Immobilier de l'État : des ventes exceptionnelles ont dopé les gains l'an dernier

Immobilier de l’État : des ventes exceptionnelles ont dopé les gains l’an dernier

Immobilier de l'État : des ventes exceptionnelles ont dopé les gains l'an dernier 1

L’hôtel de Seignelay, dans le VIIe arrondissement de Paris.
© Reinhardhauke – Wikimedia Commons

L’État a engrangé 625 M€ l’an dernier via la vente de son patrimoine immobilier, un gain en nette hausse par rapport aux années précédentes du fait de quelques ventes exceptionnelles, selon un document publié lundi.

Initialement, le gouvernement avait prévu que les cessions immobilières lui rapportent 320 M€ en 2019, précise le gouvernement dans ce document annexé au projet de budget 2021.

Cet écart s’explique principalement par la conclusion de la vente de la deuxième partie de l’îlot Saint-Germain, situé dans le 7e arrondissement de Paris, à la Régie immobilière de la Ville de Paris, et qui a rapporté à elle seule plus de 368 M€. Ce montant est bien supérieur à ce qu’en attendait l’État, qui avait évalué ce bien « entre 198 et 222 M€ ».

De même, la vente de l’hôtel de Seignelay dans le 7e arrondissement, propriété du ministère de l’Économie, a rapporté à l’État 61 M€. Mais ces gains exceptionnels ne devraient pas être réédités cette année. « Pour le début de l’année 2020, la répartition par ministère des cessions 2020 subit les effets de la crise sanitaire », note le gouvernement.

Entre le 1er janvier et le 3 août, 271 biens ont été cédés pour un montant de 47 M€. Le plan prévisionnel d’environ 260 M€ de cessions par an pour la période 2020-2022 s’annonce ainsi difficile à tenir.

Par ailleurs, depuis 2013, l’État s’est engagé à céder chaque année du foncier public avec une décote afin d’y faciliter la construction de logements sociaux.

L’an dernier, 13 nouvelles cessions ont eu lieu (après 18 en 2018, 21 en 2017 et 34 en 2016). Au total, les 120 réalisées depuis 2013, doivent permettre la construction de 11 000 logements, dont 8 500 logements sociaux, représentant un effort financier de l’État de 226 M€ via les décotes accordées, précise le gouvernement dans ce document.

Désormais, l’État a vendu ses biens « les plus liquides » et la nouvelle stratégie de gestion de son patrimoine, établie fin 2018, prévoit de « conserver et de louer les immeubles inutiles, mais présentant un intérêt particulier, par exemple, en raison de leur situation géographique, de leur configuration, de leur valeur patrimoniale ». Une dizaine de sites parisiens a d’ores et déjà été identifiée.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…