Loyers impayés : faut-il souscrire une assurance ?


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Des impayés de loyer en cascade une fois la crise du Covid terminée. C’est la peur de bon nombre de bailleurs.

Immobilier locatif. Des impayés de loyer en cascade une fois la crise du Covid terminée. C’est la peur de bon nombre de bailleurs, bien conscients que si pour l’instant le pourcentage de défauts de loyer n’a pas bougé (2 %) c’est grâce aux aides de l’Etat. C’est d’ailleurs le constat de Nicolas Démoulin, député LRM de la 8e circonscription de l’Hérault, dans un rapport publié en décembre 2020. « Les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement ont pu, jusqu’à ce jour, amortir les effets attendus en matière d’impayés de loyers, mais les observateurs s’accordent à prévoir une résurgence du nombre de cas problématiques au printemps prochain, à l’issue de l’habituelle trêve hivernale », écrit-il.

Du côté de l’Agence nationale d’information sur le logement (ANIL), on note toujours « un niveau de sollicitation soutenu de la part des locataires du parc privé » pour toutes les questions liées aux impayés de loyer (+ 47 % en décembre 2020, par rapport à décembre 2019), même si l’agence précise que la tendance semble être à la baisse par rapport au mois de novembre. D’où la tentation, pour de nombreux investisseurs, de se tourner vers des assurances loyers impayés avant la signature du contrat de location ou en cours de bail. « Nous observons une hausse de 25 % sur les requêtes de garantie de loyer impayé [GLI] depuis le début de l’année », constate Antoine Fruchard, fondateur du comparateur en ligne Réassurez-vous.

Lire aussi Pourquoi le nombre de logements à louer augmente dans les grandes villes

La garantie de loyer impayé est une assurance visant à couvrir les propriétaires en cas de défaut de paiement du locataire. Ces dernières ne peuvent être cumulées avec des cautions physiques et coûtent entre 2 % et 5 % du montant du loyer par mois. Certains contrats prévoient un délai de carence pouvant aller de deux à trois mois à partir de l’entrée dans le logement du locataire. Une franchise de l’ordre de plusieurs centaines d’euros s’applique parfois.

Critères et clauses particulières

Les plafonds couverts vont, selon les compagnies, de 60 000 à plus de 90 000 euros par sinistre pour une période de vingt-quatre à trente-six mois. « Attention cependant », prévient Antoine Fruchard, « ce plafond ne comprend pas toujours les frais de justice si vous devez aller devant les tribunaux ainsi que le frais d’huissier ou les indemnités d’occupation de maintien dans les lieux du locataire si ce dernier n’en veut pas partir ». Sans oublier que certaines GLI ne prennent pas en charge les biens dont les loyers dépassent les 2 000 euros.

Il vous reste 51.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …