Mayotte : destruction de 230 habitations dans un bidonville en application de la loi Élan


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© Gilles Paire / Adobe Stock

La préfecture de Mayotte a lancé une vaste opération de destructions d’habitats illégaux lundi dans un bidonville du nord de l’île, qui doit permettre la démolition de 230 cases en trois jours, la plus grosse action du genre depuis l’entrée en vigueur de la loi Élan dans le département.

« Cette opération loi Élan à Koungou est la plus importante depuis octobre dans le sens où c’est aussi la plus difficile ; et elle est emblématique, tant nous connaissons les troubles à l’ordre public qui agitent cette commune », a déclaré le préfet Jean-François Colombet, lundi lors d’une conférence de presse.

Cette opération réunit deux critères demandés par la loi Élan à savoir des « risques pour la sécurité des occupants » et aussi « pour la sécurité et ordre public », a souligné le préfet en faisant référence au fait que le bidonville a été construit sur une zone instable, alors que la saison des pluies bat son plein à Mayotte. C’est dans ce quartier qu’une coulée de boue avait provoqué la mort d’une mère et de ses quatre enfants en janvier 2018.

Selon la préfecture, 230 cases doivent être rasées entre lundi et mercredi dans ce quartier dit de la « Jamaïque », ce qui concerne un total d’environ 450 personnes. Et 184 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés en amont de l’opération grâce à l’important dispositif de gendarmerie et de police déployé depuis une semaine : chaque jour, une centaine de gendarmes et une quarantaine de policiers du Groupe d’appui opérationnel (GAO) quadrillent la zone.

Le 26 février dernier, une opération d’interpellation d’étrangers en situation irrégulière dans ce quartier informel, prévue en amont de la destruction, avait provoqué un déferlement de violences. En représailles, des bandes de jeunes s’étaient attaquées aux résidences situées à l’entrée du bidonville, brûlant les maisons et provoquant le départ de plusieurs habitants.

Prévue initialement le 9 mars, dans le respect du délai d’un mois et huit jours fixé par la loi, l’opération de « la Jamaïque » a finalement eu lieu dès ce lundi, prenant de court certains habitants, occupés à déménager leurs meubles dans la boue ce lundi dès l’aube, a constaté une journaliste de l’AFP.

Votée en novembre 2018, la loi Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Élan) permet au représentant de l’État d’ordonner par arrêté aux occupants de locaux illégaux et indignes d’évacuer les lieux afin de lutter contre l’habitat insalubre.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…