86 % des élus considèrent qu’il y a une crise du logement en France (Alila-Elabe) 1

86 % des élus considèrent qu’il y a une crise du logement en France (Alila-Elabe)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© Freer / Adobe Stock

86 % des élus considèrent qu’il y a une crise du logement en France. C’est l’une des principales conclusions de l’étude réalisée par le groupe Alila et menée en collaboration avec Elabe auprès de 251 élus, dont 200 maires ou adjoints et 51 présidents ou vice-présidents d’intercommunalités.

Autres enseignements de cette enqûete réalisée entre le 29 avril et le 27 mai 2021:  61 % des sondés considèrent que le logement fait partie des enjeux majeurs de leur commune ou intercommunalité derrière la santé, l’éducation et l’attractivité économique ; 52 % déplorent une insuffisance de logements sociaux et 59 % sont convaincus que « la construction de logements sociaux permettrait de résoudre la crise du logement ».

D’ici la fin de leurs mandats en 2026, 89 % des élus interrogés ont l’intention d’autoriser la construction de logements sur leur commune, et 79 % prévoient d’y autoriser la construction de logements sociaux. Dans le détail, les élus des communes de moins de 5 000 habitants ambitionnent de construire en moyenne 145 logements (dont 72 logements sociaux), quand les édiles des communes de plus de 30 000 habitants envisagent de construire en moyenne 2 173 logements (dont 662 logements sociaux).

« Longtemps présentés, dans le débat public, comme hostiles au logement social, les maires interrogés témoignent ici d’intentions claires : ils construiront des logements sociaux au cours de leur mandat », souligne Bernard Sananès, président d’Elabe.

Les propositions des élus

Pour les élus interrogés, la construction de logements contribue à l’attractivité du territoire et à la cohésion sociale : 9 7% considèrent que le logement est « un élément important de l’attractivité » et 9 6% considèrent que c’est « un facteur essentiel d’intégration et de cohésion sociale. ».

Le manque de foncier disponible, pour 36 % des sondés, et le manque de moyens pour financer les infrastructures publiques (13 %) sont cités comme premiers freins à la construction.

Pour augmenter la construction de logements sociaux, les élus préconisent la simplification des démarches (73 %), l’assouplissement du dispositif d’enveloppes de prêts pour faciliter les agréments (71 %), surtout en Île-de-France (83 %), la réduction des délais d’obtention des agréments (68 %), des dispositifs d’incitation financière pour les communes qui bâtissent (65 %) et la dématérialisation des procédures d’instruction des permis de construire (36 %).

« Leurs observations correspondent en tout point à celles que nous pouvons dresser dans les communes et les intercommunalités avec lesquelles nous travaillons », analyse Hervé Legros, PDG d’Alila. « Alors que le logement devrait être un bien de première nécessité accessible au plus grand nombre, il pèse lourdement sur le pouvoir d’achat des Français. Nos élus font des propositions pour résoudre la crise du logement que nous partageons. Mettons-les en place, faisons de la construction un des leviers de la reprise économique, et construisons les logements essentiels à la cohésion sociale dont de nombreuses communes ont grand besoin. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…