L’Haÿ-les-Roses, dossier épineux pour la droite 1

L’Haÿ-les-Roses, dossier épineux pour la droite


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Il faut croire que tous les chemins menaient à la roseraie de L’Haÿ-les-Roses, ce dernier dimanche de mai. Ceux de la gauche du Val-de-Marne qui, à trois semaines des élections départementales et régionales, voulait profiter du cadre pour parler transition écologique. Et celui des soutiens de Valérie Pécresse, arrivés dans un car aux couleurs de la présidente (Libres !) de la région Ile-de-France, plutôt d’humeur chantante. La gauche a appelé la police pour disperser les chœurs non déclarés qui jouaient les trouble-fêtes. « Fébrilité », a réagi Vincent Jeanbrun, le maire de L’Haÿ-les-Roses, et président de la majorité à la région. Pas mieux, rétorque la gauche, candidate à sa réélection à la tête du département, et qui rêve d’une victoire contre la femme du maire, candidate sur le canton.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Duel à droite pour la tête de la Métropole du Grand Paris

Fébrilité de fin de campagne ? La scène est en réalité le reflet de tensions bien plus profondes qui agitent depuis des années cette commune du sud de Paris, et dont les derniers rebondissements pourraient embarrasser la droite à l’approche du scrutin. Au cœur de la bataille, un projet immobilier – 136 logements, une place pavée, des commerces – qui doit s’élever au pied de la roseraie, laquelle, inscrite à l’inventaire des monuments historiques, abrite l’une des plus importantes collections de roses anciennes au monde.

En aucun cas, cette « revitalisation » du centre-ville et les résidences de standing d’Emerige de trois étages ne défigureront l’œuvre imaginée par Jules Gravereaux, au XIXe siècle, assure la municipalité. Les opposants s’étranglent. Le terrain retenu abritait de très grands arbres qui apportaient de la fraîcheur et dont le vert permettait, par contraste – les fondateurs l’avaient théorisé comme tel – de mieux apprécier la variété de teintes de fleurs. S’il est trop tard pour sauver les tilleuls et les marronniers, abattus cet hiver, l’affaire est toujours devant le conseil d’Etat.

Plainte contre X

Devant une palissade du chantier, aux abords de l’entrée de la roseraie, à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), le 14 juin 2021.

Mais le dossier a récemment pris une nouvelle épaisseur. Selon les informations du Monde, une plainte contre X pour « favoritisme, détournement de biens publics, prise illégale d’intérêt et trafic d’influence » rédigée par les avocats de l’association Anticor a été transmise au Parquet national financier (PNF), le 12 avril. Dans cette plainte de trente pages, toujours en cours d’analyse, il est demandé à la justice de s’intéresser au montage financier de l’opération « cœur de ville », mais aussi à celui du réaménagement du quartier du marché Locarno, qui se trouvera non loin de la future gare Chevilly-Trois-Communes de la ligne 14.

Il vous reste 73.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …