Primo-accédant: à quelles aides pouvez-vous prétendre? 1

Primo-accédant: à quelles aides pouvez-vous prétendre?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



L’immobilier est un secteur en constant mouvement et il se porte plutôt bien malgré des taux d’intérêt légèrement à la hausse. Il n’en demeure pas moins que de nombreux Français sont encore locataires et souhaitent accéder à la propriété. On parle dans ce cas de primo-accédants, mais ce terme peut s’avérer trompeur. En effet, il ne s’applique pas seulement à des personnes qui achètent pour la première fois un bien immobilier. Ainsi, vous êtes considéré comme primo-accédant si vous n’avez pas été propriétaire d’une résidence principale depuis deux ans. À noter que si vous souhaitez réaliser un achat en couple, les deux personnes composant le foyer doivent remplir cette obligation pour être considérées comme primo-accédants. En revanche, si vous possédez une résidence secondaire ou que vous avez acheté un bien dans le cadre d’un investissement locatif, vous pouvez être primo-accédant. Un point important à connaître, puisque diverses aides peuvent dès lors être accessibles dans le cadre d’un investissement immobilier concernant une résidence principale, c’est-à-dire occupée au moins huit mois par an.

Les principaux prêts pour primo-accédants

Que ce soit au niveau de la fiscalité ou des aides, de nombreuses choses changent chaque année et 2023 ne fait pas exception à la règle. En revanche, certains prêts apparus il y a plusieurs années pour les primo-accédants sont toujours d’actualité. C’est notamment le cas du fameux prêt à taux zéro (PTZ). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un prêt sans intérêts, mais également sans frais de dossier. Il s’agit d’un crédit complémentaire qui ne peut excéder 40% de l’investissement total et doit donc être complété par un prêt bancaire classique. Il est accordé sous conditions de revenus et son montant varie en fonction de la zone géographique de l’investissement immobilier, mais aussi du nombre de personnes composant le ménage. La durée de remboursement du PTZ peut aller jusqu’à 25 ans, son remboursement pouvant être différé jusqu’à quinze ans. Le prêt à taux zéro est cumulable avec d’autres aides, notamment le PAS (prêt à l’accession sociale). Celui-ci est réservé aux ménages ayant des revenus modestes. La durée de remboursement peut aller jusqu’à 30 ans, mais contrairement au PTZ il ne peut pas être complété par un crédit immobilier classique. À noter qu’il peut aussi être demandé pour des travaux visant à des économies d’énergie, dans la limite de 4.000 euros.

D’autres prêts disponibles aux primo-accédants

Les primo-accédants peuvent également avoir recours au prêt conventionné. Celui-ci présente l’avantage de ne pas être soumis à un plafond de ressources et peut servir à financer l’intégralité d’un projet immobilier dans le neuf ou l’ancien. Il est notamment compatible avec le PTZ, les taux d’intérêt pouvant être fixes, variables ou modulables. Pour obtenir ce type de crédit immobilier, il convient de passer par un organisme de crédit ayant passé une convention avec l’État, sa durée de remboursement pouvant aller jusqu’à 30 ans. Autre possibilité, le prêt accession logement (ex 1% logement). Celui-ci, d’un montant maximal de 40 000 euros, est soumis à un plafond de ressources et peut être attribué à des primo-accédants salariés au sein d’une entreprise du secteur privé de plus de dix employés (hors secteur agricole). Il est remboursable en 25 ans maximum et présente un taux d’intérêt particulièrement avantageux puisqu’il est plafonné à 0,5%. À noter que pour les salariés du secteur agricole, il est possible de faire appel au prêt agri-accession sous certaines conditions.

Les autres aides pour primo-accédants

Comme vous le voyez, si vous êtes primo-accédant, il existe différentes possibilités pour vous aider à financer votre projet immobilier dans le cadre de l’achat d’une résidence principale. Aux solutions évoquées ci-dessus, il convient d’ajouter aussi le PEL et le CEL (plan épargne logement et compte épargne logement). Ces épargnes constituées au fil des ans peuvent être utilisées pour obtenir un prêt d’un montant allant jusqu’à 92.000 euros et remboursable en quinze ans maximum. Hors crédits immobiliers, des aides sont également envisageables, à commencer par la prime accession. Celle-ci peut atteindre 10.000 euros, est soumise à un plafond de ressources et réservée aux salariés du secteur privé. Des aides locales peuvent également être accordées aux primo-accédants. Celles-ci peuvent être attribuées aussi bien par une commune qu’un département ou la région. Il peut s’avérer utile de contacter votre agence départementale d’information sur le logement (ADIL) pour en savoir plus et vous aider à financer votre investissement immobilier.

(Par la rédaction de l’agence hREF)


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…