Prolongation de l’interdiction du droit de visite : l’Unis demande à nouveau son rétablissement 1

Prolongation de l’interdiction du droit de visite : l’Unis demande à nouveau son rétablissement

Prolongation de l’interdiction du droit de visite : l’Unis demande à nouveau son rétablissement 2

Danielle Dubrac, présidente de l’Unis.
© DR

Dans un communiqué, l’Unis accueille avec la plus « extrême gravité » l’annonce du premier ministre de ce 12 novembre prolongeant le dispositif de confinement et donc l’interdiction de 100 % des visites immobilières dans le parc privé en vue de la vente ou de la location d’un bien en France. En conséquence, l’Unis réclame à nouveau son rétablissement pour motif impérieux.

« Des précautions sanitaires renforcées auraient parfaitement pu être édictées et respectées, selon l’Unis. Aucune des mesures de sécurité proposées par l’Unis et les professionnels n’a été retenue alors qu’une multitude d’activités demeurent possibles malgré le confinement. »

« Nous demandons une déclaration expresse considérant que la recherche d’une résidence principale, pour des raisons de fragilité ou liée à l’emploi, constitue un motif impérieux permettant à un particulier de se déplacer », plaide Danielle Dubrac, présidente de l’Unis.

Le droit au logement est bafoué, selon l’Unis. « Comment se loger en cas de mutation professionnelle ? en cas de modification de la situation familiale ? Imposer de telles restrictions aux Français alors qu’en parallèle il est possible se rendre sur son lieu de travail, au supermarché, mais aussi de visiter des biens dans le parc social, est incohérent. »

« Déjà incompréhensible pendant les quinze premiers jours de confinement, alors que le gouvernement dit vouloir préserver l’activité économique du pays, la prolongation de l’interdiction plonge les Français dans l’incertitude et place les entreprises de la chaîne immobilière en risque, déclare Danielle Dubrac. Chacun s’appuie sur le droit au logement pour voter les lois Dalo, Alur, Elan. Et aujourd’hui, en période de crise, ce droit fondamental n’est pas défendu. L’immobilier est la bête noire de ce quinquennat. Les professionnels et les locataires du privé subissent une inégalité de traitement. Cette situation est intenable et aura des conséquences à moyen et long terme. Déjà, les indépendants du secteur ne bénéficient d’aucune mesure compensatrice de l’arrêt brutal de leur activité. C’est dramatique », conclut Danielle Dubrac.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…