combien de cas encore ?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

Depuis le 29 mai, date du signalement d’un premier cluster dans les Bouches-du-Rhône, les autorités sanitaires sont sur le pied de guerre.

Alors que la récolte des abricots, fraises et pêches bat son plein dans la région, plusieurs foyers d’infections (clusters) se sont déclarés dans différents sites agricoles du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône.

Des saisonniers positifs pris en charge par la CPTS Synapse Comtat Venaissin (Vaucluse)

Des saisonniers positifs pris en charge par la CPTS Synapse Comtat Venaissin (Vaucluse)

© Photo SA

En tout 5400 tests ont permis de révéler plus de 300 cas positifs parmi les saisonniers étrangers.

Des cadences infernales, des logements insalubres

Ce sont des travailleurs « détachés », c’est-à-dire embauchés et rémunérés par des sociétés d’intérim étrangères, et mis à la disposition des entreprises agricoles françaises.

Celle qui fournit le plus de saisonniers dans notre région est l’agence espagnole Terra Fecundis.

Elle est dans le collimateur de la justice pour avoir ignoré le versement de cotisations estimé à 112 millions d’euros pour la seule période de 2012 à 2015.

Bon nombre de salariés agricoles employés par des agences d’intérim étrangères dénoncent des cadences infernales, des heures supplémentaires non payées, et les conditions insalubres dans lesquelles ces mêmes sociétés les logent.

Peut-on imaginer ces entreprises alors, faire respecter les gestes barrières pour éviter la transmission du virus ?

Il m’a dit que tout ça ne servait à rien et que c’était « de l’enfumage.

Pour Jean-Yves Constantin, premier vice –président du collège salarié MSA Provence Azur, élu CFDT, “ dans un mas à Maillane, 26 personnes ont été testées positives. Et selon les échos que j’ai, entre trois et huit personnes n’ont pas été dépistées sur le site. Parce que l’entreprise de travail temporaire qui préside dans ce lieu là incite ses salariés à se passer de ces tests.

“J’ai eu l’occasion de discuter avec l’un des responsables de cette agence. Il m’a dit que tout ça ne servait à rien et que c’était ” de l’enfumage”.

La plupart des travailleurs détachés viennent d’Equateur, du Maroc, ou du Sénégal. La CGT estime leur nombre à 2000 dans les Bouches-du-Rhône.

Nous savons qu’il reste des gens positifs au covid, et asymptômatiques. Et qu’ils vivent dans des lieux d’hébergement collectifs”, raconte Ingeborg Bonte, secrétaire de l’Union départementale CGT 13.

Certains nous ont confié dormir sur des matelas à même le sol, à six ou huit dans la même salle, avec de l’eau non potable.

Je ne comprends pas que de telles situations puissent exister dans des pays comme le nôtre”.

Dans le seul pays d’Arles, au 14 juin, 158 personnes avaient été déclarées contaminées. La plupart sont asymptomatiques ou ont eu des formes légères, à l’exception de deux cas graves hospitalisés.

“Les salariés sont pris entre le marteau et l’enclume”, poursuit Jean-Yves Constantin.

“Ils sont gagnés par l’angoisse de ce qu’il peut leur arriver au niveau de leur santé mais aussi de leur emploi. Ils ont une famille à nourrir. Ils sont soumis à la pression de leur employeur. C’est une position difficile à tenir”.

200 arrêts maladie délivrés aux travailleurs étrangers

Si l’employeur n’y pousse pas, la notion de confinement est difficile à gérer pour les travailleurs étrangers. Quinze jours sans travailler, c’est un demi-mois de salaire en moins.

Le Docteur Déboral Diaz, médecin du travail au sein de la MSA, la sécurité sociale agricole, a travaillé auprès de cette population de travailleurs détachés.

“Nous les avons accompagnés, alors que cela n’était pas au coeur de notre mission. Mais nous avons réussi à délivrer 200 arrêts maladie pour que les travailleurs puissent être indemnisés dans leur pays d’origine” précise le médecin avec satisfaction. “Tout cela n’a pu se faire qu’avec une excellente coordination entre les services de l’Etat et les associations qui oeuvrent sur le terrain”.

Trois centres pour le confinement dans les Bouches-du-Rhône

Dans les Bouches-du-Rhône, les autorités sanitaires ont mis en place trois centres d’hébergement pour le confinement des personnes testées positives.

L’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur, les médecins libéraux mobilisés, SOS médecins et les associations de sécurité civile assurent leur suivi médical et la fourniture des besoins de première nécessité.

Une ancienne maison de retraite de Miramas a fait l’affaire, avec la mobilisation de la municipalité et de plusieurs associations.

Personnel soignant au centre d'hébergement de Miramas
Personnel soignant au centre d'hébergement de Miramas

Personnel soignant au centre d’hébergement de Miramas

© Photo FTV

Moralès Garcia, contaminée par le virus, y passe sa quinzaine. Cette saisonnière agricole, mère de deux enfants, était logée dans un foyer de travailleurs beaucoup moins adapté :

C’était impossible de rester là-bas. C’était dangereux pour moi”, raconte-t-elle. “Il n’y avait pas de bonnes conditions. Beaucoup de mouches, pas de toilettes, beaucoup d’humidité. Moi j’ai de l’asthme ça aurait pu être fatal. Ici je suis très bien”.

La médecine de ville en action dans le Vaucluse

Dans le Vaucluse, où ont été dépistés 875 personnes, 56 d’entre elles se sont révélées positives.

Le docteur Sébastien Adnot a participé aux soins des premiers cas du cluster agricole de la région de Carpentras. En quelques heures, grâce à l’action de sa CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé) Synapse du Comtat Venaissin, trois médecins de ville volontaires et plusieurs cabinets d’infirmières répondaient présents.

“L’ARS avaient pris des mesures d’isolement, mais il n’y avait rien pour soigner ces gens : c’est à dire les surveiller tous les 48h, faire une consultation médicale et une consultation infirmière tous les deux jours, durant 14 jours. Notre CPTS a proposé d’assurer le suivi de ces personnes”.

Des soignants de la CPTS Synapse Comtat Venaissin, au service des travailleurs étrangers
Des soignants de la CPTS Synapse Comtat Venaissin, au service des travailleurs étrangers

Des soignants de la CPTS Synapse Comtat Venaissin, au service des travailleurs étrangers

© Photo SA

Un kinésithérapeute d’origine espagnole apporte alors son concours pour expliquer aux saisonniers de langue hispanique les règles des gestes barrières, et donner des informations sur la maladie Covid.

Lors d’une nouvelle série de tests, l’équipe médicale repère le cas d’une salariée.

“C’était un cas grave. Nous l’avons compris tout de suite et l’avons envoyée à l’hôpital de Carpentras. Le scanner a révélé des lésions importante. Elle a été placée tranquillement sous oxygène. Ce suivi médical était donc nécessaire et a évité une issue fatale”.

La directive de l’Agence régionale de santé est de dépister une nouvelle fois, chaque semaine.

Selon le Dr Deborah Diaz, de la MSA, “il y a encore des cas positifs dans les Bouches-du-Rhône, mais en diminution”.

Quelques hébergements et entreprises réclament encore l’attention des autorités sanitaires.

Ce vendredi, l’Agence Régionale de Santé fera un point sur la situation dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse.

 

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

Source France 3 Région

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…




L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source Baromètre

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…