La baisse des prix de l’immobilier s’installe à Paris 1

La baisse des prix de l’immobilier s’installe à Paris


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Paris attire moins et les prix des logements s’en ressentent : ils n’augmentent plus et même baissent. Dans son baromètre de début décembre 2021, le site d’annonces Meilleursagents indique que les prix parisiens ont perdu 1 % ce dernier mois. « Paris ne fait plus recette pour des acheteurs en quête d’espace, de verdure et de pouvoir d’achat, entraînant un ralentissement des prix de l’ordre de 3,4 % en à peine quatorze mois », indique Barbara Castillo Rico, responsable des études scientifiques de Meilleursagents. Aucune catégorie de biens n’est épargnée par ce recul : les petites surfaces chutant de 1 % et les grandes de 0,9 %.

Les notaires, pour leur part, sont moins pessimistes. Leurs données indiquent une très grande stabilité des prix plutôt qu’une baisse : au 3e trimestre 2021, ils varient de 8 600 euros pour le quartier de La Chapelle dans le 18e arrondissement à 17 410 euros pour le quartier Odéon dans le 6e. Le quartier Odéon est deux fois plus cher que celui de La Chapelle. Seuls cinq quartiers, situés dans les 13e, 18e, 19e et 20e arrondissements, enregistrent des prix inférieurs à 9 000 euros le mètre carré. En moyenne, au 3e trimestre 2021, le prix au mètre carré des appartements atteint 10 790 euros dans la capitale.

Lire aussi Les Français peuvent acheter 60 m2 en moyenne,  mais le pouvoir d’achat immobilier varie fortement selon les régions

Reste que les données des notaires ont quelques mois de décalage liés au délai entre la signature du compromis de vente et celle de l’acte authentique. Meilleursagents parie plutôt sur un retour à un niveau de 10 000 euros le mètre carré dans trois mois si la tendance à la baisse se poursuit cet hiver, période traditionnellement morne pour le marché immobilier.

Des acheteurs plus exigeants

Les agents immobiliers sur le terrain voient des acheteurs plus exigeants et qui disposent de plus de temps pour se décider et discuter le prix. C’est notamment le cas lorsqu’un rafraîchissement est à prévoir, comme dans ce trois-pièces de 49 mètres carrés présenté au prix de 550 000 euros rue Vulpian, dans le 13e arrondissement proche du 5e.

Les acheteurs n’ont pas hésité à faire une offre à 500 000 euros, soit 10 % de moins. « On note un coup de frein notable aux biens surestimés », confirme Thomas Venturini, fondateur de Liberkeys, une agence immobilière en ligne. Le marché parisien, en hausse depuis des années, est peut-être en train de se rééquilibrer, avec une demande plus en adéquation avec l’offre.

« Un marché à deux vitesses est en train de s’installer, les appartements lumineux bien situés et de qualité avec un balcon ou une terrasse peuvent partir dans la journée au prix demandé alors que d’autres biens peuvent rester sur le marché pendant un an », estime Sébastien Kuperfis, directeur général de l’agence immobilière Junot, qui annonce des délais de vente moyens compris entre huit et dix semaines.

Il vous reste 50.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …