comment vont s’organiser les colonies de vacances en Haute-Marne


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

En Haute-Marne, différentes structures proposent des colonies de vacances et rassurent les familles pour accueillir les enfants dans le respect du protocole sanitaire mis en place avec le coronavirus.
La maison de Courcelles, les ligues de l’enseignement de la Meuse et de la Haute-Marne ou encore le centre culturel Haut-Marnais ont mis en place le protocole sanitaire.

Même s’ils ont obtenu le feu vert du gouvernement, des réponses sont encore attendues sur des questions très pratiques quant à l’accueil des enfants cet été. Ces structures espèrent un nouvel assouplissement des mesures.

Un vrai casse-tête

Les séjours du Centre Culturel Haut-Marnais proposent des séjours d’été à la base de voile du Lac du Der et à la base de voile du Lac de la Liez près de Langres. L’association propose aussi des séjours au Val André en Bretagne où trois colonies sont programmées pour les enfants de la Haute-Marne.

A la conquête du grand large avec le CCHM52

A la conquête du grand large avec le CCHM52

© Centre Culturel Haut-Marnais


Pour Franck Prodhon, directeur du centre culturel Haute-Marne, le protocole est à l’étude.“On est en train d’y réflechir. On est seulement en train de reprendre notre rythme et on va tout faire pour maintenir nos séjours”. La structure a déjà mis le pied à l’étrier en ayant été sollicitée par l’Education Nationale pour accueillir des groupes à partir du 19 juin jusqu’au 3 Juillet dans le cadre de la reprise progressive des cours dans les écoles et les collèges. 

Le dispositif Sport-Santé-Culture-Civisme (2S2C) a pour objectif d’offrir aux élèves des activités éducatives sur le temps scolaire, pour compléter le travail en classe et/ou à la maison.

Cinq écoles du secteur de Langres et Chaumont en collaboration avec l’agglomération de Chaumont auront des activités avec le centre culturel Haute-Marne. “Cela va déjà nous permettre de retrouver les enfants et d’être en situation,” selon Franck Prodhon.

Bivouac en péril

Pour Juliette Bontemps, la directrice de la ligue d’enseignement de la  fédération de la Haute-Marne, la réflexion se poursuit autour de l’accueil des enfants et des ados, car leurs colos proposent principalement du camping. Le petit bivouac est installé à l’orée de la forêt pour mieux la vivre et l’habiter.

Installation de camping
Installation de camping

Installation de camping

© La Maison de Courcelles


Pour la structure, il faut envisager plus de matériels, plus de tentes et plus d’animateurs pour encadrer. ” Nous sommes encore en plein calcul et nous attendons encore un peu avant d’annoncer l’ouverture de ces séjours ou pas” confie la directrice. ” Nous voudrions pouvoir offrir des vacances aux enfants dans la nature, mais les contraintes sanitaires compliquent cela. Nous avons dû annuler le trek avec les ânes par exemple”. Si jamais les colonies sont annulées, la ligue envisage d’accueillir des classes apprenantes qui demandent moins de contraintes.

Prêt pour le 4 juillet

Pour cet été, la Maison de Courcelles  à Saint-Loup-sur-Aujon en Haute-Marne, organise l’accueil pour juillet et août en respectant toutes les mesures barrières imposées.” Nous travaillons pour être prêts pour le 4 juillet “ annonce le directeur Louis Létoré. Depuis plus de 30 ans, la Maison de Courcelles accueille, dans cette vaste propriété du 19e siècle, des colonies de vacances, des classes découvertes, des artistes en résidence.


Pour le directeur Louis Létoré, ce protocole sanitaire est difficilement compatible avec l’état d’esprit de notre structure.

La Maison de Courcelles a tout préparer pour accueillir les enfants cet été en mettant en place les mesures sanitaires. “Pas question d’y faire des classes apprenantes, car les enfants ont besoin de vraies vacances” rappelle le directeur.       

La structure a refusé de mettre en place cette demande réclamée par Jean-Michel Blanquer, le Ministre de l’Education Nationale et Gabriel Attal Gabriel Attal, secrétaire d’Etat auprès du ministre. “Notre accueil est de s’inscrire en rupture avec l’Education Nationale pour que les enfants puissent vraiment vivre un temps de vacances, de repos et de découverte, différents des temps d’apprentissages classiques enseignés le reste de l’année”. Et c’est dans cet esprit que l’association accueille des classes découvertes toute l’année.

