Immobilier : pour s'agrandir, faut-il acheter ou louer ?

Immobilier : pour s’agrandir, faut-il acheter ou louer ?

Immobilier : pour s'agrandir, faut-il acheter ou louer ? 1

Publié le 24 sept. 2020 à 11:33Mis à jour le 24 sept. 2020 à 11:48

Pour quelques mètres carrés de plus, à quels sacrifices êtes-vous prêts ? Faut-il renoncer à ses rêves de propriétaire pour un espace de vie plus confortable ?

Meilleurs Agents, spécialiste de l’estimation immobilière en ligne et Vousfinancer, courtier en crédit, ont réalisé une étude sur 150 grandes villes de France pour vous aider à prendre la bonne décision. Intuitivement, on a tendance à penser que la location est la solution pour s’offrir une plus grande surface, mais ce raisonnement ne s’avère pas toujours vrai.

Les raisons d’acheter

« Dans près de 70 villes étudiées, on gagne en surface quand on saute le pas de la propriété. C’est une bonne nouvelle ! », commente Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents. Pour Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer, « malgré un contexte de prix élevés, il existe de nombreuses villes où l’achat immobilier permet un gain de surface sur la location, à condition de pouvoir obtenir un crédit immobilier. Pour cela, il faut avoir un apport personnel de 10 % du montant du bien, une situation professionnelle stable et une mensualité de crédit ne dépassant pas un tiers de son salaire. »

Et Selon Vousfinancer, acheter n’est pas plus risqué que louer, car il est possible de faire baisser – voire de suspendre – ses mensualités quelques mois en cas de coup dur, ce qui n’est pas facile avec un loyer !

Les villes les moins chères

Pour cette étude, Meilleurs Agents et Vousfinancer ont sélectionné des communes de plus de 30 000 habitants (hors Ile-de-France), y compris Paris. Le pouvoir d’achat immobilier est calculé à partir du prix moyen du m², du revenu médian d’un ménage représentatif de la ville (Insee), des taux d’emprunt immobilier sur 20 ans et d’une mensualité de crédit égale à 33 % du revenu disponible, avec 10 % d’apport. La même mensualité est utilisée pour le calcul du pouvoir locatif.

C’est surtout dans les villes les moins chères qu’il est plus intéressant d’acheter que de louer pour avoir plus grand. Par exemple à Montluçon, Nevers, Saint-Quentin ou Saint-Etienne, ou encore à Mulhouse ou à Châteauroux. Mais l’intérêt de l’achat par rapport à la location est avéré pour 67 des villes étudiées, soit 43 % de l’échantillon.

Par ailleurs, les Français peuvent s’offrir une pièce en plus, soit entre 9 et 18 m² dans 27 % des villes ou l’achat est intéressant. C’est le cas pour Metz (9,6 m²) et Roubaix (11,7 m²). Et les futurs propriétaires peuvent avoir 2 pièces ou plus, soit plus de 18 m², dans plus d’un tiers (36 %) des villes, comme à Limoges, Evreux ou Bourges.

Autre résultat contre-intuitif dans les résultats de cette étude, même dans des villes de plus de 100 000 habitants, l’achat permet de gagner au minimum une pièce en plus (entre 9 et 42 m²). C’est le cas à St Etienne, Mulhouse, Limoges, Le Mans, Perpignan et Metz.

Là où il est plus facile de louer

En bas du classement, autrement dit, là où la location permet d”accéder à nettement plus de mètres carrés que l’achat, on retrouve 2 types de villes. D’abord celles en périphérie des grandes agglomérations où les prix de l’immobilier sont élevés comme Caluire-et-Cuire (Lyon), Mérignac et Pessac (Bordeaux), Marcq-en-Baroeul (Lille). Ensuite, les villes où il y a beaucoup de résidences secondaires qui tirent les prix de l’immobilier vers le haut et où les loyers sont relativement bas comme Saint-Malo, Anglet, Les Sables d’Olonne ou Six Fours.

Enfin, contrairement à ce qu’on pourrait croire, Paris n’est pas la ville où l’écart de surface entre l’achat et la location est le plus important. Dans la capitale, un locataire gagnera seulement 17 m² par rapport à un acquéreur, contre 33 m² à Lyon.

[ad2]

Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…