L'immobilier ancien : marché « miraculé » (Century 21) 1

L’immobilier ancien : marché « miraculé » (Century 21)

L'immobilier ancien : marché « miraculé » (Century 21) 2

© © Redzen AdobeStock

Au terme de cette année 2020 tourmentée par la pandémie de Covid-19, le nombre de ventes au niveau national ne recule que de 12,1 % dans le réseau Century 21, société du groupe Nexity. Comparé à d’autres secteurs économiques, le marché immobilier de l’ancien fait figure donc de « miraculé », selon le communiqué de presse du groupe.

Sur l’année, le nombre de transactions n’a reculé que de 6,5 % sur ce segment (versus -22,3 % pour les appartements). Les tensions entre l’offre et la demande se sont traduites par une progression des prix, plus forte pour les maisons (+4,1 %) que pour les appartements (+1,2 %). Sur ces deux segments, le prix moyen au mètre carré atteint en 2020 un record historique : 2 193 € le mètre carré pour les maisons et 3 682 € le mètre carré pour les appartements.

Cette évolution des prix s’observe également dans le montant moyen d’une acquisition. En 2020 ces montants moyens franchissent un nouveau palier : 248 437 € pour une maison, 215 763 € pour un appartement, selon Century 21. Pour financer ces achats, tous les paramètres du crédit sont optimisés : la durée des prêts est au plus haut (21 ans en moyenne) et le financement par emprunt représente désormais 80,5 % de la somme globale investie.

Dans ce contexte, une catégorie socioprofessionnelle est particulièrement à la peine : les employés/ouvriers voient leur proportion parmi les acquéreurs reculer de 6,1 %. Les grands gagnants sont les plus de 60 ans dont la part augmente de 7,2 % (ils représentent, à eux seuls, 17,9 % des transactions en 2020).

Enfin, si l’acquisition au titre d’investissement locatif a baissé au 1er semestre, le second semestre a surcorrigé la tendance, et en 2020 le placement représente au global 29,4 % des transactions réalisées, un niveau sans précédent France entière (pour comparaison, en 2017, il n’était que de 17,4 %).

À Paris

En ce qui concerne Paris, les prix ont continué de grimper (+5,3 % en 2020). Le prix moyen au mètre carré atteint 10 599 €, établissant un nouveau record. Selon Century 21, la tendance du dernier trimestre laisse cependant envisager qu’un plafond a été atteint et la progression des prix parisiens semble s’enrayer. Sur l’année, le nombre de ventes chute de 35,4 %. Le montant moyen d’une acquisition parisienne est désormais de 548 950 €, en hausse dans la mesure où le prix moyen au mètre carré augmente, mais aussi parce que la surface moyenne progresse (+3,8 m2 en 2020) pour s’établir à 53,1 m2 (un autre nouveau record). Dans la capitale, les achats sont destinés à 60,8 % à la résidence principale. La part des acquisitions affectées à la résidence secondaire chute pour ne représenter que 3,7 % des transactions (les étrangers notamment ne sont plus là pour dynamiser ce segment de marché) ; l’investissement locatif a le vent en poupe (31,1 % des acquisitions).

En Île-de-France

La hausse des prix est encore plus forte dans les départements franciliens : +6,2 % pour les maisons et +8 % pour les appartements. Le prix moyen au mètre carré établit un nouveau record : 3 249 € le mètre carré pour une maison, 4 357 € le mètre carré pour un appartement. Cette hausse des prix n’est pas sans conséquence sur l’activité qui recule plus fortement qu’à l’échelle nationale : -21,1 % pour le segment des maisons et -25,6 % pour celui des appartements.

Les montants moyens d’une acquisition dans la région francilienne n’ont jamais été aussi élevés : 254 712 € pour un appartement, 362 802 € pour une maison. À l’échelle départementale, la vente de maisons résiste relativement mieux dans le Val-de-Marne (-11,9 %) et le Val-d’Oise (-12,1 %) qui voit arriver massivement les cadres moyens et cadres supérieurs (leur part augmente de +24,1 % et +11,6 % parmi les acquéreurs).

En régions

Partout l’activité recule sauf dans deux régions qui se distinguent en voyant les ventes de maisons progresser : le Grand Est (+2,6 %) et la Normandie (+6 %), selon Century 21.

Les prix augmentent dans toutes les régions avec cependant de grandes variations allant de +0,7 % pour les maisons en Auvergne-Rhône-Alpes à +10 % pour les maisons dans les Pays de la Loire et en Bretagne. Des différences notables s’observent également sur le montant moyen d’une acquisition compris, pour un appartement, entre 114 394 € en moyenne dans les Hauts-de-France et 237 719 € en région Paca (254 712 € en Île-de-France). Une maison se vend quant à elle entre 146 691 € en moyenne en Bourgogne-Franche-Comté et 471 324 € en Provence-Alpes-Côte d’Azur.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…