Rassurer les parents 

Louis Létoré a envoyé un courrier aux parents pour annoncer le protocole mis en place pour les rassurer. La première annonce précise que les équipes d’animateurs vont être renforcées. D’habitude, il y a un animateur pour quatre enfants. Aujourd’hui, nous avons recruté des animateurs supplémentaires nous faisons le choix de l’humain pour renforcer la confiance des parents.

Les gestes barrières seront de nouveau expliqués et les points d’accueils seront réorganisés. Ceci afin d’accompagner au mieux les enfants dans les gestes de la vie quotidienne en lien avec les mesures d’hygiène renforcée : davantage de présence pendant les temps de repas, pour le lavage régulier des mains au cours de la journée, pour le nettoyage des locaux et objets, pour les temps privilégiés le soir dans les chambres, pour faire vivre les projets des enfants et tout simplement pour le partage serein des temps de vie commune, explique le directeur dans ce courrier.

Les petits toqués de la Maison de Courcelles
Les petits toqués de la Maison de Courcelles

Les petits toqués de la Maison de Courcelles

© La Maison de Courcelles


Des mesures barrières dans l’esprit des vacances

Pour Franck Prodhon, “ces colos 2020 vont être complexes, il y a eu un assouplissement des mesures qui nous permettent de pouvoir accueillir plus d’enfants. Nous pouvons garder les lits superposés dans les chambres avec ce nouveau protocole ce qui n’était pas le cas dans le précédent. Un enfant par lit superposé n’aurait pas été possible,” admet le directeur.

Le directeur de la maison de Courcelles partage cet avis. “Les chambres à 8 lits sont immenses, on n’aura pas de mal à respecter les distances, mais il fallait pouvoir garder les lits superposés aussi”. Tout se prépare pour que cet été, les enfants profitent des nombreuses richesses de la Haute-Marne. 

 

Les activités repensées

Pour l’association du Centre Culturel Haut-Marnais qui propose avant tout des activités sportives et de voile sur les lacs, l’apprentissage de la navigation va s’adapter. “On va privilégiér les bateaux avec un enfant comme des optimists qui sont des petits bateaux d’apprentissage. Ceci dit, c’est aussi notre esprit, car ces bateaux sont proposés toute l’année pour apprendre à naviguer en toute autonomie. Mais nous devons revoir notre activité catamaran et on y réfléchit. Nous sommes adhérents à la Fédération Française de Voile qui a des protocoles bien précis. Elle nous a bien aidé à préparer cet accueil avec la mise en place du protocole sanitaire.”

 

Masques, Gel, Marquage au sol, nettoyage

Masques pour les adultes et obligation de les porter uniquement en fonction des activités et gel hydro-alcoolique pour tous.

Les mesures de distanciation ont été fixées à  deux mètres et le marquage au sol a été pensé de manière ludique afin d’alléger ses contraintes qui peuvent générer de l’angoisse pour certains enfants. L’avantage c’est que nous disposons d’espace pour pouvoir réaliser cela dans notre domaine.

Ceci dit toutes les équipes ont prévu de réapprendre les gestes barrières aux enfants, de désinfecter le coin dans lequel les activités seront faites et bien évidemment de se laver les mains très régulièrement.“Nous avons prévu, dans nos prévisions, d’avoir des masques et du gel, mais de là à dire combien de masques et de gels nous utiliserons, tout cela reste en attente de savoir à quel stade sera l’épidémie cet été. Nous espérons qu’au mois de juillet et au mois d’août, la situation sera plus allégée” espére Louis Létoré.

Les lieux de vie repensés

Dans la restauration : une seconde salle à manger sera ouverte. Le broc d’eau sera versé par un animateur afin d’éviter qu’il ne soit touché par plusieurs mains”. Pour les activités de la ludothèque, le fonctionnement a été repensé à la maison de Courcelles: ” on ne va pas désinfecter chaque playmobile, on aura plusieurs caisses qu’on alternera.

Idem pour les livres : les livres empruntés seront déposés dans une caisse durant plusieurs jours.

La salle de cirque : on va restreindre l’accès avec pas plus de 15 enfants. Idem pour les matériels, les balles, les bâtons du diable, les cerceaux ne seront plus partagés.

Le scénario pour les jeux d’extérieur a été aussi revu : ” les sports collectifs auront lieu  mais avec deux mètres de distance et les animateurs pensent à des sports qui s’y prêtent“. Les soirées sont aussi maintenues toujours dans cet esprit sanitaire.

