La retraite progressive, est-ce une bonne idée? 1

La retraite progressive, est-ce une bonne idée?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Les astuces se multiplient autour de la retraite. Taux plein pour les personnes sans emploi au moment de la retraite, débloquer son PER avant l’arrivée à la retraite… et si la retraite progressive souvent évoquée par l’ex-Premier ministre Édouard Philippe était elle aussi une bonne astuce? Bien que peu utilisée pour l’instant en France, la retraite progressive a pourtant de nombreux avantages. En permettant à ceux qui le souhaitent de “lever le pied”, elle pourrait intéresser nombre de travailleurs âgés de plus de 60 ans. Découvrez-en plus dans notre article. 

Qu’est-ce que la retraite progressive et à qui s’adresse-t-elle?

La retraite progressive est un dispositif qui a été retravaillé en 2014 et est devenu, depuis lors, plus attractif. L’idée est très simple, à partir de 60 ans et si vous avez cumulé plus de 150 trimestres, vous pouvez travailler à temps partiel en percevant une partie de votre pension de retraite, mais en continuant également à cotiser. Les trimestres continuent donc à être pris en compte malgré la baisse de l’activité. Certains pourraient définir ce dispositif comme la préretraite, mais la retraite progressive se distingue de ce système puisqu’il s’agit d’un arrêt partiel de l’activité.

La retraite progressive est accessible à de nombreux individus. Les salariés du régime général, les salariés agricoles, les exploitants agricoles, les artisans, commerçants et industriels peuvent en faire la demande. Il y a cependant certaines conditions à remplir; en effet il est possible d’en faire la demande à partir de deux ans avant l’âge légal de départ à la retraite et il est nécessaire d’avoir déjà 150 trimestres cotisés. Pour être éligible, il faut travailler entre 40% et 80% de son temps complet, ni plus, ni moins. 

Quels sont les avantages de la retraite progressive?

Il y a de nombreux avantages à la retraite progressive, et ils sont en premier lieu humains. En effet, un ralentissement progressif de l’activité salariée permet de s’habituer au changement de vie qu’est la retraite. Bien que très appréciée, la retraite peut tout de même être surprenante… une baisse d’activité en douceur pallie cette surprise. Autre avantage, son accès est très facile. En effet, si le travailleur est dans le privé, une simple demande lui permet d’accéder à la retraite progressive. Et ceci n’est pas figé; chaque année, l’employé peut réviser le temps de travail à la hausse ou à la baisse en discutant avec son employeur.

D’un point de vue financier, la retraite progressive permet de réduire son activité sans pour autant réduire son salaire. En effet, la pension de retraite viendra compenser la perte de salaire. Dans le détail, si un individu décide de travailler 75% du temps plutôt que 100%, le régime des retraites lui versera une compensation de 25% de sa retraite. Les cotisations sociales sont également minorées sur cette fraction de salaire. En parallèle de cela, le bénéficiaire de la retraite progressive continue à cumuler des droits de retraite. Il est donc envisageable de viser une surcote en travaillant au-delà de l’âge légal de la retraite et ainsi cumuler plus de trimestres. En revanche, il est à noter que les cotisations seront de fait moins élevées, puisque le salaire sur lequel elles sont indexées n’est plus à temps plein, et les points pour la retraite complémentaire Agirc-Arrco seront également minorés. 

Comment faire la demande de retraite progressive?

C’est auprès de la caisse de retraite que la demande doit être réalisée. Avant de vous lancer, il est conseillé d’échanger avec votre employeur. Celui-ci n’est pas obligé d’accepter, tout comme il ne peut pas vous imposer de passer en retraite progressive. Avec l’accord de votre employeur, vous pourrez constituer votre dossier de demande, étoffé de toutes les pièces justificatives. Selon votre secteur d’activité, la demande est à envoyer à différents endroits. Pour les salariés du secteur privé par exemple, ce sera à l’Agirc-Arrco, pour les indépendants, c’est vers la SSI qu’il faudra se tourner, et les travailleurs du secteur agricole se rapprocheront quant à eux de la MSA. Si votre employeur refuse votre passage en retraite progressive, vérifiez qu’il n’y a pas un accord collectif d’aménagement de fin de carrière qui va dans votre sens au sein de votre structure. Le cas échéant, votre employeur a l’obligation légale d’accepter votre demande de retraite progressive.

Si vous obtenez la retraite progressive, vous aurez quelques obligations à respecter: continuer votre activité jusqu’à l’âge de la retraite et remplir avec rigueur le questionnaire qui vous sera régulièrement envoyé par votre caisse de retraite. Grâce à ce document, l’administration pourra vérifier votre temps passé au travail et ainsi calculer votre pension. Dans tous les cas, si vous avez un doute sur le montant dont vous pourriez disposer en passant en retraite progressive, vous pouvez vous rapprocher de votre caisse de retraite ou faire appel à un conseiller financier pour prendre une décision éclairée en fonction des particularités de votre situation. 

(Par la rédaction de l’agence hREF)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…

Leave a Reply