Les indicateurs financiers de Kaufman & Broad éprouvés par le Covid-19 1

Les indicateurs financiers de Kaufman & Broad éprouvés par le Covid-19


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Les indicateurs financiers de Kaufman & Broad éprouvés par le Covid-19 2

Nordine Hachemi
© Kaufman & Broad

Kaufman & Broad SA annonce ses résultats pour les neuf premiers mois de l’exercice 2020 (du 1er décembre 2019 au 31 août 2020). Le résultat opérationnel courant s’établit à 30,3 M€, à comparer à 99,6 M€ sur les neuf premiers mois de 2019. Le taux de marge opérationnelle courante s’élève à 4,6 % contre 9,7 % à la même période en 2019. Le résultat net de l’ensemble consolidé s’élève à 19,6 M€ sur les neuf premiers mois 2020 (à comparer à 67,2 M€ à la même période en 2019). Les participations ne donnant pas le contrôle (intérêts des minoritaires) s’élève à 9,0 M€ contre 11,8 M€ à la même période en 2019. Le résultat net – part du groupe ressort à 10,7 M€ (vs 55,3 M€ sur les neuf premiers mois de 2019).

La marge brute des neuf premiers mois 2020 s’élève à 121,6 M€, à comparer à 206,3 M€ en 2019. Le taux de marge brute s’établit à 18,5 %, en baisse de 41,1% par rapport à celui de la même période en 2019. Les charges opérationnelles courantes s’élèvent à 91,3 M€ (13,9 % du chiffre d’affaires), contre 109,7 M€ pour la même période en 2019 (10,4 % du chiffre d’affaires).

Durant la pandémie de Covid-19, la plupart des chantiers du groupe ont été à l’arrêt, total ou partiel, et l’activité commerciale fortement ralentie. Cette situation a eu des conséquences défavorables significatives sur la situation financière du groupe, dont les encaissements ont été quasiment nuls durant cette période en l’absence de nouveaux appels de fonds alors que le règlement des situations de travaux du premier trimestre devenait exigible. Kaufman & Broad n’a pas demandé le report ou la suspension du paiement de ses charges fiscales et sociales ou sollicité des prêts bancaires garantis par l’État, mis en place dans le cadre des mesures de soutien à l’économie.

Afin de renforcer encore davantage sa situation de trésorerie déjà solide et d’assurer le financement de ses besoins généraux dans ce contexte, le groupe a notamment procédé en mars 2020 à titre conservatoire au tirage d’un montant de 150 M€, remboursable sur la ligne de crédit « RCF ». La dette financière nette (hors dette IFRS 16) s’établit à 27,5 M€ au 31 août 2020, à comparer à une trésorerie nette positive de 3,6 M€ à fin août 2019. La trésorerie active (disponibilités et valeurs mobilières de placement) s’établit à 162 M€, à comparer à 154,4 M€ au 31 août 2019. La capacité financière s’élève à 374 M€ à comparer à 404,4 M€ à fin août 2019 (et 458,1 M€ à fin novembre 2019).

Le chiffre d’affaires global s’établit à 657,4 M€ (HT), en recul de 36,2 % par rapport à la même période de 2019. Le chiffre d’affaires Logement s’élève à 585,7 M€ (HT), contre 920,1 M€ (HT) sur les neuf premiers mois de 2019. Il représente 89,1 % du chiffre d’affaires du groupe. Le chiffre d’affaires de l’activité Appartements baisse de 37,7 % comparé aux neuf premiers mois 2019 et s’établit à 529,7 M€ (HT). Le chiffre d’affaires de l’activité Maisons individuelles en village s’établit à 56,1 M€ (HT) contre 69,4 M€ (HT) sur la même période de 2019. Le chiffre d’affaires du pôle Tertiaire s’établit à 67,4 M€ (HT), à comparer à 104,7 M€ sur la même période de 2019.

Pôle Logement

Sur les neuf premiers mois de 2020, les réservations de logements en valeur s’élèvent à 1 077,4 M€ (TTC), soit une baisse de 6 % par rapport aux neuf premiers mois 2019. En volume, elles s’établissent à 4 700 logements, en baisse de 16,5 % par rapport à la même période de 2019. Le délai d’écoulement des programmes s’est établi à 3 mois sur neuf mois, en amélioration de 2,7 mois par rapport à la même période en 2019 (5,7 mois). L’offre commerciale, avec 96 % des programmes situés en zones tendues (A, Abis et B1), s’élève à 1 558 logements à fin août 2020 (3 569 logements à fin août 2019).

