Baisse de 50 % des mises en vente dans le Languedoc-Roussillon au 1er semestre 2020 (FPI OM) 1

Baisse de 50 % des mises en vente dans le Languedoc-Roussillon au 1er semestre 2020 (FPI OM)

Baisse d’activité marché du logement
© Adobe Stock

Le marché de la promotion immobilière sur le Languedoc-Roussillon accuse au 1er semestre 2020, une nouvelle baisse des mises en vente avec 1 330 logements neufs lancés à la commercialisation, selon la Fédération des promoteurs immobiliers Occitanie-Méditerranée (FPI OM). L’activité connaît ainsi une baisse de 50 % de son alimentation par rapport au 1er semestre 2019.

Les mises en commercialisation sur la métropole de Montpellier se limitent à 653 logements neufs sur 6 mois, soit 54 % de moins que sur la même période de 2019 (1 410 logements). (Source : Adéquation)

Avant même l’apparition du Covid-19, tous les facteurs favorables à cette tendance étaient déjà présents sur le marché et déjà relevés par la FPI OM en 2019 : Une forte inertie dans le montage des opérations due, notamment, à l’approche des élections municipales qui freinent les opérations d’urbanisme ; Un effondrement des mises en vente sur l’ensemble du Languedoc-Roussillon sur l’année 2019, -50 % par rapport à 2018 (4 307 vs 6 525 logements). Même constat sur la métropole de Montpellier en 2019 : -60 % comparé à 2018 (2 465 vs 3141 logements) ; Un manque de renouvellement de l’offre foncière.

Le seul élément positif selon la FPI OM, est que la hausse des prix a été jugulée. Ainsi, sur l’ensemble du Languedoc-Roussillon, le prix moyen au m² habitable est inchangé au 2ème trimestre 2020 par rapport au 2ème trimestre 2019 (3 879€ hors stationnement) et sur la métropole de Montpellier la hausse est limitée à 1 % (4 278€ vs 4 160€ hors stationnement).

Entre 2013 et 2020, les prix ont augmenté de 15 % (4 278€ vs 3 623€/m² hors stationnement) sur la métropole de Montpellier représentant en 7 ans un surcoût de 655€/m² habitable.

Cette crise de l’offre a un impact direct sur la production de logements sociaux et de logements abordables. Une production principalement assurée par les promoteurs de la FPI Occitanie Méditerranée qui sont à l’origine en 2020 d’environ 70 % des opérations de logements sociaux et de la quasi-totalité des opérations de logements abordables.

D’après la FPI OM, les ventes en août et en ce début de septembre s’accélèrent avec une reprise post-Covid très encourageante. Mais pour la FPI OM, « l’essentiel est de pourvoir satisfaire cette demande. Le PLH de la métropole montpelliéraine recommande la production de 5 000 logements par an. En 2020, cette production ne devrait pas dépasser 3 000 à 3 500 logements (dont environ 2 000 logements libres et abordables et 1 500 logements sociaux) ».

La FPI OM, estime dans le cadre du plan de relance, que « les mesures de soutien à la construction sont peu ambitieuses et n’auront pas d’effet immédiat. Nous avons toujours besoin de produire du logement neuf. Pour cela, il faut faciliter la production par la simplification administrative et la digitalisation. Il faut surtout prolonger les dispositifs de soutien (Pinel et PTZ), qui arrivent à échéance en 2021, en les faisant évoluer si nécessaire : il est encore temps de le faire dans le Projet de Loi de Finances 2021. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…