Immobilier neuf : la montée incessante des prix inquiète les promoteurs 1

Immobilier neuf : la montée incessante des prix inquiète les promoteurs


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Rien ne semble vouloir stopper l’augmentation du prix des appartements neufs. La semaine dernière, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait état d’une hausse de 5,9 % en France, de 5,5 % en régions et de 4,8 % en Ile-de-France au quatrième trimestre 2021 par rapport au quatrième trimestre 2020. Avec un prix moyen au mètre carré de 4.307 euros en province et de 5.410 euros en région parisienne. Sur dix ans, la flambée atteint près de 22 % sur l’ensemble du territoire.

« A chaque fois, on se dit qu’un plafond va être atteint, mais ce n’est toujours pas le cas », résume , Didier Bellier-Ganière. La quasi-totalité des villes françaises a été concernée par les hausses de prix en 2021- à l’exception de Besançon (-14,2 %), du Havre (-2,9 %) et de Nice (-0,4 %). Des records ont été enregistrés à Laval (+16,8 %), Brest (+16,7 %), Le Mans (+14,1 %) ou Orléans (+13,1 %).

Report sur l’ancien

La France n’est pas la seule à connaître cette inflation. L’organisation Build Europe, qui fédère des promoteurs immobiliers, constructeurs de maisons et aménageurs de quatorze pays européens, a d’ailleurs alerté sur ce sujet les ministres européens du Logement, réunis ce mardi à Nice.

Dans l’Hexagone comme ailleurs, la situation risque de ne pas s’arranger entre la rareté du foncier, les nouvelles réglementations environnementales qui font grimper les coûts de construction et la guerre en Ukraine qui risque d’entraîner une nouvelle hausse des tarifs des matériaux.

« Or nous sommes désormais au taquet des prix auxquels on peut vendre. Aujourd’hui, beaucoup de gens achètent sur trente ans. C’est très difficile pour les primo-accédants. Je pense que nous allons vers une explosion sociale », alerte un grand promoteur.

« Au bord d’une crise »

« Malgré le niveau élevé des prix, nous arriverons toujours à vendre, car l’offre reste très inférieure à la demande, tempère Didier Bellier-Ganière. Mais nous voyons un certain nombre de nos acquéreurs se reporter sur le logement ancien – généralement moins cher – ce qui fait peser une pression supplémentaire sur les prix de l’ancien ».

Certains candidats à l’accession à la propriété se trouvent même tout bonnement contraints de renoncer à leurs projets. Et ils pourraient être de plus en plus nombreux à devoir le faire, alors que l’offre dans le résidentiel neuf comme dans l’ancien va s’avérer de plus en plus insuffisante pour répondre aux besoins.

« C’est pour cela que nous alertons les pouvoirs publics sur le fait que nous sommes au bord d’une crise du logement », poursuit le dirigeant de la FPI, qui plaide toujours pour la construction de 500.000 logements par an.

Dès lors, les promoteurs demandent une inversion du mécanisme de la fiscalité sur le foncier. Alors qu’aujourd’hui, « plus vous attendez pour vendre, moins vous êtes imposés », décrypte Didier Bellier-Ganière, ce qui encourage la rétention des terrains. Ils proposent aussi de reverser une partie de la TVA sur l’immobilier aux communes qui construisent.

« Obligation de densité »

Ils militent par ailleurs pour que l’objectif de zéro artificialisation nette des sols (ZAN) s’accompagne « d’une obligation de densité minimale de construction au-dessous de laquelle les maires ne pourraient pas descendre ». ​L’aide aux maires bâtisseurs mise en place par le gouvernement apparaît enfin insuffisante à la FPI. « Il faudrait presque un quoi qu’il en coûte pour le logement », estime son délégué général.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…