Coronavirus : la galère du masque pour les sourds et malentendants

Coronavirus : la galère du masque pour les sourds et malentendants 1

Depuis le 16 mars, les Français en tout cas ceux qui sortent de chez eux, avancent masqués. En cachant le visage, le masque de protection évite de répandre des postillons chargés du coronavirus, mais il bloque aussi bien d’autres choses. Pour les personnes sourdes et malentendantes, pour qui le fait de pouvoir lire sur les lèvres est un complément non négligeable, le masque représente un véritable obstacle.

Bien sûr, ça me gêne pour communiquer” explique Clément Bouvier, président de l’Association des sourds d’Eure-et-Loir. Il explique “regarder sur les lèvres” pour comprendre la parole des personnes valides. En tout cas celles qui ne maîtrisent pas la langue des signes. Cette situation, qui ne s’applique généralement qu’aux consultation chez le dentiste ou au contact avec le personnel hospitalier va donc devenir constante avec le déconfinement. Dans les transports, dans l’espace public, mais aussi sur leur lieu de travail.
 

Vos lèvres sont mes oreilles

En France, ils sont 7 millions à déclarer une déficience auditive, dont 182 000 sont considérés comme “sourds sévères”. Pour pallier leurs difficultés, et rendre la sociabilité pandémique un peu plus facile pour tout le monde, une Toulousaine a lancé au début du mois d’avril le projet d’un “masque inclusif”. Sous le slogan “vos lèvres sont mes oreilles“, l’idée a rassemblé plus de 17 000 euros sur le site de financement participatif GoFundMe.

De son côté, la Fédération nationale des sourds de France (FNSF) continue à encourager l’apprentissage de la ngue des signes. Sur son site, elle conseille également : “Si vous devez vous faire hospitaliser, il est indispensable d’anticiper. Préparez un badge ou une affiche suffisamment grands et lisibles, sur lesquels vous aurez écrit : ‘Je suis malentendant(e), sourd(e). Je ne peux pas vous comprendre avec le masque. Ecrivez-moi la consigne ou l’information SVP.”

D’autres moyens techniques, comme les applications de reconnaissance vocale, peuvent également servir, mais restent peu utilisés. Le confinement s’achève, mais la lutte contre l’isolement, elle, n’est jamais finie.
 

[ad2]

Source France 3 Région

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…