Le marché immobilier de luxe parisien ne faiblit pas en 2020 (Daniel Féau) 1

Le marché immobilier de luxe parisien ne faiblit pas en 2020 (Daniel Féau)

Le marché immobilier de luxe parisien ne faiblit pas en 2020 (Daniel Féau) 2

Actif situé dans le 1er arrondissement de Paris à proximité du Jardin des Tuileries, vendu à un acquéreur étranger pour 4,9 M€ par Daniel Féau.
© DR

Le réseau d’agences immobilières Daniel Féau observe un tassement des ventes de logements parisiens entre 1 et 3 M€, principalement en raison de la crise sanitaire et au durcissement des conditions d’octroi de financement immobilier. En revanche, le marché des ventes au-delà de 3 M€ se porte comme un charme. 

En effet, sur ce segment du luxe, les agences Daniel Féau ont réalisé en 2020 à Paris une vente tous les trois jours entre 3 et 35 M€ à un prix moyen de 4,970 M€, ce qui est proche de ses ventes sur ce segment en 2019. Les valeurs n’ont pas faibli. Bien au contraire. Ces ventes ont été réalisées à un prix moyen au m² de 18 667 € contre 17 091 € en 2019, soit une augmentation de 9,2 %. Le prix moyen au m² des ventes effectuées par les agences Daniel Féau entre 1,5 et 3 M€ a pour sa part été de 14 893 € en 2020 contre 14 032 € en 2019, ce qui représente une hausse de 6,1 %.

« Si le segment du luxe et du très grand luxe a été affecté par la quasi-disparition des acquéreurs chinois et surtout américains qui n’ont pas pu traverser l’Atlantique pendant de nombreux mois, les clientèles du Moyen Orient ont pu se déplacer grâce à leurs avions privés, détaille le groupe. Et les acquéreurs européens et surtout français – notamment en provenance du Royaume-Uni, en prévision du Brexit – se sont en grande part substitués à notre clientèle internationale habituelle incapable de se déplacer, ce qui a pu expliquer la très bonne tenue de nos ventes « high end ». »

Baisse de 35 % de la clientèle internationale

Finalement, toujours au-delà de 3 M€, la part des ventes des agences de Daniel Féau effectuées par la clientèle internationale est passée de 42 % en 2019 à 27 % en 2020, soit une baisse de 35 %, la part des acquéreurs français remontant à trois ventes sur quatre. La clientèle nationale a donc compensé la diminution des acquéreurs étrangers.

Par ailleurs, « si l’on en juge par la fréquentation de nos sites internet par les étrangers, l’intérêt de la clientèle internationale pour l’immobilier parisien ne se dément pas, indique le réseau d’agences immobilières Daniel Féau. Les quartiers « chics » de la capitale sont toujours très recherchés par la clientèle française et internationale comme en témoigne la reprise intense d’activité dans nos agences dès la fin du second confinement. La demande de biens comportant un espace extérieur, terrasse ou jardin, a fortement animé le marché, ce qui explique la progression remarquable des ventes de notre agence de Saint-Cloud (+ 54 % en nombre de ventes pour un prix moyen de 1,520 M€) ou de Neuilly. »

« Notre agence d’Aix-en-Provence et, dans une moindre mesure, notre activité de vente de châteaux ont aussi profité de l’installation « à la campagne » de familles jusqu’ici urbaines, poursuit le réseau d’agences immobilières Daniel Féau. Elles ont décidé de changer de mode de vie et de vivre en province à condition de disposer d’une gare de TGV à moins de 45 minutes, d’un réseau wifi adapté et de bonnes écoles lorsqu’elles ont des enfants en âge d’être scolarisés. Mais ce phénomène reste relativement marginal en nombre de ventes. »

Déséquilibre structurel du marché parisien

Compte tenu de ses parts de marché sur ce segment du luxe immobilier, le réseau d’agences immobilières Daniel Féau estime que « ces chiffres démontrent l’appétit persistant pour l’actif immobilier, actif considéré comme une valeur refuge dans le contexte actuel de baisse des rendements des produits de taux tels que les obligations ou l’assurance-vie. Mais ces chiffres sont aussi et surtout la traduction du déséquilibre structurel du marché parisien dont l’offre est, et demeurera, notamment du fait de l’absence de construction neuve, figée face à une demande nationale et internationale toujours très présente. »

Enfin, le réseau d’agences immobilières Daniel Féau « ne sait pas comment l’étroitesse de l’offre pourrait disparaître à court et moyen terme et n’observe pas un affaiblissement de la demande. Ce déséquilibre semble donc devoir perdurer et le marché immobilier haut de gamme parisien restera tendu en 2021. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…