La Défense, Manhattan, la City : les puissants quartiers d'affaires survivront-ils au Covid ? 1

La Défense, Manhattan, la City : les puissants quartiers d’affaires survivront-ils au Covid ?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Incendies, épidémies, guerres… Les grandes métropoles mondiales se sont toujours relevées des désastres qu’elles ont traversés durant leur histoire, renaissant chaque fois plus fortes de leurs cendres. Mais les centres d’affaires de La Défense à Paris, de la City à Londres, de Midtown Manhattan à New York, de Marunouchi à Tokyo, et leurs homologues de Singapour, Francfort ou Chicago, qui concentrent les pouvoirs économiques et financiers mondialisés, survivront-ils au Covid-19 ?

Alors que la pandémie entre dans sa troisième année, « ces quartiers affrontent un défi inédit avec l’exode massif des bureaux », s’inquiète « The Economist ». « Le retour généralisé étant toujours incertain, la crise sanitaire soulève le débat sur le sort qui attend de ces grands pôles urbains. »

Une domination en péril

Avant la première vague de confinements, les 21 principaux centres d’affaires abritaient 4,5 millions de travailleurs et un cinquième des sièges sociaux des sociétés du Fortune Global 500, les plus grosses sociétés de la planète, rappelle l’hebdomadaire britannique. « Mais l’irruption du Covid a vidé les bureaux et la plupart des employés se sont convertis au télétravail. La Défense, la City et les autres peuvent-ils continuer à attirer les investissements et les talents comme avant, ou bien les nouveaux modes de travail mettront-ils en péril leur domination ? »

Les gérants immobiliers des immeubles de bureaux doivent déjà affronter des taux de vacances records, de plus de 12 % en moyenne, et jusqu’à 18 % à Londres ou 16 % à New York. A La Défense, le plus grand quartier d’affaires d’Europe, a retrouvé à peine 40 à 60 % des 180.000 salariés d’avant-Covid.

« Les promoteurs sont forcés de multiplier les mesures incitatives pour retenir les entreprises locataires ou tenter d’en attirer de nouvelles, tandis que les investisseurs se détournent de l’immobilier commercial, préférant miser sur les métropoles secondaires et sur le développement des entrepôts par exemple », note « The Economist ».

Mutation des quartiers

L’absence des banquiers, avocats et autres pénalise tous les commerces, cafés, restaurants, sociétés de services et de loisirs de ces quartiers, tandis que le télétravail assèche également les recettes des opérateurs de transports en commun.

Pour contrer cette tendance, les centres d’affaires tentent de se rendre plus dynamiques, en proposant des événements, des aménagements urbains et des activités susceptibles d’attirer d’autres publics que les travailleurs. Certains évoluent aussi en accordant plus de mixité entre immobilier de bureaux et résidentiel. « Alors que le monde du travail évolue, les lieux de travail changent avec lui », conclut le magazine.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…