Près de 145.000 euros pour une encre de Chine signée Hergé

Près de 145.000 euros pour une encre de Chine signée Hergé

Près de 145.000 euros pour une encre de Chine signée Hergé 1

Le confinement aiguiserait-il l’appétit des collectionneurs comme il incite les amateurs de bandes dessinées à se plonger dans leurs albums favoris ? On pourrait le penser en voyant les 1.650.000 euros cumulés par la vente aux enchères de la maison Daniel Maghen du 19 novembre, consacrée à la BD. Il s’agit du “plus important chiffre d’affaires en bande dessinée en Europe pour cette année 2020”, a affirmé l’organisateur dans un communiqué.

Si le record semble devoir aller au dessin original de la couverture d’un album de Grzegorz Rosinski, “Le Grand Pouvoir du Chninkel” (1988), parti pour 186.760 euros, les amateurs auront noté qu’un dessin de Tintin et du capitaine Haddock dans l’espace, par Hergé, a été adjugé jeudi pour 145.500 euros. Certes, on reste loin des 629.000 euros versés pour une aquarelle proposée en mai 2018 par Christie’s en partenariat avec la galerie Daniel Maghen. Mais les deux oeuvres n’ont pas le même attrait.

Hergé et Tintin continuent d’affoler les collectionneurs

L’aquarelle de format carré (20,7 x 20,7 cm) représentait Tintin, affamé, s’enfuyant du royaume (imaginaire) de Bordurie avec une fiasque de vin et un pain serré contre sa poitrine. Tandis que le dessin noir et blanc de Tintin et de Haddock est réalisé à l’encre de Chine et à la gouache : il montre Tintin, debout sur le flanc de la fameuse fusée de l’album “On a marché sur la lune“, retenir le capitaine Haddock par une corde, alors qu’il risque de dériver dans le cosmos. 

Cette oeuvre fut composée en 1952 par le célèbre dessinateur belge en vue d’un puzzle. La Terre est visible dans le fond, à une époque où la seule photo de notre planète depuis l’espace ne montre qu’une toute partie du globe.

Lire aussiVente record d’originaux de BD: les planches de Thorgal s’arrachent malgré le confinement

Le record pour une oeuvre d’Hergé avait été de 770.660 euros, en 2015, pour un dessin “hors texte” (de grand format et sans paroles), au crayon et à la gouache, dans “Tintin au Congo“. En revanche, une planche de “l’Etoile mystérieuse“, qui devait être le clou de la vacation organisée le 23 novembre 2019 par Artcurial n’avait pas trouvé preneur, tandis qu’une planche du “Vaisseau de pierre” d’Enki Bilal obtenait le record du jour à 117.000 euros.

L’épidémie de Covid n’entame pas l’engouement pour la BD

L’engouement pour les originaux de bande dessinée résiste à l’épidémie de Covid et à la morosité économique. En trois semaines, l’exposition exceptionnelle de 250 originaux de Rosinski, père de Thorgal et monstre sacré du 9e art, a généré plus de 3 millions d’euros. Jamais un dessinateur n’avait connu un tel succès de son vivant.

Comment expliquer le phénomène ? “Roskinski est l’un des grands classiques de la bande dessinée franco-belge. La série Thorgal, qu’il a démarrée en 1977, a touché trois générations de lecteurs. Rosinski est l’un des rares auteurs à concilier un génie graphique reconnu par ses pairs et un immense succès commercial : plus de 16 millions d’albums ont été vendus. Les fans attendaient ces planches depuis trente ans”, explique le galeriste Daniel Maghen dans un article complet à lire sur Challenges

Le succès de cette rétrospective – inaugurée le 20 octobre, et qui se prolongera jusqu’à mi-janvier – s’explique aussi par l’ampleur de la collection mise en vente. Par le passé, Rosinski n’avait cédé que quelques dizaines d’originaux – lors d’une exposition qui lui était consacrée à la Conciergerie en 2004, puis d’une vente aux enchères Christie’s fin 2016. 

(Avec AFP.)

[ad2]

Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…