Grand soleil sur le marché de l'immobilier de luxe 1

Grand soleil sur le marché de l’immobilier de luxe


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Publié le 6 juil. 2021 à 13:04

Le marché français de l’immobilier résidentiel de luxe se porte comme un charme. Le site Belles Demeures, qui recense des annonces de biens de prestige, fait état d’une hausse de 23 % des visites sur son site sur les neuf derniers mois, à 2,5 millions par mois. Et « il ne s’agit pas de rêveurs mais d’internautes actifs », assure Solange Roblot, chef de marché de la plate-forme. Ces consultations aboutissent en effet à de nombreuses mises en relation entre acheteurs et vendeurs.

« Le premier trimestre 2021 a été le plus fort que nous ayons connu depuis vingt ans, avec plus de 400 millions d’euros de biens vendus, et le deuxième trimestre s’annonce tout aussi prometteur », témoigne de son côté le directeur des opérations nationales de Sotheby’s International Realty France, Didier Fagnen. « A fin juin, la quasi-totalité de nos bureaux ont déjà réalisé de 60 % à 70 % de leur budget annuel », renchérit le PDG de Coldwell Banker Europa Realty, Laurent Demeure.

« Pièces de collection »

L’Ile-de-France arrive toujours en tête des régions les plus recherchées par les acheteurs fortunés, selon Belles Demeures. Paris reste courtisé, même si un certain nombre de Parisiens reportent leur recherche vers la banlieue huppée : Neuilly-sur-Seine, Boulogne-Billancourt, Versailles, Saint-Cloud, Rueil-Malmaison, Vincennes, Levallois-Perret ou Saint-Germain-en-Laye.

L’agence Féau indique ainsi avoir vu ses ventes d’hôtels particuliers et d’appartements parisiens au-delà de 2,5 millions d’euros bondir de 112 % au premier semestre 2021 par rapport à la même période de 2019. Coldwell Banker se targue d’avoir récemment vendu un hôtel particulier à Montmartre qui avait été mis à prix à 9,9 millions.

« Les logements de luxe sont de plus en plus considérés comme des pièces de collection et séduisent les chefs d’entreprises français ou européens, qui profitent de ne plus être en concurrence avec les acheteurs saoudiens, russes, vénézuéliens ou brésiliens qui faisaient monter les prix », note Laurent Demeure.

Pied-à-terre à Paris

La demande a cependant évolué après les confinements imposés par la pandémie de Covid-19. Certains appartements familiaux parisiens cossus, mais sans espace extérieur et sans atout maître – comme une très belle vue – ont aujourd’hui plus de mal à se vendre. A l’inverse, il existe une pression sur le marché des surfaces plus petites, les riches acheteurs ayant investi en régions souhaitant tout de même disposer d’un pied-à-terre à Paris.

Car l’attrait pour la province se confirme. Avec un engouement particulier pour la côte Atlantique, le Sud-Est et le Sud-Ouest. La recherche d’une meilleure qualité de vie et la possibilité de télétravailler ont changé la donne. Cela « bouscule les habitudes et les marchés, témoigne le président de Barnes, Thibault de Saint-Vincent. De nouvelles régions, de nouvelles villes ont le vent en poupe ».

Coldwell Banker le constate ailleurs dans le monde, notamment aux Etats-Unis, son marché d’origine. « Des habitants de Los Angeles, en Californie, vont à Santa Barbara ou à Sausalito, mais aussi à Scottdale, en Arizona, ou à Las Vegas, dans le Nevada. Les New-yorkais sont nombreux à acheter en Floride », relève son PDG.

Décalage offre demande

En France, « le marché des châteaux marche également très fort, notamment en Touraine. Les acheteurs cherchent de l’aisance, du calme et de la sérénité. Récemment, nous avons rentré un château en Sologne à 8,8 millions. C’est la propriété pour laquelle nous avons eu le plus de demandes depuis le début du mois de juin », assure Laurent Demeure.

L’offre de logements de luxe est toujours importante. Mais, alerte Belles Demeures, elle pourrait bientôt se trouver en décalage avec la demande. La plate-forme note que 9 % seulement des projets de ventes concernent des manoirs ou des châteaux, à comparer à 20 % pour les projets d’achats. A l’inverse, 27 % des acheteurs se projettent sur des appartements, qui représentent 40 % des projets de vente. Des tensions sur les prix pourraient donc apparaître sur certains segments.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…