Perception propriétaires & locataires : ce qui a changé depuis le déconfinement (SeLoger) 1

Perception propriétaires & locataires : ce qui a changé depuis le déconfinement (SeLoger)

Perception propriétaires & locataires : ce qui a changé depuis le déconfinement (SeLoger) 2

Logement prétexte
© Se loger

En quoi la perception qu’ont propriétaires et locataires du marché immobilier a-t-elle évolué au cours des dernières semaines ? Une étude SeLoger portant sur 2 400 locataires et 654 bailleurs répond à cette question.

Au sortir de cette expérience éprouvante du confinement, les bailleurs semblent respirer à nouveau. D’une part, près de six bailleurs sur dix parient sur la stabilisation des loyers. D’autre part, l’optimisme est plus marqué concernant l’évolution de leur pouvoir d’achat personnel dans les mois à venir, mais encore, et surtout, la crainte des impayés liés à la crise Covid-19 semble s’estomper dans l’esprit des bailleurs, car ils ne sont désormais que 38 % à s’avouer inquiets alors qu’ils étaient 50 % en avril.

Il ressort également de l’enquête SeLoger réalisée du 14 au 18 mai 2020 que 81 % des propriétaires bailleurs ont vu leurs projets locatifs affectés par la crise du Covid-19 (32 % ont subi des retards dans les démarches, 31 % des projets ont été reportés et seuls 4 % ont été annulés). Si ce pourcentage reste élevé et témoigne de la violence du séisme sanitaire qui a figé le marché immobilier pendant plus de deux mois, force est tout de même de constater qu’il est orienté à la baisse. En effet, à titre de comparaison, ce ne sont pas moins de 96 % des projets locatifs des bailleurs que les mesures de confinement avaient impactés en avril dernier.

« Difficile de trouver un locataire à l’heure où les visites des biens étaient gelées pendant le confinement. Sans parler des craintes de loyers impayés pour les biens occupés qui ont gagné un bailleur sur deux pendant ces deux mois où le marché était mis en pause forcée. Mais peu à peu, un retour à la normale semble se profiler dans l’esprit des bailleurs », souligne Séverine Amate, porte-parole de SeLoger.

L’étude SeLoger nous apprend que désormais seuls 28 % des bailleurs envisagent une dégradation de leur pouvoir d’achat personnel dans les six prochains mois (alors qu’ils étaient 52 % à le penser pendant le confinement). Désormais, un bailleur sur deux pense que ses finances personnelles ne seront pas impactées par la crise et 11 % pensent même qu’elles pourraient s’améliorer.

À la lecture des chiffres recueillis par SeLoger, il apparaît qu’une majorité de propriétaires bailleurs (58 %) mise sur une stabilisation du montant des loyers, en France dans les six prochains mois. Un statu quo qu’ils envisagent comme une réalité concernant l’ensemble du territoire d’après 70 % des bailleurs interrogés par SeLoger. Post-déconfinement, seuls 20 % des propriétaires avouent s’attendre à une baisse des loyers. Un léger changement de perception, car, lors du confinement, ils étaient 35 % à anticiper un recul sur les prix des loyers. Enfin, la proportion de propriétaires selon lesquels les loyers devraient, au contraire, augmenter dans les mois à venir passe de 10 % en avril à 21 % en mai.

« À l’heure du déconfinement, les bailleurs se montrent moins disposés à revoir les loyers à la baisse. Au contraire, la part de ceux qui envisagent une hausse a même doublé entre avril et mai. Mais d’une manière générale, c’est la stabilité des loyers qui pèse le plus dans la balance d’après les anticipations des bailleurs eux-mêmes », analyse Séverine Amate.

Sitôt le déconfinement prononcé, le marché de la location est reparti à toute allure en France. Selon l’étude SeLoger, ce sont quelque 41 % des projets de location d’un logement ayant été engagés qui ont été réactivés dès le 11 mai dernier. Covid-19 oblige, ceux qui ont dû être décalés l’ont été au mois de juin (pour 22 % d’entre eux), à l’été (pour 14 %), à la rentrée (pour 15 %), voire à l’année prochaine (pour 12 %).

« La reprise des projets locatifs mis en stand-by pendant le confinement est rapide dans l’esprit des futurs locataires, et c’est également ce que nous constatons sur l’audience de nos sites. Le volume de consultations des annonces et les mises en relation avec les professionnels explosent depuis le déconfinement. La dynamique de rattrapage est constatée sur la location, mais également sur l’achat », explique Séverine Amate.

Mais s’ils ont repris rapidement, certains projets ont pu changer de physionomie en cours de route (4 %). Parmi eux, alors que 22 % des futurs locataires ayant modifié leur recherche pendant le confinement cherchent désormais à se rapprocher des métropoles où se concentrent les créations d’emplois, 36 % veulent, au contraire, s’en éloigner. Enfin, pour 16 % des locataires, la présence d’un espace extérieur (terrasse, balcon, jardin) constitue désormais un critère essentiel même si cela constituait déjà un critère important pour 56 % des locataires, et ce bien avant l’expérience du confinement.

« L’envie d’un extérieur chez les futurs locataires n’est pas née du confinement. Elle était présente bien avant pour 56 % d’entre eux. L’expérience de l’enfermement n’a fait qu’accentuer ce besoin pour en faire un critère essentiel », précise Séverine Amate.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…