Logement : coup de frein sur l’offre neuve en IDF (Grecam) 1

Logement : coup de frein sur l’offre neuve en IDF (Grecam)

Logement : coup de frein sur l’offre neuve en IDF (Grecam) 2

© Fotolia

Le recul du marché de l’habitat collectif en Ile-de-France s’est accentué au cours du premier semestre 2020, selon Grecam, société d ́études et de conseil spécialisée dans l ́immobilier. Les ventes ont été inférieures de 34 % à celles du second semestre 2019, en tombant à un niveau équivalent à celui de 2014, autour de 10 000 réservations.

Le fléchissement de l’offre neuve intervenu en 2019, du fait de la perspective des élections municipales, s’est accentué au cours du 1er semestre 2020 : seulement 4 636 logements ont été lancés durant ce 1er semestre. La production de logements s’est forte- ment ralentie au vu de plusieurs facteurs, politiques (report des élections municipales), sanitaires (fermeture des bureaux de vente et arrêt des chantiers) financiers (les conditions d’emprunts bancaires se sont resserrées). Afin d’assurer leur trésorerie, ce contexte a amené les promoteurs à vendre en bloc une partie de leurs opérations (près de 5 000 logements) à des acteurs du logement intermédiaire, notamment. « À noter qu’en raison de la crise sanitaire, les livraisons des programmes neufs ont été repoussées de 6 mois en moyenne. »

Une raréfaction inédite de l’offre neuve

Les rythmes de vente se sont considérablement dégradés : le marché le plus actif (Seine-Saint-Denis) avoisine 1,5 vente mensuelle, et trois départements (Paris, Val-de-Marne et Essonne) sont en dessous du seuil d’une réservation par mois, en moyenne. Le marché francilien se trouve, ainsi dans une situation de raréfaction de l’offre, inédite sur les 8 dernières années.

Les 17 844 logements qui composent le stock de la Région, à septembre 2020, se répartissaient au sein de, seulement, 1 641 programmes, représentant moins de 11 mois de commercialisation, au rythme actuel.

Contrairement à certaines idées reçues, le prix moyen de l’offre francilienne ne s’était pas beaucoup renchéri entre 2011 et 2018 (oscillant entre 5 000 et 5 200 €/m2 PI). Depuis 2019, du fait d’une diminution de l’offre neuve, et d’une concurrence exacerbée des promoteurs sur les fonciers situés dans le diffus, le prix moyen connaît une hausse significative, tant en Petite Couronne qu’en Grande Couronne, en atteignant, fin septembre 2020, 5 748 €/m2 PI.

Une reprise du marché à la mi-2021 ?

Le Grecam prévoit, pour l’année 2020, un volume de réservations compris entre 19 000 et 21 000 (hors ventes en bloc) en Ile-de- France, soit à un niveau similaire à celui de 2014. Concernant 2021, la production neuve devrait se redresser, stimulée par une importante offre à venir, autour de 50 000 logements envisagés à court terme (18 à 24 mois). Environ 60 % des logements, devraient bénéficier, dès leur livrai- son, d’une bonne accessibilité en transports en commun. En effet le maillage francilien sera renforcé dès 2021, avec le prolongement des lignes de métro, 4,12,14 et des lignes de tramway T9 et T13. Néanmoins le risque d’un troisième confinement pourrait repousser la reprise du marché à la mi-2021.

« L’impact de la crise sanitaire de 2020 devrait bousculer les attentes de la clientèle francilienne, recherchant, dorénavant, des surfaces habitables plus généreuses (salon, bureau), des annexes (terrasses, jardins), tout en conservant un prix unitaire abordable. On peut s’attendre, donc, à une stabilisation de prix en 2021, voire à une légère baisse dans certains micromarchés où les volumes d’offres s’avèrent importants. L’offre de Petite Couronne pourrait être, alors, concurrencée de plus en plus, par les micromarchés de la Grande Couronne. »


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…