EY et JLL identifient les 10 facteurs qui devraient permettre à Lyon de renforcer son attractivité

EY et JLL identifient les 10 facteurs qui devraient permettre à Lyon de renforcer son attractivité

EY et JLL identifient les 10 facteurs qui devraient permettre à Lyon de renforcer son attractivité 1

© Dominique Perrault Architecte / Adagp

EY et JLL annoncent la publication de leur étude dédiée aux marchés immobiliers de la région lyonnaise et destinée aux entreprises et investisseurs, notamment étrangers, intitulée « Why Invest in Lyon ? »

Cette nouvelle édition intègre les impacts du Covid-19 sur l’attractivité de la métropole et les facteurs de résilience de cette dernière. Au-delà de décrypter la performance des marchés immobiliers lyonnais à l’échelle européenne, les équipes d’EY & JLL identifient les 10 facteurs qui devraient permettre à Lyon de renforcer son attractivité dans les années à venir.

Parmi ceux-ci, on trouve notamment l’accès aux talents, priorité des entreprises pour s’implanter sur un territoire, et véritable force de la métropole lyonnaise avec une population étudiante qui continue de croître significativement année après année et une offre d’enseignement supérieur riche et diversifiée. « Sa concentration en cœur de ville, favorisant d’une part l’insertion des étudiants dans la ville et d’autre part le lien entre le monde universitaire et le monde de l’entreprise et de la recherche, tend aujourd’hui à renforcer l’excellence lyonnaise en la matière et à améliorer la rétention des talents sur le territoire », précise Fabrice Reynaud, Associate Partner, EY Real Estate Consulting Leader

Un autre des facteurs qui renforce l’attractivité de Lyon selon l’étude est sa connectivité et sa mixité des fonctions, qui ressortent comme les 2 critères prioritaires pour les entreprises lorsqu’on les interroge sur leur vision du quartier d’affaires du futur.

« Or Lyon, en plus d’avoir la spécificité de posséder son QCA en cœur de ville, bénéficie d’un parc immobilier ultra connecté avec 76 % du parc intra périphérique (Lyon + Villeurbanne) situé à moins de 500 mètres d’une ligne forte (métro ou tramway). Les différents quartiers d’affaires de la Métropole sont ainsi connectés entre eux et par ailleurs tous situés à moins de 25 minutes de transport du pôle multimodal Part-Dieu. En outre, la transformation fonctionnelle entamée du secteur Part-Dieu et l’orientation générale des quartiers d’affaires lyonnais vers le concept de « Live, Work & Play », cher aux millenials, est aujourd’hui devenu une nécessité pour répondre aux nouvelles attentes des entreprises et de leurs collaborateurs qui souhaitent désormais travailler dans des quartiers dits à vivre », indique Laurent Vallas, Directeur Régions de JLL.

L’autre grande force du marché immobilier tertiaire lyonnais, selon l’étude, outre le fait qu’il soit particulièrement lisible et transparent, réside dans sa capacité à s’adapter aux spécificités des différents cahiers des charges des entreprises. Articulé autour de quartiers d’affaires à différents degrés de maturité, il offre aujourd’hui de multiples niveaux de loyers tandis que la diversité des produits immobiliers permet d’accompagner tout le cycle de vie d’une entreprise et de l’enraciner sur le territoire, potentiellement depuis un incubateur jusqu’à la réalisation de son siège social clé en main.

Selon JLL et EY, la bonne santé des marchés immobiliers lyonnais repose également sur la puissance et la diversité du tissu industriel lyonnais, qui a animé le marché tertiaire en 2019, notamment sur le segment des grandes transactions, et qui assure également une véritable résilience des marchés lors d’éventuelles périodes plus incertaines.

« Alors que la France a reçu plus de nouveaux projets industriels que tout autre pays européen en 2019 et que le gouvernement tente de réunir toutes les conditions de la reconquête industrielle, Lyon semble être en mesure de tirer profit de ce regain de forme de l’industrie française. En effet, l’écosystème industriel lyonnais, multisectoriel, à la particularité de se structurer aujourd’hui autour de filières à hauts potentiels, qui devraient être au cœur des grands enjeux de demain : la mobilité, l’énergie, l’environnement, mais également les sciences du vivant ; l’écosystème lyonnais étant reconnu de longue date sur la scène mondiale sur les questions de santé publique et la recherche scientifique », souligne Fabrice Reynaud.

« La combinaison de ces paramètres tend vers une conclusion : Lyon s’est aujourd’hui affranchie de ses précédents modèles de villes européennes et trace son propre chemin parmi les Eurocités à succès. Ses spécificités, qu’elles soient liées à son tissu économique, son territoire, ses marchés immobiliers ou sa population, sont autant d’éléments lui permettant d’être prédisposée à devenir une référence parmi les métropoles européennes du futur », conclut Laurent Vallas.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…