Calme, coût de la vie, espace… Les villes moyennes tiennent leur revanche


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...


Par

Publié aujourd’hui à 18h13

Un cadre de vie exceptionnel, au nord-est de l’Ille-et-Vilaine, entre verdure et patrimoine médiéval, avec toutes les commodités à portée de main. « Fougères offre tous les avantages de la ville sans les inconvénients », résume Mélanie, 39 ans. Cette blogueuse et consultante en communication numérique y a posé ses valises début octobre, après douze ans de vie parisienne. « Ici, j’ai un logement deux fois plus grand, un jardin, et je paie deux fois moins de loyer que dans la capitale », se réjouit-elle. Bien sûr, l’offre de loisirs n’est pas comparable. Mais il y a quand même une médiathèque, un théâtre, un cinéma, un espace culturel… « Et si, une fois l’épidémie terminée, j’ai vraiment envie de voir un spectacle précis, j’aurai toujours la possibilité d’aller faire un saut à Rennes ou à Paris, souligne-t-elle. Avec le bus et le TGV, c’est très facile de bouger. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Pendant le confinement, on s’est sentis étouffés » : ces citadins qui partent vivre à la campagne

Responsable de mission dans un cabinet d’expertise comptable à Paris, Matthieu, 45 ans, vient, lui, d’emménager avec femme et enfant à Vichy, au cœur de l’Allier. « Une ville sûre, accueillante, avec de la vie toute l’année, s’enthousiasme-t-il. Nous avions l’habitude d’y passer nos vacances et nous nous y sommes toujours sentis bien. Dès que j’ai eu le feu vert de mon employeur pour télétravailleur deux jours par semaine, nous avons sauté le pas. »


Calme, coût de la vie, espace... Les villes moyennes tiennent leur revanche 1Calme, coût de la vie, espace... Les villes moyennes tiennent leur revanche 2

Avec la crise due au Covid-19 et l’essor du télétravail, 21 % des Français et 31 % des habitants des grandes villes songent, eux aussi, à déménager. C’est ce qui ressort d’une étude publiée le 25 novembre 2020 par le think tank La Fabrique de la cité. Leur nouvel eldorado ? Non plus Lyon, Bordeaux, ou Marseille, mais plutôt Valence, Quimper, Orléans, Albi, Chalon-sur-Saône, ou encore Angoulême. Des agglomérations à taille humaine, de 20 000 à 100 000 habitants, que l’on regroupe sous l’étiquette de « villes moyennes ».

L’impact du confinement

« Le modèle d’hyperconcentration des hommes, des emplois et des richesses, qui entraîne une compétition permanente, une standardisation des modes de vie et une exclusion, est arrivé à bout de souffle », assure le maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Jean-Christophe Fromantin, qui plaide depuis plusieurs années pour un rééquilibrage démographique : « Aujourd’hui, les gens veulent vivre dans des villes plus apaisées. » Et cette aspiration ne concerne pas seulement les cadres supérieurs et les familles. Selon le dernier Baromètre des territoires 2020 de Villes de France, 63 % des moins de 35 ans s’établiraient dans une ville moyenne s’ils avaient le choix.

Il vous reste 75.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


L'immobilier recrute ! Devenez négociateur immobilier ou partager l'info...



Source

Devenez négociateur immobilier ou Conseiller Patrimonial Immobilier …