Ces fintechs qui veulent dépoussiérer l’assurance-vie

Ces fintechs qui veulent dépoussiérer l’assurance-vie

Ces fintechs qui veulent dépoussiérer l’assurance-vie 1

2020 aura été une année noire pour l’assurance-vie. Selon les derniers chiffres de la Fédération française de l’assurance (FFA), le placement préféré des Français, avec plus de 1.700 milliards d’euros d’encours, n’a plus la cote. Depuis le début de l’année, alors que le taux d’épargne n’a cessé de grimper sous l’effet du confinement, l’assurance-vie n’en a pas du tout profité. Pire, elle enregistre même une décollecte nette de 7 milliards d’euros. Du jamais vu depuis 20 ans !

Alors, au rebut l’assurance-vie ? Ce n’est pas l’avis de plusieurs start-up de la fintech qui viennent de lancer des contrats, en misant sur les points forts du produit (sa fiscalité, sa grande souplesse) tout en essayant d’en gommer les défauts. Le premier d’entre eux, c’est le fonds en euros, qui permet de garantir le capital à tout moment. Auparavant véritable point fort de l’assurance-vie, son rendement en baisse continue depuis des années le rend beaucoup moins attirant. “Le fonds en euros n’est qu’une variable d’ajustement du profil de risque du client. Même un client très prudent ne peut plus être investi à 100% sur le fonds en euros, s’il veut être un peu rémunéré”, détaille Marc Tempelman, cofondateur…

0 aura été une année noire pour l’assurance-vie. Selon les derniers chiffres de la Fédération française de l’assurance (FFA), le placement préféré des Français, avec plus de 1.700 milliards d’euros d’encours, n’a plus la cote. Depuis le début de l’année, alors que le taux d’épargne n’a cessé de grimper sous l’effet du confinement, l’assurance-vie n’en a pas du tout profité. Pire, elle enregistre même une décollecte nette de 7 milliards d’euros. Du jamais vu depuis 20 ans !

Alors, au rebut l’assurance-vie ? Ce n’est pas l’avis de plusieurs start-up de la fintech qui viennent de lancer des contrats, en misant sur les points forts du produit (sa fiscalité, sa grande souplesse) tout en essayant d’en gommer les défauts. Le premier d’entre eux, c’est le fonds en euros, qui permet de garantir le capital à tout moment. Auparavant véritable point fort de l’assurance-vie, son rendement en baisse continue depuis des années le rend beaucoup moins attirant. “Le fonds en euros n’est qu’une variable d’ajustement du profil de risque du client. Même un client très prudent ne peut plus être investi à 100% sur le fonds en euros, s’il veut être un peu rémunéré”, détaille Marc Tempelman, cofondateur de Cashbee, une application d’épargne sur smartphone qui a lancé son contrat le mois dernier. Dans le contrat Mon petit placement Vie accessible depuis la semaine dernière, le fonds en euros n’est même pas proposé. “Notre volonté est d’aider le particulier à accéder à l’investissement financier, pas à l’épargne. Du coup, nous lui ouvrons l’accès aux marchés financiers avec des unités de compte”, explique Thomas Perret, président de la plateforme Mon petit placement.

Un service haut de gamme mais des prix très compétitifs

Dans ces deux contrats, le client profite d’une allocation adaptée à son profil. Pour ce faire, il remplit lors de sa souscription un petit questionnaire sur ses objectifs et son niveau d’aversion au risque. En quelques minutes, il obtient une allocation personnalisée, investie dans des fonds de prestigieuses sociétés de gestion (Pictet, Comgest…) et qui évolue en fonction de l’évolution des marchés. Cette gestion pilotée auparavant réservée aux clients des banques privées devient accessible sur smartphone, à des tarifs très compétitifs : entre 0,5 et 1,3% par an, sans coût supplémentaires de transaction. “Nous avons décidé de mettre des frais de gestion au plancher (0,5%) et d’y ajouter une commission de performance plutôt que des frais fixes prélevés même en cas de performance négative”, souligne Thomas Perret.

Et à l’image de l’ISR qui prend de plus en plus d’importance, ces contrats proposent une majorité de fonds ayant le label d’état ISR mais surtout ils proposent des poches dédiées, soit sur le climat, la santé, l’égalité ou même l’emploi, de quoi satisfaire toutes les bonnes consciences. Enfin, contrairement aux idées reçues, l’argent investi en assurance-vie reste disponible à tout moment, avec un délai administratif de quelques jours. Chez Cashbee, le client peut même voir l’épargne revenir sur son compte courant en 72 heures. Avec autant d’atouts, ces contrats espèrent bien convaincre les épargnants des vertus de l’assurance-vie !

[ad2]

Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…