L’inflation aura-t-elle la peau du petit propriétaire ? 1

L’inflation aura-t-elle la peau du petit propriétaire ?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


© fotomaximum / Adobe Stock

L’inflation fait son retour sur le devant de la scène économique. En Europe, les prix ont progressé en rythme annuel de 4,9 % à fin novembre, un niveau jamais vu depuis 20 ans. Aux États-Unis, le patron de la Réserve fédérale Jerome Powell a rayé le mot « transitoire » de son vocabulaire, estimant que « le risque d’une inflation persistante a grandi ».

L’inflation redevient un sujet de conversation, plus que d’inquiétude, dans l’industrie immobilière. L’IFPImm l’a mis à son ordre du jour cette semaine à l’occasion d’un petit-déjeuner. Le professeur Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des économistes, penche davantage pour la thèse des tensions inflationnistes en Europe, alimentée en grande partie par la hausse du prix des énergies, plus que d’un processus d’enclenchement de la boucle prix/salaires. Tension ou processus, ce sont surtout les conséquences sur les politiques des banques centrales que vont suivre les investisseurs. Pour préserver les valeurs, ces derniers préféreront une réduction de la politique de rachat d’actifs à une remontée des taux directeurs.

L’immobilier, lui, n’a pas attendu ses tensions inflationnistes pour voir les prix grimper. En particulier dans le résidentiel. Mais comme le rappelle Olivier Colonna d’Istria, président du directoire de la Socfim, cet envol des valeurs, puissant depuis plusieurs années, résulte avant tout d’un déséquilibre persistant entre l’offre et la demande doublé d’une forte augmentation du prix de revient de la production de logement. Rareté du foncier, malthusianisme en matière de construction et alourdissement de la réglementation ont renchéri le coût des logements neufs, et commencent à se reporter sur le logement existant.

Cette hausse tendancielle est-elle encore soutenable pour les ménages, dont le nombre devrait continuer d’augmenter jusqu’en 2040 ? « Nous avons devant nous le risque de voir se bloquer les parcours d’accession à la propriété », s’inquiète Olivier Colonna d’Istria. « Solvabiliser les ménages si nous n’avons pas traité le problème de l’offre reviendrait à accélérer l’augmentation des prix », prévient le président de l’IFPImm. Seul un choc d’offre – mais personne n’y croit à court terme – ou une redistribution de la carte du territoire à la faveur des nouveaux modes de travail permettraient d’enrayer la hausse inexorable des prix dans le résidentiel.

À défaut, c’est l’attachement même des Français à la propriété immobilière qu’il faudra interroger. Les investisseurs institutionnels sont prêts et leur appétit soudain pour le résidentiel pourrait être plus structurel qu’il n’y paraît. Là encore, le plus dur sera de constituer l’offre. Il en sera de la responsabilité des politiques.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…