Sur les neuf premiers mois 2020, les réservations en valeur (HT) des primo-accédants sont en baisse par rapport à la même période en 2019 et représentent 7 % des ventes. Les second-accédants représentent 5 % des ventes contre 9% pour la même période de 2019. Les réservations réalisées auprès des investisseurs représentent 22 % des ventes (dont 19 % pour le seul dispositif Pinel). La part des ventes en bloc a progressé de 52 % et représente 66 % des ventes sur les neuf premiers mois de 2020, soit 610,7 M€.

Pôle Tertiaire

Sur les neuf premiers mois 2020, le pôle tertiaire a enregistré des réservations nettes de 1 098,3 M€ TTC. Kaufman et Broad a actuellement en commercialisation ou à l’étude environ 150 000 m² de surfaces de bureaux et environ 75 000 m² de surfaces logistiques. Par ailleurs, près de 30 000 m² de surfaces de bureaux sont actuellement en construction ainsi que plus de 32 500 m² de surfaces logistiques. Enfin, il reste près de 120 000 m² de surfaces de bureaux à signer.

À fin août 2020, le backlog tertiaire s’élève à 1 307,5 M€. Indicateurs avancés de l’activité commerciale et développement Au 31 août 2020, le backlog Logement s’établit à 2 389,5 M€ (HT), soit 28,7 mois d’activité. A la même date, Kaufman & Broad comptait 150 programmes de logements en cours de commercialisation, représentant 1 558 logements (208 programmes pour 3 569 logements à fin août 2019). Le portefeuille foncier Logement représente 35 594 lots. Il est en progression de 6,4 % par rapport à celui de fin août 2019 et correspond à plus de quatre années d’activité commerciale. Résultats financiers Activité

Perspectives

Concernant les perspectives 2020, Kaufman & Broad envisage un chiffre d’affaires d’environ 1 Md€, un taux d’EBIT proche de 6 % et une quasi-absence de dette nette. Pour 2021, le niveau du backlog à fin août 2020 permet d’anticiper une progression du chiffre d’affaires de l’ordre de 30 %. Cette progression serait supérieure au cas où le projet A7/A8 d’Austerlitz obtiendrait l’ensemble des autorisations administratives en 2021. Ces perspectives reposent sur une situation économique et sociale compatible avec l’avancement des chantiers ainsi qu’un retour rapide à la normale dans l’attribution des permis de construire.

« Après un premier semestre marqué par la forte contraction de l’activité économique générale, le troisième trimestre de l’exercice 2020 de Kaufman & Broad a enregistré, comme anticipé, une reprise de l’activité sur ses chantiers, commente Nordine Hachemi, président-directeur général de Kaufman & Broad. Toutefois, au-delà de la crise sanitaire, le marché du logement est pénalisé à ce jour par une très forte chute des attributions de permis de construire et des autorisations administratives associées. La baisse mécanique de l’offre commerciale en résultant a conduit à un recul des réservations, alors même que l’on constate toujours un fort appétit des investisseurs, institutionnels et des particuliers, sur l’ensemble de nos projets. Nous poursuivons le déploiement de notre stratégie d’aménagement, reposant notamment sur la valorisation des friches industrielles et tertiaires. Parmi ces dernières, le projet A7A8 du quartier Austerlitz a vu fin juillet la finalisation de l’enquête publique. L’intérêt croissant que nous constatons de la part des investisseurs institutionnels pour le logement, dont les résidences gérées, souligne le regain d’intérêt pour cette classe d’actif, ainsi qu’en atteste la solidité des foncières résidentielles, dont les revenus ont été très peu impactés par la crise sanitaire. Ainsi, conformément à notre stratégie, nous poursuivons le développement de projets de résidences services en tant que développeur investisseur-exploitant. Dans ce contexte, la solidité de la structure financière de Kaufman & Broad ainsi que le niveau historiquement élevé de son backlog, tant en immobilier d’entreprise et en logistique qu’en logements, nous permettent de confirmer l’ensemble de nos perspectives telles qu’annoncées en juillet dernier. Sur l’exercice 2020, le chiffre d’affaires devrait atteindre d’environ 1 Md€, avec un taux d’EBIT proche de 6 % et une quasi-absence de dette nette. Pour 2021, le niveau du backlog à fin août 2020 permet d’anticiper une progression du chiffre d’affaires de l’ordre de 30 %. Cette progression serait supérieure au cas où le projet A7/A8 d’Austerlitz obtiendrait l’ensemble des autorisations administratives en 2021. Ces perspectives reposent sur une situation économique et sociale compatible avec l’avancement des chantiers ainsi qu’un retour rapide à la normale dans l’attribution des permis de construire. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source