La tension immobilière s’accroît à Vannes 1

La tension immobilière s’accroît à Vannes

Avec son architecture médiévale et son port de plaisance, la ville fortifiée de Vannes a tout pour ravir les touristes à la découverte du golfe du Morbihan. Le charme opéré par la commune est tel que bon nombre d’entre eux décident, in fine, de s’y installer : « Nous avons beaucoup d’acheteurs venus des métropoles avoisinantes comme Nantes et Rennes mais aussi des Parisiens », observe JeanPhilippe Beaulieu, directeur de l’agence Century 21 de Vannes.

La commune est reliée à la capitale par le TGV en un peu plus de 2 heures 30 ce qui, depuis l’essor du télétravail, joue dans les prises de décision des Franciliens qui achètent. Mais la ville est aussi séduisante que ses prix sont élevés.

En un an, selon les données des notaires de Bretagne, les prix des appartements anciens ont augmenté de 10,8 % et celui des maisons de 12,2 %. « Les acheteurs veulent des appartements de charme, dans le centre-ville, avec poutres apparentes et parquet à l’ancienne. Leurs prix varient entre 4 000 et 5 000 euros le mètre carré. Les maisons de style sont aussi très recherchées et leurs prix vont de 500 000 euros à 700 000 euros pour un bien sans défaut », ajoute-t-il.

Difficultés pour les étudiants

Les propriétés avec travaux sont moins chères, mais très rares, à 300 000 euros. « Pour l’ensemble du marché, les délais de vente sont courts, aux alentours de trente jours, voire moins », remarque Hervé Bourriaud, agent immobilier Nestenn à Vannes. Les propriétaires occupants dominent le marché et les investisseurs, eux, se tournent vers d’autres circuits : « Depuis trois ou quatre ans, ils préfèrent s’orienter vers la location saisonnière », souligne JeanPhilippe Beaulieu. La ville, très attrayante sur le plan touristique, se prête bien à la location meublée sur plate-forme. Le cadre réglementaire se limite, pour les résidences secondaires, à la déclaration de son activité auprès des services publics.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Crédits immobiliers : la hausse des taux est annoncée

Pendant ce temps, de nombreux témoignages, publiés dans la presse locale, font état de la difficulté qu’ont les étudiants à se loger dans la ville. Pourtant, selon une étude de LocService publiée en 2021, Vannes est la troisième ville étudiante de Bretagne et concentre à elle seule 7 % de la demande de logements étudiants dans la région.

La vaste opération de renouvellement urbain du centre-ville, décidée en fin d’année 2021 par les pouvoirs publics, doit permettre de remettre sur le marché plus de quatre cents logements. Mais les travaux devraient prendre fin en… 2026, et les constructions neuves ne sont pas assez nombreuses pour compenser la pénurie.

Il vous reste 47.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …