Déconfinement : premières réactions du monde économique aux annonces d'Emmanuel Macron

Déconfinement : premières réactions du monde économique aux annonces d’Emmanuel Macron

Déconfinement : premières réactions du monde économique aux annonces d'Emmanuel Macron 1

© Martin Bertrand / Adobe Stock

Le président Emmanuel Macron a annoncé mardi un allègement des mesures visant à freiner la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus. Les petits commerces pourront rouvrir dès samedi, mais les restaurants devront notamment patienter au moins jusqu’à janvier. Voici les premières réactions mardi soir d’organisations patronales.

Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France (CDF), à l’AFP « Dans l’émotion, j’ai applaudi parce que c’est une très bonne décision, c’est une vraie ouverture ». La jauge limitant le nombre de clients en fonction de la surface de vente « reste acceptable ». « Je suis convaincu que les appels lancés aux consommateurs pour ne pas acheter uniquement sur les grandes plates-formes numériques seront entendus, que beaucoup attendent que les magasins rouvrent. On va avoir une petite semaine pour se préparer et ça va bien passer. »

Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), interrogé sur BFM Business à propos de la réouverture des commerces le 28 novembre : « C’est une formidable nouvelle pour nos salariés, pour nos clients et pour tous les commerçants de France. C’est le résultat d’un travail que nous avons mené notamment avec Bruno Le Maire et Jean Castex sur le nouveau protocole sanitaire, et aussi des engagements responsables que nous avions pris sur le Black Friday. C’est un beau résultat collectif. »

« Le protocole prévoit un client pour 8 m2 de surface de ventes, des contrôles accrus de cette jauge pour les magasins de plus de 400 m2, et l’ouverture des commerces tous les dimanches de novembre et de décembre. Le gouvernement a préféré qu’il y ait éventuellement des files d’attente. Cela renvoie à la responsabilité de chacun pour étaler ses achats. »

Clément Chevalier, directeur de l’association de commerçants lyonnais My Presqu’île à l’AFP : « On a l’éclaircie que l’on souhaitait avant le 1er décembre. C’est une très bonne chose d’avoir un week-end de plus pour tenter de limiter la casse » dans les commerces. En revanche, « nous restons inquiets pour nos restaurants et nos bars qui resteront fermés jusqu’au 20 janvier. C’est un coup dur pour ces professionnels, surtout dans une ville gastronomique comme la nôtre. J’espère que les aides annoncées seront à la hauteur. »

Didier Chenet, président du GNI (Groupement national des indépendants, dans l’hôtellerie-restauration) à l’AFP : »La décision du président de la République, nous nous y attendions. Hélas, ce n’est pas une surprise. Il est plus raisonnable d’ouvrir le 20 janvier que de faire un “stop and go” en décembre après 15 jours d’ouverture. »

Roland Héguy, président de l’Umih, principal syndicat de l’hôtellerie-restauration : « Malgré nos différents appels, le président a été sourd au désespoir exprimé par nos métiers et il a décidé de condamner tout un pan de l’économie. »

Jean Kimpe, délégué général de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l’enfant (FCJPE), à l’AFP : « On est très contents de pouvoir rouvrir le 28, c’est un week-end très important, il est presque équivalent au chiffre d’affaires d’un mois creux. » « On a perdu du temps », mais on va pouvoir se remettre au travail, les magasins sont pleins et on espère que les clients seront au rendez-vous. »

Marc Sanchez, secrétaire général du syndicat des Indépendants (SDI), dans un communiqué : « La réouverture des commerces le 28 novembre est une bonne nouvelle », mais le protocole sanitaire « constitue une entrave (volontaire ?) à une réelle reprise. On se moque de nous. La jauge à 8 m2 double les contraintes précédemment requises pour l’accueil de la clientèle espérée nombreuse en cette période de fêtes de fin d’année. Ce sont encore les grandes surfaces qui vont tirer parti de l’ouverture des rayons “non essentiels” ».

Florent Moreau, président de la Fédération française des artisans fleuristes (FFAF) à l’AFP : « C’est une excellente nouvelle, on demandait ça depuis un moment. Les fleuristes vont pouvoir reprendre leur activité normale (…) et on va pouvoir maintenant préparer Noël. » « Au-delà du sapin, les fleuristes commercialisent plein de plantes de saison, comme la rose de Noël, l’étoile de Noël, qui sont cultivées en partie en France, il y a toute une filière du végétal qu’il faut préserver. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…