5,4 Mds€ investis sur le marché résidentiel en France depuis le début de l’année (ImmoStat) 1

5,4 Mds€ investis sur le marché résidentiel en France depuis le début de l’année (ImmoStat)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© D.R.

Au terme des neuf premiers mois de l’année 2021, le montant global des investissements résidentiels en France est de 5,4 Mds€, soit une hausse de 24 % par rapport aux neuf premiers mois 2020, selon les membres du GIE ImmoStat (BNP Paribas Real Estate, CBRE, Cushman & Wakefield et JLL), associés pour l’occasion à BPCE Solutions immobilières, Foncia Valorisation et Ikory. Le 3e trimestre 2021 totalise 1 Md€, s’inscrivant ainsi en hausse de 34 % par rapport au T3 2020.

Les actifs résidentiels classiques et intermédiaires ont totalisé 5 Mds€ au terme des neuf premiers mois de l’année 2021 (+30 %), tandis que les actifs résidentiels gérés ont cumulé 415 M€, soit une baisse de 20 % par rapport aux neuf premiers mois 2020.

Pour rappel, l’indicateur « montant de l’investissement résidentiel en France », tel que calculé par ImmoStat, représente le volume global des actifs résidentiels en bloc acquis pendant une période donnée par des acteurs en vue de retirer un rendement financier de la détention du bien acquis. Il comprend l’ensemble des actifs résidentiels vendus en bloc qu’ils soient des logements locatifs classiques ou intermédiaires, les résidences étudiantes et seniors (hors Ehpad) ainsi que les résidences de coliving, et des actifs résidentiels mixtes. Sont exclus de cet indicateur les logements sociaux purs.

Effet portefeuille

Pour CBRE France, l’année 2021 est à nouveau marquée par un effet portefeuille qui pèse fortement dans le volume global. « L’investissement que nous pouvons qualifier de classique (hors CDC et AXA – in’li) sur le marché résidentiel atteint 2,3 Mds€, soit un niveau relativement similaire à celui observé ces dernières années », précise Sébastien Lorrain, directeur résidentiel de CBRE France. « Sans chercher à minimiser les volumes, les statistiques sont biaisées par ces transactions exceptionnelles ». « Hormis les portefeuilles mentionnés, seules huit transactions réalisées depuis le début de l’année 2021 ont porté sur des volumes supérieurs à 50 M€ dont cinq pour des actifs unitaires. Le marché résidentiel français est très granulaire et les opportunités à l’acquisition de volumes élevés restent rares. »

Pour Sébastien Lorrain, l’éclatement du parc résidentiel français pèsera encore longtemps dans la fluidité du marché qui se traduit aujourd’hui par la compression des taux de rendement. Le taux de rendement prime parisien s’établit ainsi à 2,1 %, baissant de 10 points de base par rapport au T2 2021. 

« Bien que subissant aussi la pression sur les taux, le résidentiel géré permet encore aux investisseurs de trouver des rendements supérieurs au logement classique », indique Sébastien Lorrain.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…