« Le viager peut favoriser plus largement les transferts financiers entre générations »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Tribune. En vendant leur logement en viager, les personnes âgées peuvent toucher un capital puis une rente mensuelle, tout en restant dans leurs meubles jusqu’à leur mort, moment où l’acquéreur devient pleinement propriétaire.

Ce système, peu développé en France en raison d’une mauvaise image, gagnerait à être dynamisé pour injecter du pouvoir d’achat dans les territoires défavorisés, ces villes petites et moyennes, ces zones rurales où le sentiment de délaissement est fort, mais où les aînés sont particulièrement nombreux et possèdent en réalité beaucoup de biens.

La marge de manœuvre est considérable. Le patrimoine mis en viager aujourd’hui ne représente que 0,2 % des 1 000 milliards d’euros de logements appartenant aux retraités. Sa répartition est par ailleurs très inégale. La moitié du patrimoine « viagérisé » se trouve dans seulement cinq départements, aux niveaux de fortune supérieurs à la moyenne. Les personnes âgées vivant dans les quatre-vingt-onze autres départements du pays bénéficient en revanche très peu de cette possibilité, vivant parfois chichement à côté d’une richesse potentielle dormante.

Mieux vivre au quotidien

Pour les pouvoirs publics, stimuler la pratique du viager dans l’ensemble du pays aurait un double intérêt.

Cela permettrait d’injecter des liquidités dans les zones éloignées des grandes métropoles, où ces personnes âgées sont particulièrement nombreuses. En mettant leur bien en viager, ces retraités (les trois quarts sont aujourd’hui propriétaires) pourraient obtenir une rente, leur permettant de compléter leur pension mensuelle, de mieux vivre au quotidien, et, le grand âge venant, de pouvoir rester chez elles dans de bonnes conditions. Une sorte de politique vieillesse territorialisée, susceptible d’irriguer des économies locales anémiées.

Le patrimoine mis en viager aujourd’hui ne représente que 0,2 % des 1 000 milliards d’euros de logements appartenant aux retraités. Sa répartition est par ailleurs très inégale

Cet outil peut aussi favoriser plus largement les transferts financiers entre générations. Les « jeunes » retraités d’aujourd’hui, nés pendant le baby-boom, ont acheté en grand nombre des biens immobiliers à partir du début des années 2000, entraînant une hausse des prix inédite.

La valeur totale du parc immobilier français est ainsi passée en vingt ans de 2 500 à 6 000 milliards d’euros. Faciliter le viager, c’est permettre de mobiliser ces avoirs dormants, les vendeurs pouvant s’ils le souhaitent transmettre le capital touché au moment de la mise en viager, ce que l’on appelle le « bouquet », directement à leurs enfants, évitant ainsi à leur progéniture de patienter jusqu’à une succession, intervenant en moyenne lorsque les héritiers ont 52 ans.

Il vous reste 48.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …