2020: année faste pour le patrimoine des Français

2020: année faste pour le patrimoine des Français

2020: année faste pour le patrimoine des Français 1

A la mi-décembre, l’Insee a publié son tableau du patrimoine des Français pour l’année… 2019. L’institut, connu pour sa précision, mais aussi pour la lenteur du traitement des données, nous donne donc une vision très lointaine, déjà, de cette évolution. Le tableau que nous dresse l’Insee, c’est celui d’un pays qui connaissait alors –le Covid n’était pas encore là – un “alignement des planètes, avec une forte constante de ses prix immobiliers (+6,6%) et de ses cours boursiers (+25%), conjugué à un chômage en baisse et à des taux de crédits très bas. Le résultat ? Un patrimoine national des ménages en hausse de plus de + 6,2% (après + 2,1 % en 2018), et qui franchit le seuil des 12.500 milliards d’euros milliards d’euros, soit 8,3 fois le produit intérieur net de l’année. “Ce ratio a dépassé les niveaux historiques de 2011 et 2018”, relèvent les statisticiens publics.

Un rétroviseur à ajuster

Ca, c’était avant. Pour savoir ce qu’il s’est vraiment passé l’an dernier, il faudra attendre… décembre prochain (et oui, décembre 2021 !), quand les statisticiens de l’Insee auront fini de collecter et de vérifier tous leurs chiffres. Pour le moment, l’Institut n’a qu’une vision très partielle

de l’année, celle du premier semestre, ou elle constate, cependant, que “la capacité de financement des ménages a augmenté fortement”, alors que les besoins de financement des sociétés ont bondi. Mais peut-on avoir une vision de ce qui s’est véritablement passé sur l’ensemble de l’année dernière et notamment de l’impact réel du Covid sur le patrimoine des Français ? C’est l’exercice auquel s’est livré Challenges, en reprenant chaque ligne de la comptabilité nationale et en lui appliquant les flux de capitaux et les variations de valeurs qui lui correspondent. Un travail minutieux, long, mais forcément approximatif, car nos experts n’ont pas eu accès, comme l’auront les experts de l’Insee dans quelques mois, aux chiffres définitifs.

Les résultats? Etonnants : ils révèlent un cru plus que satisfaisant, pour cette si particulière année 2020. Rappelons-nous : l’arrivée du Covid a bouleversé notre économie : la Bourse a plongé puis s’est redressée ; les épargnants ont retiré massivement – et pour la première fois de l’histoire de ce qui était jusqu’ici leur placement favori – leur argent de leur contrats d’assurance-vie pour garnir leurs livrets d’épargne ; les prix de l’immobilier ont connu des variations contrastées entre les territoires. Les conditions de crédit, elles, sont restées très favorables, même si l’accès aux prêts a été plus difficile. Quant aux rémunérations, elles ont subi de fortes variations selon les régions, les activités et les périodes de confinement ! Bref, 2020 est un cru particulièrement agité. Et pas facile à analyser.

Epargne de précaution

Pourtant, il est possible de tirer quelques enseignements du travail effectué par les experts de Challenges (voir le tableau ci-dessous). D’abord, au niveau global, le patrimoine des particuliers a moins souffert qu’on n’imagine, puisqu’il progresse de 4,9% sur 2020. C’est certes moins que les 6% de 2019, mais c’est plus de deux fois mieux que les 2% de 2017 et 2018. A quoi est due cette progression ? Essentiellement à deux phénomènes : la progression des prix de l’immobilier, qui reste soutenue et qui permet de maintenir et d’améliorer la valorisation des bâtiments existants. Et aussi à l’énorme accumulation d’épargne réalisée par les ménages à l’occasion des deux confinements. On l’estime à près de 130 milliards d’euros. Cette épargne de précaution est allée s’investir principalement dans les livrets défiscalisés, qui font le plein, avec plus de 1700 milliards d’euros. Contrairement à l’assurance-vie en euros, qui avec son rendement proche de 1,5%, fait du surplace : les assurés ont retiré l’an dernier, l’équivalent d’un tiers de ce que leurs contrats leur ont rapporté.

Mais ces bonnes performances ne doivent pas occulter une réalité : le patrimoine est très mal réparti entre les ménages et beaucoup de Français ne sont pas concernés par ces calculs d’apothicaires! Selon l’Insee (mais cette fois les chiffres sont de 2018 et il est difficile de les actualiser), la moitié la mieux dotée des ménages français possédait 9/10e du patrimoine des Français. Et si, dans notre pays, un ménage sur deux possède un patrimoine brut supérieur à 163.100 euros, les 10 % les plus modestes disposent de moins de 3.800 euros de patrimoine. L’écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres est de 160 fois (contre 4,6 pour les revenus). Et c’est sans parler des 1 % des ménages les plus riches, qui possèdent plus de 1,9 million d’euros de patrimoine brut chacun…
























Le patrimoine des Français
Types d’actif ou de produit d’épargne  Le patrimoine des particuliers en 2019 (millions d’euros)Le patrimoine des particuliers en 2020 (millions d’euros)
Actifs non financiers  84518760
 Constructions et terrains 77368045
  Logements39244081
  Autres Batiments170177
  Terrains Batis36423788
 Machines et équipements 4242
 Stocks 1616
 Autres actifs produits 151151
 Autres actifs non Pdts 506506
Actifs Financiers  58726286
 Numéraire et dépots 16501749
 Titres de Créance 4139
 Crédits  109
 Actions et OPC 16351684
 Assurances-vie et assimilés 29842805
Ensemble des actifs   1232315046
Passifs financiers  17621868
 Crédits  1498 
Solde financier  4110 
Solde Total net  1256113178
Source Insee    

[ad2]

Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l’info…