Hausse du taux du livret A : la durée des prêts rallongée pour les bailleurs sociaux (CDC) 1

Hausse du taux du livret A : la durée des prêts rallongée pour les bailleurs sociaux (CDC)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Éric Lombard
© Frédérique Plas

Les échéances de remboursement des prêts pour les bailleurs sociaux seront rallongées pour s’adapter au récent doublement du taux du Livret A, dont la principale mission est de financer le logement social, a indiqué mercredi Eric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts (CDC).

Le taux du Livret est passé de 0,5 % à 1 % au premier février. La dernière hausse de rémunération du Livret A remontait à août 2011, lorsqu’elle était passée de 2 à 2,25 %. Son taux n’a fait que stagner ou baisser depuis, pour tomber en février 2020 à 0,50 %, un plancher historique.

Les taux des prêts de la CDC étant notamment indexés sur celui du Livret A, la hausse de ce dernier augmente de fait le taux auquel la Caisse des dépôts prête aux bailleurs sociaux.

La récente hausse du taux « peut susciter des inquiétudes chez les organismes de logement social et nous en avons conscience », a admis Eric Lombard, auditionné devant la commission des finances de l’Assemblée nationale.

« Cette contrainte financière n’est pas une bonne nouvelle pour le secteur évidemment » mais « peut être gérée et ce n’est pas ça qui limite le rythme de construction », a-t-il affirmé.

« Comme à chaque évolution – même si les évolutions à la hausse, ça faisait très longtemps qu’on n’en n’avait pas eu – on adapte automatiquement les échéances de remboursement par ce que nous appelons la double révisabilité », de telle sorte que cette hausse du taux d’intérêt ne pèse pas trop sur les finances du logement social », a-t-il indiqué, précisant que près de 140 milliards de prêts étaient indexés sur le taux du livret A.

« L’impact sur les charges du logement social est de 700 M€, mais l’impact sur la liquidité est de l’ordre de 250 M€. Donc tout est fait pour étaler l’impact, afin que les acteurs du logement social n’en souffrent pas trop », a ajouté Eric Lombard.

« Nous faisons en sorte que les bailleurs puissent continuer non seulement à fonctionner mais aussi à construire. Cela veut dire qu’un nouveau logement social qu’on construit sera financé sur la base du nouveau taux du livret A, mais cela peut se gérer en rallongeant la durée des prêts, avec des nouveaux mécanismes », a réitéré le directeur général.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…