Qui a payé l’impôt sur la fortune immobilière en 2020 ?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


En 2020, 143 337 foyers ont envoyé à l’administration fiscale une déclaration d’impôt sur la fortune immobilière (IFI), contre 139 149 en 2019, selon les chiffres publiés le 12 juillet par la direction générale des finances publiques (DGFIP). Soit une hausse de 3 %. Le montant total d’imposition engrangé par l’Etat au titre de ces déclarations 2020 est lui aussi en légère hausse sur un an, de 4,4 %, à 1,56 milliard.

L’IFI, qui a remplacé en 2018 l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), concerne les foyers dont les biens immobiliers possédés en France ont une valeur imposable supérieure à 1,3 million d’euros (patrimoine calculé en déduisant les dettes et 30 % de la valeur de la résidence principale).

Lire aussi : Patrimoine : la fiscalité a beaucoup évolué ces dernières années

Selon l’administration fiscale, le montant moyen payé en 2020 s’élève à près de 11 000 euros par foyer. Dans le détail, l’IFI médian est d’un peu moins de 4 000 euros (3 835 euros) pour les 46 % des foyers « IFI » ayant déclaré un patrimoine de moins 1,8 million, mais de près de 200 000 euros (195 730 euros) pour les 0,40 % ayant déclaré plus de 15 millions.

69 ans en moyenne

Qui a payé l’IFI en 2020 ? Sans surprise, les déclarants sont souvent âgés – 69 ans en moyenne (l’IFI étant un impôt payé par foyer fiscal, la DGFIP prend en compte l’âge du premier déclarant du foyer fiscal). Les foyers « IFI » sont 33,4 % à relever de la classe d’âge des 65-74 ans et 32,8 % de celle des plus de 75 ans. A l’inverse, les moins de 45 ans représentent 2,6 % seulement des foyers totaux concernés par cet impôt sur le patrimoine.

« Les foyers IFI résident en majorité en Ile-de-France, dans les grandes villes du territoire métropolitain ou à l’étranger », note la DGFIP. Ainsi, parmi les foyers ayant déclaré l’impôt sur le revenu à Paris, 2,58 % sont assujettis à l’IFI, c’est le taux départemental le plus élevé pour les contribuables résidant en France, devant les Hauts-de-Seine à 1,38 %. Ces deux départements regroupent environ un tiers des foyers « IFI ».

Hors Ile-de-France, ce sont les Alpes-Maritimes qui affichent le taux de foyers « IFI » le plus élevé (0,70 %). Le taux le plus bas de France métropolitaine se retrouve dans la Haute-Marne, dans la Meuse, dans les Ardennes, dans l’Ariège et dans la Haute-Saône (0,05 %). Le taux est particulièrement élevé parmi les résidents français de l’étranger, 2,7 %.

Parmi les foyers ayant déclaré l’IFI en 2020 et ayant déclaré des revenus en France au titre de l’année 2019, un quart a des revenus imposables inférieurs à 62 000 euros et un quart ant des revenus imposables supérieurs à 163 000 euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment, par mégarde, vous pouvez faire de vos enfants des assujettis à l’impôt sur la fortune immobilière ?

Le poids de la résidence principale dans le patrimoine imposable à l’IFI des foyers concernés diminue avec le niveau du patrimoine immobilier : c’est près de 30 % pour les patrimoines compris entre 1,3 et 2,5 millions d’euros, contre un peu plus de 6 % pour les patrimoines de plus de 10 millions d’euros. A l’inverse, le poids de l’immobilier détenu de manière indirecte (via des fonds par exemple) augmente fortement avec le niveau de patrimoine, de 17 % pour les « petits » patrimoines à 56 % pour les plus gros.

Enfin, la DGFIP indique que les foyers « IFI » de 2020 ont déclaré un montant de dons à des organismes d’intérêt général équivalant en moyenne à 0,23 % de leur patrimoine immobilier imposable. Les foyers donateurs parmi les foyers « IFI » étaient près de 27 000 en 2020 – un peu moins de 20 %. Ces dons donnent droit à une réduction d’IFI de 75 % (limitée à 50 000 euros).


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …