Placements: des actifs non cotés dans son assurance-vie 1

Placements: des actifs non cotés dans son assurance-vie


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Face à la baisse inexorable de rendement des fonds en euros, les contrats d’assurance-vie multiplient les alternatives pour leurs clients. Dans cette optique, le non-coté fait rêver: investir dans des PME et ETI en croissance, avec des promesses de rendement meilleurs que la Bourse sur le long terme. Mais cette classe d’actifs a longtemps été réservée aux investisseurs institutionnels, car elle nécessitait un investissement de plusieurs millions d’euros, bloqués pour un long moment.

Depuis la loi Macron de 2015, le non-coté est désormais éligible à l’assurance-vie, avec des tickets d’entrée de seulement quelques centaines d’euros. Et l’offre s’est considérablement diversifiée: Amundi propose un fonds pour investir dans des entreprises qui profitent des grandes tendances de demain (démographie, évolutions sociétales, environnement, technologie…), CNP cible les entreprises de la transition énergétique et le breton Arkéa se concentre sur l’économie locale, avec le fonds Breizh Ma Bro qui n’investira que sur des PME et ETI bretonnes et nantaises. La plupart de ces fonds demandent toutefois une durée d’investissement d’au moins cinq ans, afin de pouvoir optimiser leurs participations et prévoient des pénalités en cas de sortie anticipée. Une durée normalement compatible avec un investissement en assurance-vie, prévu pour au moins 8 ans si on veut bénéficier d’un régime fiscal favorable.

Une

euros, les contrats d’assurance-vie multiplient les alternatives pour leurs clients. Dans cette optique, le non-coté fait rêver: investir dans des PME et ETI en croissance, avec des promesses de rendement meilleurs que la Bourse sur le long terme. Mais cette classe d’actifs a longtemps été réservée aux investisseurs institutionnels, car elle nécessitait un investissement de plusieurs millions d’euros, bloqués pour un long moment.

Depuis la loi Macron de 2015, le non-coté est désormais éligible à l’assurance-vie, avec des tickets d’entrée de seulement quelques centaines d’euros. Et l’offre s’est considérablement diversifiée: Amundi propose un fonds pour investir dans des entreprises qui profitent des grandes tendances de demain (démographie, évolutions sociétales, environnement, technologie…), CNP cible les entreprises de la transition énergétique et le breton Arkéa se concentre sur l’économie locale, avec le fonds Breizh Ma Bro qui n’investira que sur des PME et ETI bretonnes et nantaises. La plupart de ces fonds demandent toutefois une durée d’investissement d’au moins cinq ans, afin de pouvoir optimiser leurs participations et prévoient des pénalités en cas de sortie anticipée. Une durée normalement compatible avec un investissement en assurance-vie, prévu pour au moins 8 ans si on veut bénéficier d’un régime fiscal favorable.

Une nouvelle offre encore plus accessible

Le 18 mai, la MACSF va enrichir la gamme du non-coté disponible en assurance-vie avec un fonds qui investit cette fois dans la dette privée de PME et ETI françaises et européennes, en partenariat avec le spécialiste Tikehau. Un autre moyen pour les particuliers d’investir dans l’économie réelle, avec deux avantages: “Il n’y a pas de montant minimum pour investir, hormis le seuil d’ouverture du contrat (200 euros), et les sommes resteront disponibles à tout moment”, précise Roger Caniard, directeur financier de la MACSF. Et côté performance, le fonds aura un objectif de rendement moyen plus de deux fois supérieur au rendement annuel du fonds en euros, qui était de 1,3 à 1,6 % en 2020 dans les différents contrats du groupe.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

L’immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial en Immobilier…