Les normes pour construire et aménager un balcon 1

Les normes pour construire et aménager un balcon


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Très prisés par les propriétaires ou locataires ne pouvant pas vivre dans la maison de leurs rêves, les balcons à ciel ouvert apportent un confort de vie incomparable aux occupants d’un appartement en ville, en leur permettant de bénéficier d’une ouverture sur l’extérieur et d’un espace privatif supplémentaire. La construction et l’aménagement d’un balcon doivent néanmoins suivre des règles de sécurité précises pour être dans les clous…

Balcon: quelles sont les normes de construction?

L’article R134-59 du Code de la construction et de l’habitation précise les principes généraux qui doivent s’appliquer concernant la rambarde ou le garde-corps d’un balcon pour prévenir les chutes accidentelles: cette protection doit atteindre au minimum 1 mètre de haut, dès le premier étage de tout immeuble. Cette règle concerne un garde-corps faisant moins de 50 centimètres (ce qui est le cas le plus fréquent) d’épaisseur. En revanche, dans les rares situations où le garde-corps est plus épais, la hauteur minimale passe à 0,8 mètre.

Des règles additionnelles sont prévues par la norme AFNOR NF P01-012, qui apporte des éléments techniques pour les garde-corps des balcons. Il est question ici de la résistance à la pression, par exemple dans l’éventualité où une personne s’appuierait de tout son poids contre la protection. Cette résistance doit atteindre au moins 60 newtons-mètres pour un balcon privatif, davantage encore dans un lieu public.

La sécurité des balcons faisant l’objet de normes techniques très strictes, il est important de vérifier régulièrement l’apparition d’anomalies ou de malfaçons, et d’en informer au plus vite le syndic de copropriété par un courrier recommandé avec accusé de réception.

Et en ce qui concerne l’aménagement d’un balcon?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe toujours une charge maximale, fournie par le constructeur, et qui tourne généralement autour de 350 kilos par mètre carré, à ne pas dépasser. Au-delà de ce seuil limite, le risque d’affaissement s’accroît considérablement. Il convient donc de conserver ce chiffre en tête au moment de l’aménagement du balcon et de l’installation des mobiliers extérieurs ou autres éléments décoratifs, car le poids de tous ces objets va venir s’ajouter au poids des occupants du logement.

Ensuite, le règlement de copropriété peut avoir son mot à dire sur l’aménagement des balcons. Ce document voté en assemblée générale des copropriétaires interdit parfois certaines pratiques: pas de pose d’antenne parabolique ni d’éléments décoratifs malvenus. Par exemple, certaines copropriétés excluent les bardages occultants, d’autres les plantes trop invasives… Quant aux animaux de compagnie, il est souvent interdit de les maintenir à l’extérieur sur le balcon, pour éviter les nuisances sonores ou bien olfactives. De même, il arrive que des arrêtés municipaux régissent ce qui est autorisé ou pas. Nombreuses sont les cités balnéaires ou villes touristiques qui interdisent le séchage de vêtements, entre autres.

À savoir: si le balcon n’est pas inclus dans les parties privatives, mais fait partie en réalité de parties communes à jouissance privative, la copropriété peut imposer davantage de restrictions sur l’aménagement et l’usage de cet équipement!

(Par la rédaction de l’agence hREF)

 


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…