Le marché locatif haut de gamme retrouve des couleurs à Paris (Barnes) 1

Le marché locatif haut de gamme retrouve des couleurs à Paris (Barnes)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Une maison haut de gamme à Bougival
© DR

Barnes Rentals, département dédié à la location de biens prestigieux à Paris et dans l’Ouest parisien, qui a vu son chiffre d’affaires baisser de 17 % en 2020 en raison de la crise sanitaire et deux mois de fermeture, fait état d’un retour à la normale sur le marché locatif haut de gamme. En effet, Barnes Rentals constate un net regain de confiance de la part des propriétaires, soulagés par les chiffres du 1er quadrimestre 2021, semblables à ceux de 2019 à pareille époque. Seule différence, et non des moindres : la clientèle n’est plus la même. Avant la Covid-19, Barnes Rentals s’appuyait sur une clientèle composée à 70 % d’expatriés étrangers, travaillant pour de grands groupes internationaux. Aujourd’hui, ces expatriés étrangers ne représentent plus que 30 % du marché, remplacés par les Français rapatriés par leurs sociétés. «  De retour en France, ces expatriés commencent par s’intéresser à Paris, où l’activité économique reste la plus forte, et optent légitimement pour la location dans un premier temps  », explique Sybille Goirand, directrice de Barnes Rentals. Et l’intéressée d’ajouter : « cette souplesse qu’offre la location permet aux clients de réfléchir sur leur projet à plus long terme ». 

Des clients aux pratiques désormais conditionnées par les confinements multiples, le plus souvent en quête d’une résidence secondaire ou semi-principale en province, tout en conservant un pied-à-terre à Paris. « D’aucuns, estimant que les prix parisiens avaient atteint un plafond haut, ont ainsi vendu leur résidence principale à Paris, s’offrant ainsi une plus-value conséquente, dans l’objectif d’acquérir une résidence semi-principale en région », constate Sybille Goirand. Ce qui a pour conséquence de relancer le marché de la location à Paris, où les loyers des appartements haut de gamme de plus de trois chambres s’établissent entre 6 000 et 15 000 €/mois. En parallèle, Barnes Rentals constate une hausse des disponibilités sur les studios et les deux pièces, faute de clientèle (étudiants, travailleurs pour des missions de courte durée), mais reste confiant pour une reprise au cours de l’été dont les prémices se font déjà sentir.

En matière de demande, le centre de Paris est peu à peu remplacé par l’Ouest parisien (16e, Neuilly, Boulogne, Saint-Germain-en-Laye), qui offre des espaces extérieurs. Par ailleurs, Barnes Rentals observe un intérêt tout particulier de ses clients pour les biens situés le long de la ligne 1 du métro, afin de rallier rapidement La Défense et/ou le centre. Les biens les plus recherchés ? Les trois pièces, avec deux chambres et deux salles de bains, d’une surface de 80 à 90 m². 

Avec l’encadrement des loyers, à Paris, les prix au m² ont eu tendance à baisser, à tout le moins à se stabiliser. Ils se situent aujourd’hui aux alentours de 30 €/m² pour les petites et moyennes surfaces et de 28 €/m² pour les très grandes surfaces, remarque BARNES Rentals. L’arrivée sur le marché de nombreux biens estampillés Airbnb n’est pas sans conséquence sur ces loyers et sur l’offre parisienne. Ainsi, les prix ont baissé de 10% en moyenne pour les logements meublés de petite surface qui, faute de clientèle, peinent à trouver preneur.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…