La Ville de Paris et Espaces Ferroviaires repensent le projet Ordener-Poissonniers 1

La Ville de Paris et Espaces Ferroviaires repensent le projet Ordener-Poissonniers


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Perspective des bureaux et la halle vue de la rampe
© Luxigon

L’ancien dépôt de la Chapelle de la SNCF, de 3,7 hectares et situé rue Ordener, est appelé à se transformer en un nouveau quartier bas-carbone et mixte d’usages par Espaces Ferroviaires, l’aménageur urbain du groupe SNCF au sein de SNCF Immobilier. Ce projet évolue désormais en phase avec la vision stratégique portée par la Ville de Paris pour s’adapter au changement climatique : créer des espaces de vie avec une densification raisonnée, offrir un environnement plus végétalisé et des constructions responsables.

L’opération laisse désormais une large place à la nature avec 52 % du site aménagé en espaces verts et espaces publics végétalisés. Les Parisiennes et les Parisiens pourront profiter d’un nouveau grand jardin public de 1,5 hectare majoritairement en pleine terre et ouvert sur les rues adjacentes. Une grande bande maraîchère de 3 000 m² sera créée le long des voies ferrées.

Il est également moins dense, avec 400 logements, dont une moitié de logements sociaux, ainsi qu’une résidence étudiante et du coliving. Sa mixité programmatique a également été renforcée. Il accueillera de nouveaux équipements publics structurant pour le quartier : une crèche, un groupe scolaire, un nouveau conservatoire et un local jeunesse. La programmation des rez-de-chaussée permettra une consommation en circuit court grâce à la place donnée aux acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Dans la continuité de faire de Paris une ville verte, ce quartier a été imaginé avec un objectif de décarbonation fort. Au-delà de son recours aux énergies renouvelables à plus de 60 %, sa nouvelle forme urbaine permettra de créer des ilots de fraicheur, d’optimiser la solarisation des pièces de vie des logements, et de minimiser les consommations d’énergie. Un effort supplémentaire sera aussi fait en faveur des constructions en bois. « Ordener-Poissonniers préfigure la vision que nous portons collectivement à l’aube du PLU bioclimatique : une densification raisonnée, avec une mixité d’usage, une mixité sociale et un équilibre entre le bâti et les espaces en faveur des surfaces végétalisées », rappelle Emmanuel Grégoire, adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du Grand Paris, des relations avec les arrondissements et de la transformation des politiques publiques.

« À la place d’une grande esplanade bétonnée, ce sont un grand espace vert, des équipements publics, des logements, des lieux de culture et de convivialité, de l’activité économique qui s’annoncent au cœur du 18e. Un projet ambitieux sur le plan écologique et urbain, une opportunité enthousiasmante pour un quartier qui le mérité », présente Eric Lejoindre, maire du 18e arrondissement de Paris.

« Le projet Ordener-Poissonniers est la première étape d’un changement de vision de l’urbanisme à Paris. Le projet évolue pour prendre en compte les enjeux climatiques avec l’augmentation de la végétalisation sur plus de la moitié du site, et pour construire un quartier moins dense avec une offre de logement favorisant la mixité sociale », souligne Anne-Claire Boux, adjointe à la maire de Paris en charge des quartiers populaires.

« Ordener-Poissonniers est un projet démonstrateur de la volonté du Groupe SNCF d’accompagner les territoires et ici la Ville de Paris dans leur transformation grâce au savoir-faire d’Espaces Ferroviaires, qui métamorphose cet ancien site industriel, en créant un quartier bas-carbone, intégré dans une dynamique nouvelle du territoire », se félicite Katayoune Panahi, présidente d’Espaces Ferroviaires et directrice de SNCF Immobilier.

« Ordener-Poissonniers est un bel exemple de la richesse d’une fabrique innovante et partenariale qui a mobilisé l’intelligence collective en associant la Ville de Paris, les élus et les riverains. Le projet urbain – imaginé avec l’architecte Christian Biecher et le groupement d’opérateurs Emerige/Ogic – préfigure un quartier inclusif, solidaire, vivant et exemplaire sur le plan environnemental, pour la ville du quart d’heure, le bien-être des usagers et l’intérêt général », précise Fadia Karam, directrice générale d’Espaces Ferroviaires.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…