis eux-mêmes avec fenêtre. Les professionnels inspirés par ce plan atypique, proposent de « mettre à profit tous ces recoins pour résumer en minuscule toutes les pièces d’une maison ».

Cette proposition séduit ces primo-accédants qui entendent « emménager avec seulement un lit et un canapé mais souhaitent disposer de toutes les fonctions nécessaires à une vie sur place au quotidien », explique Mickaël Martins Afonso, l’architecte d’intérieur.

Trouvez un architecte d’intérieur sur Houzz

Avant. Le mini-duplex est en bon état mais les deux professionnels de la rénovation envisagent de remplacer l’aménagement basique par un agencement sur mesure, travaillé dans les moindres détails. « C’était tellement petit qu’on a eu l’idée de tout intégrer, mobilier compris. Cette contrainte de l’espace restreint, nous a guidés vers des solutions, induisant de nouvelles formes d’appropriation de l’espace par les usagers », résume le pro.

Martins Afonso atelier de design
Après. Comme ce type d’aménagement sur mesure est coûteux, il est nécessaire de bien anticiper l’enveloppe budgétaire. « Après l’achat, Il nous restait 140 000 euros pour la rénovation intégrale du bien, soit environ 2700 euros/m². Un budget confortable moyennant de faire plusieurs choix économiques : conserver le plancher d’origine en châtaignier, les fenêtres double vitrage existantes et l’emplacement des pièces d’eau cuisine et bains », explique le pro.

Le choix du matériau d’agencement a été également déterminant puisqu’une commande de 200 m² de panneaux a été nécessaire ici. Si un hêtre avait été pressenti, le choix définitif s’est porté sur un hévéa massif lamellé-collé, bois intéressant par sa stabilité et ses qualités mécaniques et, bien sûr, son budget moindre. « Nous ne l’avions pas retenu au départ car c’est une essence exotique, d’Indonésie. Puis nous avons appris que le matériau provient d’arbres en bout de course dans la production de latex. Avant on brûlait ces arbres de petite section. Maintenant ils sont recyclés », explique Mickaël Martins Afonso.

Martins Afonso atelier de design
Au niveau bas, l’architecte et l’architecte d’intérieur souhaitaient libérer un maximum d’espace à vivre pour le séjour. Aussi ont-ils eu l’idée d’un aménagement à base de deux bandes construites en périphérie qui laissent au centre respirer le salon.

L’aménagement a été conçu de façon ludique à base de blocs agencés, comme un Lego ou un jeu de Minecraft. « C’est l’appartement des plateformes ! », plaisante l’architecte d’intérieur.

Martins Afonso atelier de design
Imaginée sur l’emplacement existant, à la manière d’une péninsule, la nouvelle cuisine reprend peu ou prou l’encombrement de la précédente, sans ses travers. Au lieu d’être prisonnier à l’intérieur du semi-cloisonnement d’origine, on tourne désormais autour.

À gauche figurent le combiné toute hauteur et la plaque de cuisson, face au salon le four et le lave-vaisselle et, à droite, côté fenêtres, l’évier et les rangements.

Martins Afonso atelier de design
Le mobilier a été intégralement réalisé par un menuisier à partir des panneaux d’hévéa massif. Chaque façade de meuble comprend une prise de main invisible. Pour apporter du contraste, c’est un plan de travail en granit noir du Zimbabwe qui a été retenu « avec une découpe du plateau en aile d’avion sur les bords et une finition cuir », détaille l’architecte d’intérieur, amoureux de matières nobles et de beaux détails.

Avez-vous noté comme les rangements hauts avancent en porte-à-faux au-dessus du plan de travail ? « Pour vérifier qu’il soit bien arrimé, je me suis couché au-dessus de la plateforme le jour de la réception du chantier », plaisante Mickaël qui n’a pas lésiné pour concevoir derrière cette magie un système d’accroche efficace.

Trouvez un menuisier sur Houzz

Martins Afonso atelier de design
Bien que la cuisine soit petite, une hotte haut de gamme – un bloc d’aspiration Novy – n’a pas été oubliée. Elle est suspendue au plafond dans un coffrage en plâtrerie qui se prolonge en garde-corps pour l’escalier.

