La Défense : Hermitage ne renonce pas à son projet de tours jumelles 1

La Défense : Hermitage ne renonce pas à son projet de tours jumelles


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Publié le 4 janv. 2022 à 14:15Mis à jour le 4 janv. 2022 à 16:19

Quand Paris La Défense a décidé lundi de ne pas valider la promesse de vente des terrains nécessaires à la construction des tours Hermitage Plaza, il espérait mettre un terme à un feuilleton vieux de plus de treize ans. Ce mardi, l’affaire connaît pourtant déjà un nouveau rebondissement.

Dans un communiqué, le groupe Hermitage, dirigé par Emin Iskenderov, se dit « stupéfait de constater que Paris La Défense n’a pas respecté son engagement, en arguant d’éléments fallacieux, de signer la promesse de vente avant le 31 décembre 2021, tel que prévu par le protocole du 24 mars 2021 qui découlait d’une médiation judiciaire » conduite sous l’égide du tribunal de Nanterre.

« Informations mensongères »

Le Conseil d’administration de l’établissement public a considéré, le 28 décembre, que le porteur du projet n’avait pas apporté « les garanties financières et techniques suffisantes » à la signature de cette promesse.

Faux, assure une porte-parole du promoteur russe, qui indique que ce dernier a l’appui d’un organisme financier international et qu’il a signé un contrat avec Bouygues construction Ile-de-France pour mener à bien le chantier.

Dans son communiqué, le groupe Hermitage rappelle aussi avoir déjà investi 350 millions d’euros dans ce projet à 2,8 milliards. Il estime que « des informations mensongères » auraient été diffusées lors de ce conseil d’administration de fin d’année.

« Ce revirement surprenant, sans aucune justification et au mépris de tous les engagements antérieurs ne peut rester en l’état. La société Hermitage n’envisage aucun autre scénario que la réalisation de ce projet, et met en demeure l’établissement public Paris La Défense de signer cette promesse de vente », ajoute le texte.

Nombreux recours

Dans le cas contraire, le groupe demande le versement de 1 milliard d’euros de dommages et intérêts « nonobstant une demande en exécution forcée et d’autres procédures pour rupture abusive et déloyauté ». Paris La Défense n’a pas encore réagi à cette mise en demeure.

Le projet de tours Hermitage, lancé en 2008 et revu en 2009 dans le quartier d’affaires des Hauts-de-Seine, s’est heurté à de nombreux recours judiciaires. Les deux gratte-ciel, dessinés par l’architecte Norman Foster, ont obtenu leurs permis de construire en 2012.

Ils sont censés culminer à 320 mètres de hauteur et occuper une surface de 291.000 m2. Ils détrôneraient ainsi largement First , actuellement la plus haute tour de France avec ses 230 mètres de hauteur. Le calendrier prévoyait un démarrage des travaux de construction au troisième ou au quatrième trimestre 2023, pour une livraison par étapes en 2027 et 2028.

Les tours jumelles doivent accueillir des appartements de grand standing et des villas sur le toit, mais aussi une résidence étudiante, un hôtel cinq étoiles, des restaurants et bars panoramiques, des bureaux, un centre d’affaires, un auditorium, des boutiques, une galerie d’art contemporain ou encore un centre de thalassothérapie.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…