Coronavirus. La trottinette électrique un “bijou du déconfinement” à Grenoble


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

Coronavirus. La trottinette électrique un “bijou du déconfinement” à Grenoble 1

La trottinette électrique décolle. Depuis déjà trois ans, elle s’est imposée comme mode de déplacement urbain. Avec la crise sanitaire du coronavirus, elle est même devenue une alternative pour les usagers des transports en commun. Plus écologique et moins dangereuse en temps d’épidémie, ses ventes ne cessent d’augmenter ces dernières années. Dans la seule boutique spécialisée de Grenoble, le chiffre d’affaires a quadruplé depuis le déconfinement.

“J’ai acheté pour la première fois une trottinette électrique après le confinement”, raconte Eva Genin. Pour cette salariée du secteur de la restauration, la trottinette électrique était l’option la plus simple. Elle fait au minimum quatre déplacements par jour, entre son lieu de travail et son domicile. 

Et d’habitude, la citadine utilise les transports en commun. Mais voilà, le 11 mai venu, elle se décide à changer de mode de locomotion et d’opter pour l’engin électrique. “C’était l’inconnu, mais au final c’est pratique, je la charge la nuit et je peux la plier puis la mettre dans mon casier au travail.”

Tendance de l’année 2017, la trottinette électrique a gagné sa place dans l’espace urbain. D’année en année, elle séduit de plus en plus de consommateurs en France. Selon le baromètre de la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FP2M) et de l’agence de prospective Smart Mobility Lab : “478 000 trottinettes électriques ont été vendues ou demandées par les entreprises, pour aider le retour de leurs salariés, à partir du 11 mai.”

 

Un “boom” post-confinement ?

“Il y a avait la queue à la réouverture de notre magasin” raconte Rémi Besançon, directeur de la boutique grenobloise “Ze Trott’.” Depuis quelques jours, déjà, il remarque avec son frère et associé, Sébastien Besançon, un réel regain d’intérêt pour la trottinette électrique. En temps normal, le magasin vend en moyenne une dizaine d’engins par semaine. 

Avec le déconfinement, ils ont atteint 40 ventes par semaine. Un “boom” qu’apprécie l’entrepreneur, après une période de confinement sans activité. “On a aussi une très forte augmentation dans notre atelier de réparation, les clients ressortent leurs trottinettes qu’ils n’utilisaient peu ou pas “, ajoute-t-il. 

 

 

La trottinette électrique mieux que le vélo ? 

L’avantage de la trottinette par rapport au vélo, Eva Genin, l’apprécie jour après jour. Elle estime que sa trottinette est moins exposée au vol qu’un vélo et “pour rentrer tard le soir après un travail assez épuisant, c’est le top.” Autre fierté de la Grenobloise : l’emmener avec elle dans ses escapades en campagne. “J’avais hâte de montrer mon bijou de déconfinement !”

 

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…

Source France 3 Région

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source Baromètre

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…