À l’arrière de la cuisine, un store dissimule l’accès à la minuscule buanderie, conçue dans l’une des deux excroissances de la pièce d’origine. Elle contient un lave-linge, un ballon d’eau chaude ainsi qu’un système de tringlerie qui descend du plafond pour étendre le linge. « Nous voulions délester le salon du linge qui sèche. C’est un problème récurrent dans les petites surfaces », note le pro à raison.

Martins Afonso atelier de design
Face à la cuisine se dévoile la seconde bande construite, tandis qu’au centre de la pièce prend place le canapé.

« Nous avons choisi un modèle entièrement modulable, l’Air Sofa de chez Lago. Il est constitué de différents modules que l’on peut reconfigurer selon les besoins. Il s’intégrait parfaitement au projet », affirme Mickaël Martins Afonso.

Aménagé en bois clair ponctué de medium noir teinté dans la masse, ce côté de la pièce regroupe grâce à cette composition graphique les fonctions de bibliothèque, meuble TV, rangements, table à manger et se prolonge en bureau.

Ludique, ce meuble est plein de cachettes. L’écran plat de 55 pouces se dissimule par exemple derrière les quatre modules centraux avec la même taille. On doit son allure d’equalizer géant à Mickaël, véritable passionné de sonorisation qui a par ailleurs conseillé au jeune couple les enceintes de Pierre-Étienne Léon. « En tant que mélomane, j’affectionne l’école française qui en matière de son, privilégie un rendu entre la dynamique de l’école américaine et le côté chaud et feutré du son anglais », nous glisse-t-il.

Un grand PETIT nid « entre optimisation & modularité »

Le soubassement que Mickaël nomme « le podium » se présente comme une estrade perchée à 75 cm de haut. Comme il sert à atteindre la bibliothèque et le bureau, il a été conçu pour supporter le poids d’un adulte, avec un panneau d’hévéa d’un seul morceau de 48 mm d’épaisseur.

À l’intérieur, quatre grands coffres sur roulettes de 90 cm de profondeur offrent un volume de rangement conséquent, qui sachez-le, est la clef d’une petite surface agréable à vivre. Entre podium et bibliothèque, courent câbles, prises électriques et réseaux, bien dissimulés, une autre des marottes de l’architecte d’intérieur.

Martins Afonso atelier de design

Sur le podium, une seconde plateforme, modulaire, sert de table à manger. Avez-vous noté son design bicolore, tant sur le plateau de table que sur la tranche ? « Nous avons voulu réinterpréter le chemin de table » affirme Mickaël qui assure qu’« un projet n’est pas plus cher quand il est dessiné en amont avec soin et détails ».

Martins Afonso atelier de design

La table à manger s’utilise dans deux positions, en fonction des besoins des habitants. « Le couple la tire vers soi pour manger tous les jours en se servant de tabourets escamotables de chez Flux qui se rangent tels des feuilles de métal. Quand ils ont des amis en revanche, ils peuvent manger à 6 en arrimant la table au podium grâce à une fente discrète prévue à cet effet », explique en effet Mickaël Martins Afonso.

Martins Afonso atelier de design

Place enfin au bureau, dit aussi « la pièce de lecture », une petite pièce tout à fait bluffante. Le podium s’est prolongé dans la seconde excroissance de la pièce, aménagée à l’origine en placard fermé. Il a été habillé de « frites de mousse » formant un matelas de 120 x 190 cm dans ce recoin. « Ce n’est pas très grand mais cela peut servir de couchage d’appoint pour des amis », note le pro.

Martins Afonso atelier de design

Nous n’en sommes pas à la fin des découvertes. Lorsque les frites sont ôtées, une trappe se soulève et une marche permet de descendre « dans le cockpit », comme l’appelle Mickaël en plaisantant. Une chaise de bureau sans roulettes, réglable en hauteur, permet d’accueillir une personne tandis que le prolongement du podium sert alors de bureau. Face au travailleur, la fenêtre à la vue ouverte permet de se sentir à l’aise pour étudier, lire ou flâner dans ce petit espace bien pensé.

