Immobilier résidentiel : les volumes de transactions frisent toujours les records (Ikory) 1

Immobilier résidentiel : les volumes de transactions frisent toujours les records (Ikory)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© Adobe Stock

L’année 2021 égalisera-t-elle les records d’investissement de 2020 sur le marché résidentiel ? C’est bien parti pour, selon la douzième note de conjoncture sur l’immobilier résidentiel d’Ikory. « L’excellente tenue de l’investissement résidentiel se confirme en ce début d’année 2021 », affirme le broker spécialiste du résidentiel.

En ce qui concerne la vente en bloc, à la fin du deuxième trimestre 2021, un peu plus d’une cinquantaine d’opportunités d’investissement — d’un montant unitaire supérieur à 10 M€ — a été mise sur le marché. Ces cinquante opérations sur les six premeirs mois de 2021 représentent environ 4 Mds d’euros. Un chiffre à comparer aux 5,5 Mds€ investis sur le marché résidentiel au cours des douze mois de l’année 2020.

L’ancien tient le haut du pavé

Record battu dans l’ancien, qui ne cesse d’enregistrer un nombre de ventes exceptionnellement élevé malgré la crise. « À fin mars 2021, on dénombre 1 080 000 logements anciens vendus sur les douze derniers mois, un record absolu, pointe Ikory dans sa note de conjoncture. Ce total progresse de 4% sur un an et reste supérieur de 33% à sa moyenne long terme. »

Cette excellente tenue du marché ancien confirme une nouvelle fois le rôle de valeur refuge du résidentiel, en particulier dans l’esprit des Français. Reste à savoir si les annonces, hier, du Haut conseil pour la stabilité financière qui visent à durcir les conditions d’octroi du prêt immobilier auront ou pas un impact sur ce marché. Pour l’heure, les prix de l’immobilier ancien ne cessent de tirer vers le haut, jusqu’à atteindre les + 6,3 % en un an à la fin du mois d’avril pour les maisons, selon les notaires.

Le résidentiel neuf « diffus » en chute libre

À la différence de l’ancien, le marché du résidentiel neuf « diffus » (c’est-à-dire pas en bloc) a énormément souffert de la crise sanitaire. Le report des élections municipales de plusieurs mois, en particulier, a eu pour effet de retarder les constructions. « Bien que les ventes et les mises en vente au niveau national reprennent des couleurs, le volume de vente sur douze mois décroche de plus de 15 % et atteint un niveau bas non vu depuis début 2016 », relate Ikory. Cette situation de pénurie de logements neufs semble avoir été reconnue par les pouvoirs publics. Récemment, le Premier ministre a annoncé une batterie de mesures pour accélérer la construction.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…