Altarea : le résultat net récurrent en repli de 21 % en 2020


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Altarea : le résultat net récurrent en repli de 21 % en 2020 1

Alain Taravella
© D.R.

« Altarea est parvenu à absorber le choc de la crise sanitaire ». C’est en ces termes qu’Alain Taravella, président fondateur, résume l’exercice financier 2020 pour son groupe. En outre, le chiffre d’affaires de la SIIC se maintient : il ressort à 3,1 Mds€, soit un léger repli de 1,7 % sur un an. Ce chiffre d’affaires est porté par la croissance du logement (+5,3 %), qui a compensé la baisse des loyers nets en commerce et celle de l’activité en immobilier d’entreprise. Le résultat net récurrent (FFO) part du groupe accuse une baisse de 21 % à 230,3 M€. Ce repli s’explique, en autres, par les baisses des résultats opérationnels commerce (-31,6 M€) et immobilier d’entreprise (-22,3 M€), « principalement sous l’effet de décalages de livraisons et de cessions sur 2021. »  Par action, le FFO part du groupe s’élève à 13,48 € (-24,6 %). 

L’ANR de continuation ressort à 156,4 €/action, soit une baisse de 11,5 %. La baisse de l’ANR de continuation (-20,4 €/action soit -11,5%) est entièrement imputable à la perte de valeur sur le commerce (-21,3 €/action). Au cours de l’année 2020, le groupe a mis en place 1,1 Md€ de nouveaux financements long terme pour une durée moyenne de 5 ans et 5 mois. Les liquidités disponibles au 31 décembre 2020 représentent 3,4 Mds€ (2,7 Mds€ au 31 décembre 2019). Par ailleurs, Altarea affiche des ratios de crédit « solides », avec un LTV en baisse à 33 %, la diminution de l’endettement net (-282 M€), « ayant plus que compensé l’impact des pertes de valeur commerce. »

Un dividende de 9,50 €/action sera proposé à l’assemblée générale du 30 juin 2021, au titre de l’exercice 2020, en augmentation par rapport à 2019 (+5,6 %). Une option de conversion partielle du dividende en titres sera également proposée aux actionnaires. Ceux-ci pourront au choix opter entre : un versement à 100% en numéraire et un versement en titres à hauteur de 50 %, et en numéraire à hauteur de 50 %. « Les grands actionnaires, représentant ensemble 80% du capital, ont d’ores et déjà annoncé leur intention d’opter pour le dividende en titres. »

Avec plus de 550 projets fin 2020, Altarea maîtrise « le plus important portefeuille de projets immobiliers de France » représentant une valeur potentielle de près de 19 Mds€, toutes catégories de produits confondues. Ces projets sont essentiellement réalisés dans le cadre d’un modèle économique de type « promoteur » (développement en vue de la cession). Fin 2020, les montants engagés sur ce pipeline s’élèvent à 1 257 M€ (en part du groupe), dont 846 M€ déjà décaissés et 411 M€ restant à décaisser. En 2020, Altarea a gagné deux nouveaux projets « L’Echo du Bois » à Tours et « l’Ecoquartier du canal » à Nancy et lancé le chantier d’« EuroNantes ». Ces trois projets représentent ensemble 150 000 m2, toutes classes d’actifs confondues. Au total, Altarea maîtrise 13 grands projets mixtes représentant une valeur d’environ 3,7 Mds€ pour près de 910 000 m2.

Sur le front du résidentiel, le prix moyen du lot vendu s’inscrit en augmentation de +3 % malgré la hausse des ventes aux institutionnels. Le chiffre d’affaires à l’avancement de l’exercice 2020 s’inscrit en hausse de +5,4 % à 2 407 M€.  Le backlog progresse de +5 % à 3 962 M€ tiré par sa composante « chiffre d’affaires acté non avancé », ce qui sécurise le chiffre d’affaires de 2021. Le pipeline logement reste stable à 12,8 Mds€ (49 515 lots) et la moitié des lots concerne des programmes pouvant être lancés au cours des douze prochains mois. « Le groupe entend poursuivre sa stratégie de gains de parts de marché et réaffirme sa volonté d’atteindre à terme un objectif de 18 000 lots vendus par an. » Pour 2021, Altarea anticipe par ailleurs une demande institutionnelle toujours soutenue et une reprise de la vente aux particuliers.

Sur la ligne de métier commerce, Altarea fait état d’une fréquentation de ces ensembles commerciaux en baisse de 26 %. Le chiffres d’affaires de ses commerçants est aussi en baisse (-18 %). Le taux de recouvrement des loyers quittancés ressort à 77 %. Quant à la valeur des actifs, celle-ci accuse un retrait de 11 %. Le coût économique des loyers non recouvrés s’élève à -48,8 M€ (à 100 %), montant ramené à -29,3 M€ en quote-part (dont -17,3 M€ impactant les comptes 2020 et 12,1 M€ étant étalés sur 4 ans en moyenne). Au 31 décembre 2020, Altarea gère un patrimoine de 42 actifs pour un montant de 5, Mds€, dont le groupe détient 2,8 Mds€ en quote-part (36 actifs). Le pipeline commerce se compose de 13 projets, pour 1,1 Md€ de valeur potentielle.

Compte tenu de la crise sanitaire, Altarea n’envisage à court terme que le lancement de l’opération de la gare Paris-Austerlitz et sera « prudent » avant d’engager l’ensemble des autres opérations figurant dans son pipeline. Par ailleurs, le 8 février, Carrefour et Altarea ont annoncé la signature d’un partenariat portant sur la reconversion complète de 25 hectares sur 3 sites commerciaux situés à Nantes, Sartrouville et Flins/Aubergenville.

En matière d’immobilier d’entreprises, le groupe gère un pipeline de 5 Mds€ de valeur potentielle pour un risque limité en quote-part (les engagements du groupe sur des projets non loués ou non vendus s’élèvent en effet à moins de 60 M€ en quote-part). En 2020, Altarea a accéléré son développement en régions avec six nouvelles opérations de promotion signées dans de grandes métropoles régionales (Nantes, Lyon, Aix-en-Provence, Marseille) qui devraient contribuer au résultat opérationnel du groupe dès 2021.

La contribution de la logistique (plateformes XXL et logistique urbaine) devrait également monter en puissance au cours des prochaines années ; le Groupe maîtrise en effet un important pipeline de projets développés dans le cadre d’un modèle de type « promoteur-investisseur ». En 2020, les équipes d’Altarea Entreprise ont livré plusieurs projets emblématiques dont le siège social d’Altarea au 87 rue de Richelieu (Paris), « Convergence » le nouveau siège social monde de Danone (Rueil-Malmaison). Plusieurs livraisons et cessions initialement prévues fin 2020 ont été reportées en 2021 à cause des retards de chantiers, dont « Bridge », le futur siège d’Orange à Issy-les-Moulineaux, ainsi que le projet « Eria » à la Défense, qui sera occupé par le futur pôle de Cybersécurité voulu par le Président de la République. « Ces reports expliquent la totalité de la baisse de la contribution de l’immobilier d’entreprise au résultat opérationnel du groupe en 2020. »

« Le FFO devrait reprendre sa trajectoire de croissance en 2021, sous réserve d’une non aggravation significative de la situation sanitaire, fait savoir la SIIC. Le premier semestre sera encore fortement marqué par les contraintes liées à la pandémie et le deuxième semestre devrait notamment bénéficier des décalages de résultats en immobilier d’entreprise. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…