Martins Afonso atelier de design

Retour côté cuisine pour découvrir l’escalier positionné juste à gauche de la porte d’entrée. Il a également été conçu comme un meuble à cachettes, à la fois dressing d’entrée et placard à chaussures. Il peut également servir d’assise dans sa partie basse dénuée de garde-corps. Quelques niches ouvertes offrent d’autres rangements, tout en prolongeant le design d’ensemble où alternent les pleins et les vides.

Martins Afonso atelier de design

Les finitions de cet escalier trahissent le niveau de détail recherché par Mickaël dans ses projets, épaulé ici par un ébéniste perfectionniste. « Nous avons souhaité que le dessin des marches se prolonge exactement par les étagères. cela a induit de dessiner une contremarche qui couvre la marche, ce qui est en principe le contraire. Ainsi le sens du bois est toujours le même », décrypte-t-il.

Martins Afonso atelier de design

La montée n’est pas raide grâce au palier créé devant le combiné réfrigérateur et le placard de rangement, qui se devine sous l’escalier. En montant, nous distinguons le garde-corps en plâtrerie qui prolonge le coffrage de la hotte et rejoint la partie basse du garde-corps en bois, avec un joint creux très soigné.

Avant. L’étage supérieur était déjà aménagé en suite parentale.

Après. Son aménagement global n’a pas été modifié mais des efforts ont été faits pour accroître le rangement et harmoniser le design avec celui de la pièce de vie.

Avant. Nous distinguons ici le fond de la chambre et le placard fermé près de la tête de lit. Ce volume – qui correspond au coin lecture à l’étage du dessous – a été aménagé en dressing.

Martins Afonso atelier de design

Après. Face au palier, la cloison s’épaissit en rangements toute hauteur, générant l’espace de la chambre. « Nous avons voulu relier les deux fenêtres du palier avec ces meubles cloisons. Ils semblent rectilignes mais en réalité on a dû les bâtir en trapèze pour rattraper le non-alignement des fenêtres », note le pro.

Martins Afonso atelier de design

Au centre de la cloison meublante, une porte sur pivot a été conçue par Mickaël. « À chaque projet, nous avons toujours un temps de dessin pour une porte particulière », affirme-t-il en évoquant une autre de ses passions.

Martins Afonso atelier de design

Avant de pénétrer dans la chambre apparaît la salle de bains desservie par une porte en verre opale, qui diffuse davantage de lumière naturelle sur le palier. Le tour de porte et le seuil ont été réalisés en châtaignier, tout comme les éléments en bois de la salle de bains, à l’instar de ce tabouret dessiné par Mickaël. « Le châtaignier est imputrescible à l’eau », rappelle le pro.

Martins Afonso atelier de design

Le marbre fait son apparition dans la salle de bains, du sol à la douche en passant par la vasque, creusée par un marbrier dans un bloc de marbre. Un choix pas si onéreux à qui sait choisir son matériau, si l’on en croit le pro. « Le matériau le moins cher du marbrier était ce marbre gris du Portugal. Il était affreux, mais après un sablage qui a fait ressortir son veinage dans un effet de flou, il était purement méconnaissable. Le prix ne diffère pas d’un carrelage de qualité, c’est la mise en œuvre qui est un peu plus chère », affirme Mickaël.

Martins Afonso atelier de design

La douche, qui occupe la petite excroissance au-dessus de la buanderie, est entièrement pavée de marbre. Baignée de lumière par une fenêtre, elle est très agréable à vivre.

Martins Afonso atelier de design
Face à la porte de la salle de bains se dessinent les toilettes, presque imperceptibles derrière leur porte à pivot toute hauteur. Paré de rangements discrets, le mur du fond des toilettes se déroule tel un ruban depuis le sol.

Rares sont les propriétaires qui osent sacrifient les mètres carrés au design. Cet aménagement optimisé à l’extrême grâce à ses plateformes, destinées à l’habiter autrement, et revêtu de matières haut de gamme, pour un rendu différenciant, restera longtemps dans les annales.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…