Les Français face aux enjeux du logement durable (Qualitel-Ipsos) 1

Les Français face aux enjeux du logement durable (Qualitel-Ipsos)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© AdobeStock – ra2 studio

75% des Français ont à cœur d’avoir un logement plus respectueux de l’environnement, selon la 5e édition du baromètre QualitelIpsos, réalisé en partenariat avec l’Anah, dont les résultats ont été dévoilés le 5 octobre.

Conscients que la transition environnementale passe par les comportements individuels, les Français considèrent le logement comme un champ d’action déterminant : dans le top 6 des « éco-gestes » à adopter, deux concernent l’habitat : réduire la consommation d’énergie (67 %) et limiter la consommation d’eau (42 %) chez soi. Ainsi, 75 % des 4 500 sondés ont à cœur d’habiter une maison ou un appartement respectueux de l’environnement. Lorsqu’on leur précise la définition de l’habitat durable, c’est-à-dire « un lieu respectueux de l’environnement, préservant la qualité de vie et le bien-être de ses occupants, où les coûts de construction et d’usage sont maîtrisés », seuls 30 % estiment qu’ils vivent actuellement dans un tel logement.

Pour habiter plus durable, une large majorité de Français (59%) – et deux tiers des 35-60 ans – seraient prêts à réaliser des travaux de rénovation. Dans une moindre mesure, une part importante de la population serait prête à changer de logement (51%). Les jeunes générations sont les plus disposées à changer leur façon d’habiter : la moitié des 18-34 ans serait même prête à payer un peu plus cher pour un logement plus durable (contre 31 % des plus de 60 ans). Pour autant, selon la 5e édition du baromètre, « l’habiter durable » ne constituee pas encore un critère d’achat ou de location décisif. Le respect de l’environnement n’a été un critère de choix que pour 4 % des sondés, loin derrière le classique triptyque localisation (64 %), prix (54 %), surface (42 %).

Un décalage

Aux yeux des Français, le logement durable est d’abord et avant tout assimilé aux économies d’énergie. D’autres éléments tels la préservation de la biodiversité ou l’accès aux transports, sont jugés plus secondaires. Seuls 17 % des Français jugent que la proximité des infrastructures est un critère indispensable au logement durable.

Un décalage entre l’impact environnemental réel d’un équipement et son importance au regard des sondés est par ailleurs observé : ainsi, le bac de tri sélectif arrive en tête des équipements jugés indispensables au logement durable (pour 41 % des Français), loin devant la pompe à chaleur (14 %) ou la présence d’un panneau solaire/éolienne (17 %).

Interrogés sur les bouleversements à venir, les sondés plaident pour plus densité : 56 % préfèrent qu’on construise « à la verticale, quitte à avoir des bâtiments plus hauts », alors que 44 % préféreraient « construire à l’horizontale en étalant la ville, quitte à diminuer la superficie des sols naturels ou agricoles ». Les moins de 35 ans expriment un avis plus tranché contre l’artificialisation des sols : ils sont 64 % à privilégier la densité.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…