Feu de camp à la Maison de Courcelles
Feu de camp à la Maison de Courcelles

Feu de camp à la Maison de Courcelles

© La Maison de Courcelles

Réconforter et entourer les enfants

Nous avons réduit les effectifs pour l’accueil des 7/12 ans par contre les 4/6 nous avons gardé le même nombre de vingt enfant car c’est possible.

“Par contre pour les petits, de 4 ans et de 6 ans, c’est difficile de ne pas leur faire un câlin s’ils se réveillent dans la nuit pour les réconforter ou encore si dans la journée, ils se font un bobo” confie le directeur.

Notre but est de ne pas rendre le séjour angoissant si on ne peut plus répondre aux besoins affectifs des petits” “Nous allons rencontrer prochainement la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale ( DRJCS) pour faire valider notre protocole sanitaire élaboré à partir de leurs recommandations annonce Louis Létoré.L’avantage, c’est que nous disposons de 3 000 m2 habitable dans la maison et 1 hectare le parc : vu la superficie c’est jouable.

Des conséquences financières

La Maison de Courcelles recrute. Nous avons augmenté de 3 à 4 animateurs nos effectifs et c’est nous qui paierons. Nous allons accueillir à perte et on continue à flux tendu. Nous travaillons sur un modèle économique fragilisé.

Nous avons tout même obtenu cinq mille euros d’aide par la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale (DRJCS). 

Pour cette structure, la période de confinement a été un vrai coup dur entre les annulations des classes découvertes et les annulations des vacances de printemps..Chaque année, nous recevons 500 enfants en colo rappelle Louis Létoré, contre 60-70 enfants en centres de loisirs.» Ce qui nous permet actuellement de tenir debout, c’est le chomage partiel payé par l’Etat, mais cela ne va durer.

La maison prépare aussi les repas scolaires pour les écoles : l’ecole de Saint Loup sur Aujon et Auberive.

La fermeture des écoles a été aussi une perte financière. Depuis la réouverture, nous avons préparé 7 repas pour chaque école confie le directeur.

Ces pertes entraînent aussi des conséquences sur l’économie rurale, car la maison de Courcelles est également un lieu d’insertion qui facilite l’installation de travailleurs indépendants. Même ressenti pour Juliette Bontemps leur structure n’est pas en péril si les colos ne peuvent accueillir les enfants, car l’accueil de loisirs dans la journée se poursuit.

Un avenir incertain

Dans ce territoire rural, l’association emploie actuellement dix-huit salariés en milieu rural. Elle établit des coopérations avec la communauté de communes comme avec les agriculteurs locaux et a mis en place un chantier d’insertion.

Batiste le maraîcher de la Maison de Courcelles
Batiste le maraîcher de la Maison de Courcelles

Batiste le maraîcher de la Maison de Courcelles

© La Maison de Courcelles


Il y a Adrien, le boulanger bio, qui fait du pain pour l’association et aussi tout le territoire. Il y a Cécile, l’apicultrice qui s’occupe du rucher installée sur place. Et enfin Batiste le maraîcher qui est à mi-temps et qui s’occupe du verger et du potager pédagogique. “La transmission est importante et si on arrive à remunerer ses professionnels, ils peuvent s’investir et l’objectif, c’est d’avoir de plus en plus de partenaires” rappelle Louis Létoré. 

Cécile l'apicultrice de la Maison de Courcelles
Cécile l'apicultrice de la Maison de Courcelles

Cécile l’apicultrice de la Maison de Courcelles

© La Maison de Courcelles


Pour le mois de juillet les réservations pour les séjours sont presque complèts, mais pour le mois d’août, il reste de la place. Sur l’accueil des loisirs et des colonies de vacances, notre chiffre d’affaire s’élève à 180 000 euros sur juillet et août  normalement. “Cet été, sur cette somme, on va perdre 30 % car nous avons eu des annulations en plus de devoir réduire le nombre d’enfants à accueillir” conclut Louis Létoré.

L’espoir d’un assouplissement 

Louis Létoré espère un nouvel assouplissement du protocole pour le 22 juin prochain. Leur association ne pourra survivre qu’en allégant ces mesures et en ayant une aide financière de l’Etat avec un fond spécifique pour les colonies.

Pour Juliette Bontemps, leur structure n’est pas en péril si les colonies ne peuvent accueillir les enfants car l’accueil de loisirs est maintenu la journée. Par contre, les séjours classes découvertes inquiètent les structures. Si ces classes sont annulées pour la rentrée scolaire prochaine, l’activité pourrait être en péril d’autant que certains craignent une seconde vague du virus dans l’hexagone en octobre prochain. 

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

Source France 3 Région

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source Baromètre

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…