Comment diversifier ses placements

Comment diversifier ses placements


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Comment diversifier ses placements 1
EMMANUEL ROMEUF

En cette période de taux bas, mieux vaut emprunter qu’épargner. Jamais les placements liquides, tel le Livret A, n’ont rapporté aussi peu. Tout comme ceux qui assurent une sécurité, comme en témoigne l’inexorable baisse du rendement des fonds en euros des contrats d’assurance-vie. La tâche est d’autant moins facile pour l’épargnant en quête de rémunération qu’il n’existe aucune alternative évidente. Chacune d’entre elles renferme des pièges.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Quelles alternatives au Livret A

L’investissement immobilier garde une place particulière dans le cœur de l’épargnant français. C’est sans doute le placement le plus simple à appréhender. Cependant la conjoncture économique et fiscale le rend un peu moins intéressant. Le haut niveau des prix dans un nombre croissant de zones affecte la rentabilité de l’investissement locatif, tandis que la pression fiscale s’accentue sur la pierre. Et si les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont le vent en poupe, elles ne sont pas exemptes de risque.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi SCPI : attention aux risques

L’assurance-vie demeure le placement préféré des Français, mais ces derniers ne vont plus pouvoir, comme aujourd’hui, massivement privilégier les fonds en euros.

D’abord parce qu’ils sont dissuadés par les assureurs eux-mêmes, qui multiplient les obstacles (frais d’entrée, investissements plafonnés…) pour y accéder.

Ensuite, parce que conserver son épargne sur ces supports, c’est en fait la voir grignotée progressivement par l’inflation, désormais supérieure à leur rémunération moyenne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Quelles solutions pour faire rebondir l’assurance-vie après la chute des fonds garantis ?

Reste la Bourse. Boudée par les épargnants français depuis la crise de 2008, elle a connu un formidable rebond ces dernières années. Cette forte progression, qui est derrière nous, doit rendre prudent l’épargnant qui serait tenté d’y orienter rapidement et massivement son argent. Les marchés sont coutumiers de brusques retournements, comme le montrent les baisses observées sur les marchés en raison de la crise du coronavirus.

Lire aussi Bourse : privilégier les valeurs de rendement

A plus long terme, privilégier les actions reste sans doute le meilleur moyen de faire fructifier ses économies. On réservera cependant l’investissement en direct à ceux qui ont le temps et le goût de gérer un portefeuille. Mieux vaut s’intéresser aux marchés financiers avec des fonds pilotés par des professionnels.

Cette méthode permet de diversifier ses investissements et donc de lisser ses risques. Les plus audacieux pourront s’intéresser au « non coté », c’est-à-dire à des entreprises qui ne sont pas introduites en Bourse – et donc théoriquement insensibles aux soubresauts des marchés. Ce type d’investissement est aujourd’hui très en vogue, même s’il faut toujours se méfier des effets de mode lorsqu’il s’agit de placements.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Gagnez minimum 500 € ! Devenez apporteur d’affaires en immobilier

Source