les travailleurs frontaliers font grimper les prix de l’immobilier 1

les travailleurs frontaliers font grimper les prix de l’immobilier

A Metz (Moselle), l’euphorie perdure après deux années hors normes pour le marché immobilier : « Les prix des maisons et des appartements avec extérieur dans les quartiers les plus prisés de la commune ont augmenté de 15 % à 18 % en deux ans », s’étonne François Grimont, responsable d’une agence ORPI à Metz. Et cela malgré un mètre carré moyen estimé à 2 078 euros dans la ville, selon les données de Meilleursagents.

Mais les beaux appartements de 105 mètres carrés dans Metz-Queuleu avec 50 mètres carrés de terrasse, vendus 320 000 euros en moins d’une semaine, ne sont plus des exceptions. Tout comme les maisons sans défaut, qui se négocient au-dessus de 400 000 euros, voire 1 million pour les biens d’exception.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Notaires, avocats, agents immobilier… Comment être indemnisé pour l’erreur d’un professionnel

L’immobilier messin renoue avec l’attractivité perdue lors de la fermeture de sa base aérienne militaire en 2012 : « On a perdu des milliers d’emplois à cette époque, et les prix de l’immobilier ont chuté. Le mètre carré moyen était entre 1 700 euros et 2 000 euros. Aujourd’hui, pour les biens les plus recherchés, on va être autour de 3 000 à 3 200 euros le mètre carré », ajoute l’agent immobilier.

Métamorphose

Les militaires ont depuis été remplacés par les travailleurs frontaliers. La ville, située à seulement une heure dix en voiture du Luxembourg, voit arriver depuis le début de la pandémie un grand nombre de cadres prêts à faire la navette : « Les prix sont tellement élevés au Luxembourg que, avec l’essor du télétravail, de nombreux salariés de la finance préfèrent acheter à Metz pour avoir une plus grande superficie. Leur pouvoir d’achat est bien supérieur à celui du reste de la population, et ce sont eux qui contribuent à la hausse des prix », indique Me Philippe Krummenacker, notaire associé à Metz.

D’autant plus que la commune s’est métamorphosée. En 2012, une série de travaux est lancée pour entretenir le patrimoine architectural messin, avec ses quarante et un monuments classés et cinquante-huit monuments inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

De nombreux grands projets sont entrepris, comme Cœur impérial, un chantier à 100 millions d’euros sur le site de l’ex-hôpital Bon-Secours, où se trouvent désormais 450 logements. L’écoquartier des Coteaux de la Seille se construit et le quartier de l’Amphithéâtre devient le visage moderne de Metz, avec l’inauguration du Centre Pompidou-Metz.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Achat immobilier : les frais de notaire peuvent parfois être (légèrement) réduits

L’écoquartier Lizé, à Montigny-lès-Metz, en périphérie de la ville, dont les premiers logements seront livrés en 2022, devrait quant à lui s’étendre dans les années à venir « ce qui va attirer les investisseurs », observe Olivier Martzel, président du groupe de promotion immobilière Terralia. « Les prix du neuf à Metz sont de 4 000 euros par mètre carré en moyenne, et la plupart des programmes sont éligibles au dispositif Pinel », précise-t-il.

Il vous reste 35.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …