Des prix unitaires de plus en plus élevés en Île-de-France (Grecam) 1

Des prix unitaires de plus en plus élevés en Île-de-France (Grecam)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Le quartier Seine Ouest à Asnières-sur-Seine
© Citallios

En Île-de-France, selon la dernière étude du Grecam, la légère relance de l’offre neuve sur le marché résidentiel collectif (+5 % sur un an) ne permet toujours pas de retrouver les niveaux de réservations de 2019. Ainsi, 10 565 réservations ont été enregistrées au cours du 1er semestre 2021, ce qui correspond au niveau du S1 2020. Ce « faible volume de ventes à l’unité », selon le conseil, s’explique notamment par le recours aux ventes en bloc ; « de plus en plus d’acteurs se positionnent sur le marché résidentiel, permettant aux promoteurs de déstocker leurs opérations », ajoute-t-il. Le Grecam projette 22 000 à 22 500 réservations pour l’ensemble de 2021, soit des résultats comparables à 2020 et au cycle 2009-2014.

Le stock disponible se répartit dans 1 359 programmes, soit 19 085 logements. Depuis septembre 2020, la taille des programmes a tendance à diminuer, passant de 56 à 54 lots. Malgré une légère baisse, ce stock représentait, à fin septembre 2021, 11 mois de commercialisation (au rythme actuel).

Par ailleurs, le prix impacte de plus en plus le rythme de commercialisation des programmes. Il tourne, désormais, autour de 400 000 € PI pour un 3 pièces de 65 m² moyen. Certains départements dépassent, pour la première fois, le, seuil des 12 mois de commercialisation, créant ainsi de fortes disparités. Paris, les Hauts-de-Seine et le Val-d’Oise sont les marchés les plus fragilisés, mais chacun avec des difficultés propres.

À cela s’ajoutent des conditions bancaires plus restrictives, et surtout une clientèle plus volatile. Voilà pourquoi certains promoteurs développent dans le bassin parisien (villes à moins de 2 h de Paris) de nouveaux programmes afin de capter ces prospects.

237 logements mis en vente à Paris au S1 2021

À Paris, l’offre neuve ne cesse de diminuer, passant de 1 325 logements lancés en 2011 à 402 en 2020 (-70 %). Au cours du premier semestre 2021, seulement 237 logements ont été mis en vente. Les ventes se concentrent, essentiellement, sur les appartements deux pièces (35 %). Les autres typologies (notamment les trois pièces) s’écoulent plus difficilement, en raison de prix unitaires de plus en plus élevés (au-delà de 900 000 €).

Ces difficultés ont amené de nombreux promoteurs, dont Icade Promotion, Emerige Résidentiel, REI Habitat, Vinci Immobilier ou encore Nexity, à avoir recours aux ventes en bloc (305 lots au cours au cours du S1 2021), ou à privilégier d’autres produits tels que la nue-propriété.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…