Les meilleurs PER pour assurer sa retraite 1

Les meilleurs PER pour assurer sa retraite


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Bis repetita. Les retraites s’invitent au menu de la campagne présidentielle de 2022. C’est, il est vrai, un serpent de mer depuis plus de trente ans en France. Mais le candidat Macron en avait fait le cœur de son projet lors de la campagne de 2017. “Nous mettrons fin aux injustices de notre système de retraite”, promettait-il alors, en imaginant une réforme systémique de grande ampleur. Fin des 42 régimes de retraite, remplacés par un système universel, commun au public et au privé, aux salariés et aux indépendants, et reposant sur un même principe d’égalité: pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous. Avec une promesse supplémentaire: “Nous ne toucherons pas à l’âge de départ à la retraite ni au niveau des pensions.”

Répartition insuffisante

Dès le début de son mandat en 2017, le président s’y était attelé pour profiter de la dynamique de son élection, et nommait Jean-Paul Delevoye, un vieux routier de la politique, connu pour son sens du consensus dans les négociations sociales, haut-commissaire à la réforme des retraites. Celui-ci, après plusieurs mois de concertation et consultations tous azimuts, rendait un projet de réforme qui allait, hélas, s’avérer trop ambitieux. Car le Premier ministre Edouard Philippe voulait, en plus, équilibrer financièrement le système. Cet objectif supplémentaire obligeait à modifier les paramètres (durée de cotisation, âge de départ) alors que le candidat Macron s’était justement engagé à les conserver. Une contradiction qui a suscité l’opposition des syndicats et mis une partie de la population dans la rue pendant plusieurs semaines. Puis la crise sanitaire de 2020 a stoppé toute velléité de passage en force de l’exécutif sur le sujet. Retour à la case départ.

Parallèlement, une autre réforme suivait son cours: celle de la simplification de l’épargne-retraite, avec la création du Plan épargne retraite (PER) dans la loi Pacte de 2019. Ce produit, appelé à remplacer tous les dispositifs individuels et collectifs existants (PERP, contrats Madelin, articles 39 et 83…), a aussitôt suscité l’intérêt des épargnants. Il faut dire que ce nouveau placement cumule les bons points: la liberté de choix entre rente viagère et sortie en capital au moment de la retraite, une gestion plus dynamique pendant la période de constitution de l’épargne pour optimiser son rendement.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…